Retour à la page d’accueil

 

Retour à la page Méditer

 

 

 

Autour du carême et de Pâques 2019

 

 

Les sept paroles du Christ sur la croix

 

 

 

Ce sont sept poèmes de sept strophes de sept vers de sept syllabes.

Ils sont inspirés de la collection traditionnelle des sept dernières

paroles prononcées par le Christ sur la croix, selon les évangiles.

S’ils sont parfois abrupts c’est qu’ils se rapprochent du rap dans

leur ton et leur rythme.

 

On peut trouver les sept à la page Sept paroles.

Voici, pour cette semaine, le septième et dernier poème :

 

 

7

Père, entre tes mains

je remets mon esprit *

 

et voici enfin le soir

noir où sombre la lumière

le ciel au couchant se couvre

de linges bleu nuit ou mauve

linceuls aux rides sanglantes

le soleil va mourir – l’ombre

sèche des mourants s’allonge

 

là-haut la colline pâle

à la clarté s’illumine

de l’or des dernières heures

tout est calme tout repose

en pur silence – la peur

disparue – et la colère

la haine et la rage amère

 

comme ce soir est paisible

maintenant que tous regardent

en silence autrui mourir

et il meurt – comme on est seul

en ce temps-là où l’on part

il faut bien que tous contemplent

un mystère humain si simple

  

c’est une affaire de souffle

et rien de plus – c’est de l’air

qui s’en va – une poitrine

se vide et le corps s’affaisse

le souffle a rejoint l’éther

voilà donc ce qu’ils attendent

tranquilles dans leur silence

 

relèvera-t-il la tête

dira-t-il une parole

un temps ce fut un parleur

certains sont là qui l’espèrent

a-t-il un secret à dire

un fin mot – cela s’achète

ou se garde au fond du cœur

 

mais il est déjà ailleurs

là – en ce lieu où son père

est auprès de lui toujours

voilà c’est à lui qu’il parle 

en mourant vit son amour

et le secret se révèle

il voit vivre cette image –

 

l’atelier – un père un fils

attelés au même ouvrage

le fils enfin – il est tard –

dit « voici finie ton œuvre

achevée l’espèce humaine

en moi » – et le père admire

le souffle pur qu’il lui donne

 

 

* Luc 23,46

 

 

 

Retour au haut de page