Retour à la page d'accueil

Vos réactions : jean.alexandre2@orange.fr

Mes réponses

 

 

 

 

Réactions à chaud

 

 

 

On trouvera ici, sur ce site ouvert en mai 2006, des réactions

à chaud sur les paroles qui nous cernent, les discours qui nous saoulent,

les bêtises qui nous heurtent et même les mots qui nous réjouissent. 

 

On pourra trouver les textes des mois précédents à la page

Du Journal 2018, Journal 2017, du Journal 2016 ou encore du Journal 2015.

 

 

Bellpuig – folklore de Catalogne – © Chixoy

 

 

14 janvier   

 

Hugo et Barendon

Ces temps-ci, savoir pourquoi ? on cite beaucoup cette opinion de Victor Hugo : « Souvent la foule trahit le peuple ». C’est déjà assez bien vu concernant le procès de Jésus. Mais la question de savoir si c’est ce qui va se passer chez les gilets jaunes reste aussi ouverte, car « quelle que soit la composition d’un groupe, la proportion d’imbéciles est constante », nous dit la loi de Barendon, confiseur. À noter que cette loi s’applique également aux membres d’un gouvernement.   

 

13 janvier    

 

Gauche

J’écoute Faure et je me dis qu’il est le plus pertinent, à gauche, mais que le passif du PS père trop sur lui pour qu’il surnage. Manque de pot, le leader de la gauche c’est Mélenchon, qui ne sait plus où il habite. C’est moche.

 

Parabole

Parmi les chrétiens, les littéralistes, traditionalistes et autres fondamentalistes ne comprennent pas, ou n’acceptent pas, l’idée selon laquelle les Écritures bibliques sont de l’ordre de la parabole. Ils y voient une infidélité. Les autres, qu’ils soient modernistes, libéraux ou représentants d’une quelconque orthodoxie, ne se posent pas la question parce qu’ils sont obnubilés par l’urgence d’une interprétation actualisante. Or c’est parce qu’il s’agit d’une parabole, que cette écriture, telle quelle, reste par construction une proposition universelle.

 

11 janvier   

 

Ossature

Le récit de la tentation de Jésus, dans l’évangile selon saint Luc, ne comprend pas d’épreuve concernant les mœurs. Satan ne propose pas un harem à Jésus. Les trois épreuves, qui correspondent à trois grandes déterminations de l’espèce humaine, sont l’une économique, la deuxième politique, la troisième religieuse. Selon le point de vue de l’évangile, la pratique de la sexualité ne fait donc pas partie des questions premières. Elle ne prend son importance qu’en fonction de l’une ou l’autre des trois questions de fond, ou des trois. 

 

Pieds nickelés

Jadot et Hamon, sans parler de Mélenchon bien sûr, refusent le projet d’une liste unie de gauche proposée par Royal pour les élections européennes. Ils y vont seuls comme des grands. Pari : je gage que, dans cette configuration, aucune de leurs listes, ni d’ailleurs aucune des listes de gauche, n’arrivera plus haut que la troisième place. Si je me trompe, je m’engage à créer une cagnotte au bénéfice du gagnant de ce concours.

 

9 janvier   

 

Simplicité

Je rappelle qu’au départ, les gilets jaunes posaient une seule question, très simple à exposer : comment faire pour payer ses factures alors qu’on ne gagne pas assez pour cela ? Question dont la réponse pouvait elle aussi être simple à exposer : on baisse les impôts ou on augmente les salaires, ou les deux, ou on leur répond : tout cela est peut-être simple à exposer, mais il n’y a là rien qu’on puisse faire, tant pis pour vous. Aujourd’hui, il semble qu’on ait oublié cette simplicité en substituant à la question initiale un tas de sujets touchant par exemple au gouvernement ou à la Constitution. Un peu comme si tout le monde, gilets jaunes compris, tablait sur le résultat magique de bouleversements à venir. Ce qui est optimiste.

 

Embarras

Quand je parle de la violence aux paisibles gilets jaunes d’un rond-point de province, je ressens un peu la même ambiguïté que quand on parle de la politique israélienne à un ami juif : il ne va pas se désolidariser mais il n’en pense pas moins.

 

Quant à soi

Ce qui renforce l’impression qu’il y a, aussi, du pas net dans la violence qui existe au sein de ce mouvement composite des gilets jaunes, c’est le silence des quartiers et des cités peuplés de bronzés. D’habitude, ils ne détestent pas qu’on casse du flic, mais là, on dirait qu’ils laissent tomber parce qu’ils flairent que c’est une histoire entre Gaulois, des gens qui pourraient ne pas être trop aimables à leur endroit, qu’ils soient flics ou gilets jaunes… Pendant ce temps-là, ils s’organisent entre eux : intense créativité  culturelle d’un côté, trafics en tout genre et fondamentalisme religieux de l’autre.

 

Par les armes

Je dédie au génial philosophe Luc Ferry cette citation attribuée à Arnaud Amaury, abbé de Cîteaux et légat du Pape, lors du siège de Béziers (1209) : « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! »

 

Soixante-neuf

Faut pas rêver, que ce soit le genre de mec qui tabassait les flics, ce boxeur, ou que ce soit le genre de flic en chef qui tabasse gratuitement des gens, c’est aussi le genre des types qui te tabassent pour une place de parking. Suffit qu’ils aient goûté à la joie de cogner, une sorte d’enthousiasme. À la limite ils se donnent mutuellement du plaisir.

 

Pourquoi ?

Pourquoi les pauvres continuent-ils à se tourner vers l’État pour organiser leur existence ?

Pourquoi ne s’organisent-ils pas de manière à développer des solidarités productives ?

Pourquoi ne cherchent-ils pas à transformer leur colère en énergie créatrice et collective ?

Pourquoi vont-ils contester et casser Paris au lieu de concevoir une productivité de voisinage ?

Pourquoi continuent-ils à se percevoir comme la base de la société, l’État étant la tête ? Pourquoi n’en seraient-ils pas le cœur ?

 

7 janvier   

 

Conversion

Il faut changer de regard et se dire que ceux qui sont considérés aujourd’hui comme la base de la société en sont en réalité le cœur.

 

Création

Le principe selon lequel il faut créer d’abord de la richesse pour pouvoir la redistribuer, exprimé par Hollande puis par Macron, me paraît faux. Ce n’est pas comme cela que cela se passe dans la vraie vie pour la raison que la richesse n’est pas produite par une entité supérieure autorisée à programmer le devenir ultérieur des gens, mais par ces gens eux-mêmes, y compris ceux qui, n’étant pas Dieu, ont simplement pour tâche de faciliter cette création par des décisions raisonnables. La richesse produite revenant à tous de façon rétroactive. Ou non. 

 

6 janvier   

 

Zone grise

La religion, chez nous en France, est de l’ordre de l’impensé. Quelle qu’elle soit, et quelle que soit la façon dont on se situe à son égard. Au fond, la religion, on ne sait pas vraiment ce que c’est, et même, on ne cherche pas à le savoir.

 

Regrets

Si j’avais vingt ans de moins, je tenterais de relancer Autres temps, la revue protestante du christianisme social hélas disparue. Ça me paraîtrait même urgent aujourd’hui quand je lis l’ensemble de la presse parpaillote.

 

4 janvier                       

 

Illusion

Quand tu es riche, tu penses que si les pauvres ne sont pas contents, c’est qu’ils sont jaloux. Tu n’imagines pas qu’ils aient autre chose à faire. Par exemple pour éviter de devenir plus pauvres.

 

Pour combien de temps ?

Les gilets jaunes, c’est un peu les soviets avant Lénine. Des conseils disséminés et d’orientations diverses. Mais n’est pas Lénine qui veut.

 

2 janvier   

 

Vœu

J’adresse à mes lectrices et à mes lecteurs un message de bénédiction, de la part du Seigneur, pour l’année qui commence.

 

Carne

Le langage n’est jamais innocent, et s’il y a un mot qu’il faudrait retirer du vocabulaire des chrétiens, c’est bien celui d’incarnation. Il est l’indice de ce bon vieux dualisme de la chair et de l’esprit, de la matière et de l’âme, venu des Grecs, absent des Écritures, et qui a contaminé toute la spiritualité de la Chrétienté, avec son mépris de la chair, cette saleté de carne, impure et mortellement avide… Selon les Écritures, le Christ ne s’est pas in-carné, il n’est pas un pur esprit descendu dans la chair, il a habité parmi nous. Et ce n’est pas en esprit qu’il s’est relevé de la mort mais en chair et en os. Il ne s’agit pas d’une incarnation mais d’une visitation.

 

31 décembre   

 

Iniquité

Consultés, les Français votent n’importe comment : la majorité de la population n’est pas représentée parmi les personnalités préférées des Français ! Je veux parler des femmes, bien sûr.

 

Promesse ?

C’est évidemment arbitraire puisque lié purement et simplement à nos calendriers, mais on nous annonce une nouvelle année. Cela me fait penser à Jean-Baptiste, l’annonceur : une vie nouvelle, une histoire nouvelle. Elle repartait du désert, cette vie, elle quittait la ville sainte, elle abandonnait le lieu saint, elle se souciait des vies et de leurs actes, elle allait parler d’un avenir. Qui venait.

 

30 décembre  

 

Calmos !

Le référendum d’initiative citoyenne a beau avoir le vent en poupe, il me semble une porte d’entrée un peu trop ouverte à la démagogie. C’est trop rapide, les passions risquent de ne pas avoir le temps de retomber avant que la décision soit mûrement réfléchie. De plus, on sait qu’en France, on vote plus en fonction de la personne qui pose la question qu’en réponse à cette dernière. Je préfèrerais qu’on s’en tienne pour l’essentiel à la voie parlementaire, c’est elle, je pense, qu’il convient de réformer radicalement.

 

28 décembre   

 

Le signal-Ghosn

Les salaires des grands patrons, comme on dit, ne sont pas seulement exorbitants, ils sont surtout l’effet dérivé du vol de la valeur travail au profit de la valeur boursière. Ce n’est rien d’autre que de la prévarication.

Or on peut se demander si la chute de Carlos Ghosn ne dépasse pas son cas pour devenir une sorte de message ? Comme un signal apte à être perçu confusément, à terme, par le plus grand nombre. Comme le clap de fin de l’acceptation veule, par les peuples, d’un système de prévarication généralisée ?

C’est qu’à un moment, quand la vague est arrivée à son point culminant… elle retombe.

 

Associations

J’apprends à l’instant que Florian Philippot a déposé la marque Gilet jaune. Pourquoi, au même moment, pensé-je au vautour, au chacal et à la hyène, tous animaux que l’on appelle charognards ? 

 

26 décembre   

 

Urbi et orbi

J’essaie d’expliquer le truc à mes frères protestants : le pape dit les choses qu’il faut dire à la Ville et au Monde, c’est ça, le rôle d’un pape, chez les cathos : dire ce qu’il convient de croire et de faire. Après quoi, ma foi, ces choses étant dites, chacun en fait ce qu’il veut, ou ce qu’il peut, personne n’est parfait.

 

Benalla

Quand j’entends ce nom, me vient aussitôt l’image, connue de nombreux folklores dans le monde, d’un petit diablotin maléfique accroché aux basques d’une personne importante. Il ne la lâche pas, quoi qu’elle fasse. Même si elle pense s’être débarrassée de lui, tout à coup le revoilà…

 

Helvètes

Ce culte de Noël proposé par les Suisses hier matin sur France 2, propre comme un sou neuf et précis comme une horloge, c’était du bon boulot. Et total respect : cette façon de faire chanter à la perfection toute une assemblée, que ce soit à une ou à plusieurs voix ! Manquait peut-être un peu de folie, après tout c’était Noël, mais bon, chacun son truc.

 

 

Les textes précédents sont à lire sur la page Journal 2018

 

 

 

Retour au haut de page