Retour à la page d’accueil 

Réagir : jean.alexandre2@orange.fr

Voir les réactions des visiteurs 

 

 

 

 

Ma traduction*

 

 

Il s’agit de la traduction de "l’évangile" du dimanche ou de la fête liturgique

(le texte est choisi selon la liste de la Fédération protestante de France).

 

Je place après le texte une NOTE PÉDANTE

supposée donner quelques éclaircissements.

 

 

Dimanche 21 juillet 2019 – Évangile selon saint Luc, chapitre 10, versets 38 à 42

                

Pendant qu’ils avançaient — il est entré dans un village

une femme — du nom de Mártha — l’a reçu

Et elle avait une sœur — appelée Mariam

et elle était assise aux pieds du Seigneur — et elle écoutait sa parole

Mártha — était requise par un service compliqué —— elle est intervenue elle a dit

Seigneur — cela ne te fait rien — que ma sœur — m’ait laissée seule à faire le service ?

Le seigneur a répondu — il lui a dit Mártha

Mártha — tu t’inquiètes et tu t’agites — pour beaucoup de choses

Il est besoin d’une seule chose

car Mariam — a choisi la meilleure part —— celle qui ne lui sera pas enlevée 

 

 

 

 

Note pÉdante

 

Dimanche 21 juillet 2019

 

Évangile selon saint Luc, chapitre 10, versets 38 à 42                    

(Psaume : 15 – Genèse 18, versets 1 à 10 – Épître de Paul aux Colossiens 1, versets 24 à 28)

 

Premières

 

Jésus est ici l’homme qui marche (Christian Bobin), ce prophète errant que de

pieuses personnes accueillent avec ses disciples lors de certaines étapes galiléennes.

Il est surtout celui qui porte une Parole vitale pour ceux qui acceptent de l’écouter.

L’œuvre de Luc (Évangile et Actes des Apôtres) n’oublie jamais l’accueil que

des femmes aisées ont réservé à la première prédication chrétienne et à ses

propagateurs. Les premières sont ces deux sœurs aux rôles opposés déjà stéréotypés

par la tradition (on les retrouve ainsi dans l’évangile selon Jean, mais judéennes).

Ces dames furent sans doute ses meilleures disciples, ce que dit ici l’expression

traditionnelle juive désignant le disciple d’un rabbi : assis aux pieds du maître.

Tout le texte joue habilement sur deux registres, celui du repas et celui de la parole.

Il est besoin d’une seule chose : d’un seul plat ou de simplement écouter ?

Elle a choisi la meilleure part : le meilleur morceau ou la meilleure attitude ?

Doubles sens par lesquels pourrait-on percevoir une évocation de la Cène ?

 

 

 

 

* 

Je traduis ici en fonction de deux impératifs arbitraires :

1/ faire en sorte que le caractère grec antique – donc étranger – de ces textes

puisse être perçu autant que possible ;

2/ inscrire un rythme visant à faciliter la lecture orale de ces textes,

considérés comme des œuvres littéraires.

On trouvera à la page Matthieu des explications théoriques et pratiques,

destinées à aider le lecteur.

 

 

 

 

On peut trouver en librairie l’édition intégrale de cette traduction

des quatre évangiles parue sous le titre :

 

QUATRE ANNONCES DE PAIX

Une traduction des évangiles pour la lecture à haute voix

par Jean Alexandre

 

aux Éditions Lambert-Lucas

4 rue d’Isly, 87000 Limoges

Tél. : 05 55 77 12 36

lambertlucas@free.fr 

www.lambertlucas.com 

Distribution Calibre

ISBN : 978-2-35935-031-9

320 pages, 18 €

 

 

 

 

Retour au haut de page