Retour à la page d’accueil

Retour à la page Chercher

Envoyez-moi vos réactions : jean.alexandre2@orange.fr

Lisez mes réponses

 

 

Théo-logique

 

Je présente ici plus ou moins régulièrement un extrait tiré des pages

Suite théo-logique ou Caté de ce site.

 

 

 

 

le sang versÉ

ou non aux véganisme

  

À mon sens, le sang versé est ce que les Écritures cherchent avant tout à réduire, avec la violence destructrice dont il est le geste physique. C'est pourquoi le sang est le signe de l'alliance de Noé (Genèse 9,4-6), comme l'arbre de la connaissance était le signe de l'alliance édénique (Genèse 2,15-17) ; il appartient à Dieu : pas touche !

Pour éviter à chacun de le verser, il convient cependant de ne pas dénier la réalité, d'où les sacrifices sanglants. Cette dénégation est une des conditions permanentes du retour de la violence. D'où le thème final de l'Agneau de Dieu (Jean 1,36), victime sanglante absolue. Nécessitée par la fin des sacrifices sanglants après la destruction du temple par ces putains de Romains. Le christianisme est une religion romaine… en ce sens inverse.

Ce que le tenant du seul végétal refuse, c'est le sang versé, or cela est une dénégation cause de violence. Tout comme le puritanisme sexuel a amené sa transgression puis son inversion actuelle, ou comme l'interdiction de l'alcool a amené Al Capone, s'en tenir au végétal appelle l'effusion de sang (du moins dans Genèse 4,1-16 !).

La Loi interdit donc de verser le sang, mais elle cause ainsi sa transgression, alors le meurtre du Christ nous lave (dans la foi) de ce désir de sang... aurait dit Paul.

C'est pourquoi le centre de la foi chrétienne est pour moi le vendredi saint et la contemplation de la croix (la résurrection n'étant en fait qu'une habitude qu'a le Dieu biblique de créer de la vie à partir du gouffre : "l'esprit planait sur les eaux...")

 

 

Retour au haut de page