Retour à la page d’accueil

 

Retour à la page Ecrire

 

 

 

TOUT SUR ILIA PUNTZ !

 

Où l’on fait progressivement connaissance

avec Ilia Puntz, un vieil ami à moi

 

 


 

 


Pour mémoire, à la page Poèmes :

Éloge

14 mai 2018

 

Ilia Poutz s’en foutait de la mort

Ilia Poutz s’en foutait de la vie

Ilia Poutz s’en foutait de l’amour

 

il marchait sur son chemin

clip tiplop et plop ticlip et clop

Ilia Poutz aimait la pluie

 

le soir, il évitait les cimetières 

au petit matin les maternités

la nuit, se moquait des bordels 

 

Ilia Poutz, ainsi, devint ministre

du culte et du gouvernement

il effrayait les passants

 

à sa mort, Ilia Poutz devint gênant

on dut empailler sa maîtresse

et décorer son chat persan

 

 

 

26 – Ilia Puntz aimait la guerre. Il regardait tous les films de ce genre. Il appréciait surtout le malheur des gens qui subissaient la peur, la faim et le danger de mort. Il admirait la vaillance des héros qui combattaient contre les forces du mal. Il exultait lorsqu’un méchant se faisait tuer. Mais il n’était pas sanguinaire : heureusement, se disait-il, ces horreurs n’arrivent que dans les films !  

12 novembre 2018

 

25 – Ilia Puntz regardait les arbres. On était en automne, les feuilles tombaient. Ilia Puntz se mit à les ramasser, examinant de près chacune d’entre elles. Il s’efforçait de découvrir l’erreur de conception à l’origine de ces chutes. Il ne se consolait pas de cette perte de matière végétale ! Il lui fallait absolument trouver l’origine de la panne et réparer le système. C’est qu’il était économe. 

5 novembre 2018

 

24 – Ilia Puntz était fâché ! La police l’avait réveillé à l’aube pour perquisitionner chez lui. De quel droit ? On avait fait de même chez certains de ses amis et jusque dans les locaux du club d’entomologistes dont il était le secrétaire perpétuel… Le fisc recherchait la preuve qu’il y avait eu des malversations. Fâché, donc, Ilia Puntz avait montré ses fesses au commissaire. Et toc !    

29 octobre 2018

 

23 – Ilia Puntz regardait la mer. Depuis la plage, bien sûr, il n’allait pas aller à l’eau ! Mais il avait ôté ses souliers de ville et marchait pieds nus sur le sable. Ça le chatouillait et il se mit à rire, il était sensible aux chatouilles. Dans la mer, il se trouve beaucoup de poissons, se dit-il, quel pitié qu’ils n’aient pas de pieds, ils ne connaîtront jamais les chatouillis ! Il avait bon cœur. 

 

22 octobre 2018

 

22 – Ilia Puntz regardait deux chiens s’accoupler. Il se demanda si la chienne avait du plaisir. Si oui, pensa-t-il, j’aurais dû dire plutôt que deux chiens faisaient l’amour. Il voulut en avoir le cœur net et posa poliment la question à la chienne. Le regard qu’elle lui retourna le laissa indécis. Ou elle ne comprenait pas le français, ou elle trouvait indécent d’être interrogée sur son intimité.

 

15 octobre 2018

 

21 – Ilia Puntz observait un brin d’herbe. Il avait voulu l’arracher car il n’y avait aucune raison que cette chose pousse là, mais il s’est demandé tout à coup comment il se faisait que deux pavés engendrent ainsi un fétu végétal. C’est qu’il avait l’esprit scientifique. Regardant alentour avec attention, il s’aperçut que d’autres pavés avaient imité les premiers. Cela le rassura. 

 

8 octobre 2018

 

20 – Ilia Puntz s’intéressait au rugby. Il en connaissait toutes les règles, il les avait apprises par cœur. Aussi repérait-il les moindres erreurs d’arbitrage. Sur un registre à colonnes, il notait le lieu, le jour, l’heure, le nom de l’arbitre, l’énoncé de la règle offensée. Allant à l’essentiel, il laissait de côté le match et les équipes en lice. La loi passait avant eux, ils étaient là pour elle. 

 

1er octobre 2018

 

19 – Ilia Puntz était étonné, on l’avait mis en prison. À cause de cet entretien avec un juge, un monsieur très bien qui lui avait demandé : « Vous reconnaissez avoir accueilli cette personne-là ? » Il s’agissait d’un ami de passage, un Noir, qu’Ilia Puntz avait invité chez lui. « Oui, Monsieur le juge, il avait dit, mais vous pouvez venir aussi ! » Il avait bien compris, le juge était jaloux. 

 

24 septembre 2018

 

18 – Ilia Puntz avait des amis, aussi des amies. Il lui arrivait de les rencontrer. Il les saluait, leur demandait de leurs nouvelles et se délectait de leur parole. Toutes et tous étaient en effet des personnes pleines de sagesse et férues de belles choses. Ce qui l’étonnait, c’est que ces gens manquaient d’éducation. Ils ne cherchaient pas à faire sa connaissance. Il le leur pardonnait.

 

17 septembre 2018

 

17 – Ilia Puntz détestait les chats. Des animaux voleurs, disait-il, et cruels, toujours en chasse pour tuer les oiseaux ! Et pour s’en vanter, ramenant les pauvres petits cadavres à la maison pour se faire bien voir. Sans parler des chattes, ces sales fouineuses toujours prêtes à faire leurs petits sur le linge de famille. Aussi, ayant adopté une petite chatte, il s’efforça de lui apprendre à aboyer.

 

10 septembre 2018

 

16 – Ilia Puntz ne manquait pas une élection, il était un citoyen conséquent. Au point de chercher à rendre son vote réellement efficace. C’est pourquoi il avait eu longtemps coutume de mettre les bulletins de tous les candidats dans l’urne. Ainsi, il était sûr d’avoir élu le meilleur. Mais depuis peu il s’était politisé. Désormais il mettait plusieurs bulletins du même.

3 septembre 2018

 

15 – Ilia Puntz regardait le ciel. C’est très grand, pensa-t-il, la terre est plus petite mais on peut marcher dessus. Marcher dans le ciel est très difficile, ajouta-t-il. Il se parlait à lui-même, il écoutait mieux ainsi. Il marcha donc sur la terre de son jardin et butta sur une souche. Il tomba. Il vaut mieux marcher dans le ciel quand on veut tomber, se dit-il en se relevant, tout poussiéreux.

27 août 2018

 

14 – Ilia Puntz se tenait devant sa télé. L’écran, éteint, ne lui montrait rien. Il se demanda s’il devait l’allumer et se répondit Oui, pour regarder Ingrid Bergman, qu’il avait toujours admirée. Il alluma et vit Nagui. Pas de chance, il était sur France 2 : il n’avait jamais remarqué cette spécificité de son téléviseur. Il éteignit puis appela son fournisseur. Il commanda un poste Arte. 

20 août 2018

 

13 – Ilia Puntz était content car tout le monde l’aimait. C’était de la chance, pensait-il, d’autant qu’il ne connaissait personne. Mais les gens, eux, le connaissaient très certainement puisqu’ils l’aimaient ! Pris tout à coup de curiosité, il se demanda un jour comment il l’avait appris puisque personne ne le lui avait dit ? La réponse lui arracha un éclat de rire : il le savait d’avant !

13 août 2018

 

12 – Ilia Puntz aimait voyager, il aimait le train. Il réserva un billet et s’en fut à la gare. Il monta dans son wagon et s’assit sur le siège retenu. Plus tard, il admira le paysage. Un soupir d’aise soulevait sa poitrine, il se félicitait de son choix : certes, il aimait voyager seul et souffrait du mal des transports, mais ce jour-là, son wagon se trouvait justement sur une voie de garage.

6 août 2018

 

11 – Ilia Puntz avait chaud. Trop chaud. Il aurait voulu baisser le chauffage mais cela lui était impossible, il ne savait pas où trouver la commande. Seul le soleil le savait. Ou peut-être les nuages. Sans doute ceux-ci étaient-ils moins hautains que le soleil ? Il leur fit une prière et l’effet fut immédiat, ils se mirent à pleuvoir. Ilia Puntz en fut mouillé. Trop mouillé. Il fondit.      

30 juillet 2018

 

10 – Ilia Puntz regardait les oiseaux. Ils volaient. Pourquoi pas moi ? se demanda-t-il. Parce que je n’aime pas assez le ciel, se répondit-il. C’était une hypothèse, il voulut la vérifier et sortit en plein champ. Il écarta les bras, leva la tête et regarda le ciel. C’est très haut mais j’aime bien, se dit-il, et il agita les bras. Puis il rit, rassuré, une fiente étoilée sur le front.

23 juillet 2018

 

9 – Ilia Puntz cueillait des framboises. Il les aimait beaucoup, surtout en confiture. Chaque matin, au petit-déjeuner, il en mettait une cuillerée dans son yaourt. En cueillant les plus rouges, néanmoins, il avait honte vis-à-vis des framboisiers. C’était trop facile, ils étaient si naïfs… Or ils devaient penser à l’avenir ! Il leur conseilla de faire des fruits de couleur verte.

16 juillet 2018

 

8 – Ilia Puntz s’entretenait souvent avec Dieu. En tête à tête. Quand on lui demandait de quoi ils parlaient ainsi, il répondait invariablement qu’il s’agissait d’entretiens privés et que cela ne regardait personne. Il était trop modeste pour révéler que Dieu lui demandait conseil. Le Seigneur trouvait là en effet le meilleur moyen pour comprendre la logique des humains.

9 juillet 2018

 

7 – Ilia Puntz aimait la pluie. Une averse et il sortait voir. Une bruine et il partait en balade. Une chose qu’il aimait, plic-ploc, c’est sauter à pieds joints dans les flaques. Pour cela, les enfants le trouvaient sympathique. Ils le comprenaient. La pluie, aussi, le poussait à chanter. Suivant le cas à tue tête ou en un murmure rien que pour lui. C’est pourquoi il pleuvait.

2 juillet 2018

 

6 – Ilia Puntz avait perdu sa montre. Il la cherchait, mais par où commencer ? La réponse lui apparut avec une grande clarté : à l’endroit où il l’avait perdue. Fort de cette réponse, il trouva l’endroit. Ce fut pour lui un grand bonheur. Ce n’est pas tout le monde, se dit-il, qui trouve où chercher, et il s’en fut gaiement. Il ne lui restait qu’à s’acheter une autre montre. 

25 juin 2018

 

5 – Ilia Puntz avait une particularité, tout ce qui le touchait tournait à l’incohérence. C’est ainsi par exemple que tous les gens qu’il connaissait, il le voyait bien, se comportaient de façon stupide. Illogique. Absurde. Aberrante. Il y en avait même qui parlaient à leur chien ou à leur chat, voire à leurs perruches… mais n’écoutaient pas les réponses !

18 juin 2018

 

4 – Ilia Puntz allait à l’église. Tous étaient debout et se signaient. Il toucha son front, son épaule gauche, puis s’arrêta : il se demanda s’il était catholique… Il recommença : il se toucha le front, l’épaule droite, puis s’arrêta : il était sûr de ne pas être orthodoxe. Il réfléchit, debout au milieu de l’assemblée désormais assise. C’est ça, se dit-il, je dois être le pasteur...

11 juin 2018

 

3 – Ilia Puntz, pour une fois, recevait du courrier. Le facteur, un jeune homme écervelé, lui demanda pourquoi son prénom commençait par deux l écrits en minuscule : llia ? Mais lui-même s’en étonnait. Saprelotte, se dit-il, je n’avais jamais remarqué cela… Puis il sourit et ses yeux s’embuèrent, il pensait à son père, tellement distrait, le déclarant à la mairie ! 

4 juin 2018

 

2 – Ilia Puntz arrosait son potager. Il avançait lentement, son arrosoir à la main. Il se connaissait, avant de commencer il avait vérifié que l’arrosoir était plein. Il passait de rangée en rangée en sifflotant. De temps en temps, ayant soif, il buvait à même l’arrosoir. Sa voisine s’étonnait de voir les plants rougir mais il n’en avait cure, il préférait le vin.

28 mai 2018

 

 

1 – Ilia Puntz s’en allait au marché. Il trottinait hardiment dans la rue, son panier à la main. Les gens le regardaient, ils rigolaient mais lui ne s’en souciait pas. Ce n’est pas bien, pensait-il néanmoins, de se moquer d’un homme qui boite. Il avait sa conscience pour lui, aussi avançait-il sereinement, un pied sur le trottoir, l’autre sur la chaussée.

21 mai 2018

 

 

Retour au début