Retour à la page d’accueil 

Retour à Ecrire

 

 

 

Les papys terribles

 

 

 

 

Ils sont parfois très âgés. Ils ont les cheveux blancs, tout blancs, ils sont ridés, leurs pas sont mal assurés, leur vue laisse à désirer.

 

Ils sont, elles sont, plutôt bien mis, propres sur eux comme on dit. Corrects et tout. On voit bien que ce sont des gens sérieux. On sent que durant leur longue vie ils ont été des personnes responsables.

 

En plus de cela ils sont protestants. Il y a parmis eux des pasteurs, en retraite bien sûr, des anciennes missionnaires, des conseillers d’Eglise...

 

Dans leur œil, malgré l’âge, il y a néanmoins comme un grain de malice, à certains moments, qui fait qu’on se demande si vraiment ils sont si sérieux que ça.

 

Et on a raison de se poser la question. Car voyez-vous, ces gens-là, ils ont trafiqué, ils ont fait des faux papiers, ils ont volé des pièces officielles, ils ont fait des faux en écritures publiques et privées, ils ont fait de la contrebande, passant des frontières en fraude, ils ont été complices de personnes recherchées par la police, la gendarmerie, les autorités civiles et militaires.

 

Ces gens-là, malgré leur air convenable, respectable, voire attendrissant, méfiez-vous d’eux, méfiez-vous d’elles. Ce sont des gens capables de bien des choses, capables de tout n’exagérons pas, mais de bien des choses.

 

Cela se passait il y a des dizaines d’années, et ces gens-là, les papys et les mamies terribles du protestantisme français, on célébrait leur courage tranquille dans le cadre d’un festival, il y a quelques temps, à propos d’un film, "La colline aux mille enfants".

 

Ils ont sauvé des milliers de Juifs et d’antinazis de toute nationalité. Ils risquaient leur vie pour des gens qu’ils ne connaissaient pas, que même, parfois ils ne comprenaient pas.

 

Ah comme on aimerait, au cas où de telles situations se reproduiraient, que les papys et les mamies terribles soient relayés par des enfants terribles…

 

Montpellier – 1986