Retour à la page d’accueil

Retour à la page Traduire

Envoyer vos remarques : jean.alexandre2@orange.fr

Lire mes Réponses 

 

 

 

 

L’Annonce de paix

selon MatthÉos

 

 

 

 

 

Une traduction de l’évangile selon Matthieu

 

N.B. – On pourra trouver en fin de texte quelques réflexions sur cette traduction

ainsi que quelques indications pratiques concernant la lecture à haute voix ou à mi-voix.

Pour lire les remarques des lecteurs, impatiemment attendues, ainsi que mes réponses,

cliquer sur : messages

 

 

Pour atteindre un chapitre

cliquer sur le numéro correspondant :

         

1     2    3      4       5       6       7       8       9       10     11     12     13     14    

 

15           16   17     18     19     20     21     22     23     24     25     26     27     28

 

sur cette traduction

  

                                                                              à † Ametefe Seth Nomenyo

 

 

 

Ce que tu aimes, c’est cette histoire en elle-même,

dans sa pureté parfaite.

                           Gao Xingjian

 

 

Ch.1

Livre de la genèse de Jessous ––– messie 

fils de David – fils d’Abraam

 

Abraam a engendré Issaac ––– et Issaac a engendré – Jacôb

et Jacôb a engendré – Joudas et ses frères

Et Joudas a engendré Farés – et Zara ––– de Thamar

et Farés a engendré Esrom – et Esrom ––– a engendré Aram

Et Aram a engendré Aminadab ––– et Aminadab – a engendré Naassôn

et Naassôn – a engendré Salmôn

Et Salmôn a engendré Booz – de Ra'hab ––– et Booz a engendré

Jobèd – de Routh ––– et Jobèd a engendré Jessé

 

Et Jessé – a engendré David – le roi

et David a engendré Solomôn – de celle d’Ourias

Et Solomon – a engendré Roboam

et Roboam a engendré Abia ––– et Abia a engendré Assaf

Et Assaf a engendré – Jossafat – et Jossafat ––– a engendré Joram

et Joram a engendré – Ozias

Et Ozias – a engendré Joatham

et Joatham a engendré – A'haz ––– et A'haz a engendré Ézé'hias

Et Ézé'hias a engendré – Manassè ––– et Manassè a engendré Amos

et Amos – a engendré – Jossias

Et Jossias a engendré – Jé'honias – et ses frères         

lors ––– de la Migration – de Babylone

 

Et après – la Migration de Babylone

Jé'honias a engendré – Salathiel ––– et Salathiel a engendré – Zorobabel

Et Zorobabel a engendré – Abioud

et Abioud a engendré – Éliakim ––– et Éliakim a engendré – Azor

Et Azor a engendré – Sadok

et Sadok a engendré – A'him ––– et A'him a engendré – Élioud

Et Élioud a engendré – Éléazar ––– et Éléazar – a engendré Matthân

et Matthân a engendré – Jacôb

Et Jacôb a engendré – Jossef ––– le mari de Mariam    

de laquelle – est engendré Jessous ––– appelé messie

 

Donc – toutes les générations ––– d’Abraam jusqu’à David ––– quatorze générations

––– et de David – jusqu’à la Migration de Babylone – quatorze générations

et de la Migration – de Babylone jusqu’au messie ––– quatorze générations

 

Et de Jessous – messie – la genèse fut ainsi

sa mère – Mariam – était fiancée à Jossef ––– avant qu’ils aillent ensemble – elle

s’est trouvée prise au ventre ––– par un souffle saint

Mais Jossef – son mari – était juste – et il ne voulait pas la montrer du doigt

il a décidé – de la délier en secret

Et cela – comme il y pensait – voici ––– un messager de Seigneur – en songe lui est apparu

––– il disait

Jossef fils de David – n’aie pas peur de prendre avec toi – Mariam ta femme – car

ce qui est engendré en elle – par un souffle ––– est saint

Et elle va enfanter un fils ––– et tu appelleras son nom – Jessous 

car c’est lui – qui sauvera son peuple ––– de leurs erreurs passées

Et ceci – le tout – est arrivé pour que soit rempli

ce qui a été dit – de la part de Seigneur ––– par le prophète qui disait

Voici – la vierge – aura le ventre pris ––– et elle enfantera un fils – et ils appelleront son nom

Emmanouèl – qui se traduit – Avec-nous-Dieu

Et Jossef – réveillé du sommeil ––– a fait comme lui avait établi – le messager de Seigneur

et il a pris avec lui ––– sa femme

Et il ne l’a pas connue – jusqu’à ce qu’elle ait enfanté ––– un fils

et il a appelé son nom ––– Jessous

 

Ch.2

Et Jessous – né – dans Bethléem de la Joudéenne ––– dans des jours – d’Hèrôdès le roi

voici ––– des sages du Levant – sont arrivés dans la Sainte-Salem

Ils disaient – Où est le nouveau-né – roi des Joudéens ––– car de lui – nous avons vu ––– l’astre

– dans le Levant

et nous sommes venus nous prosterner ––– devant lui

Et le roi Hèrôdès – a entendu ––– il a été bouleversé

et toute la Sainte-Salem – avec lui

Et il a rassemblé – tous les grands-prêtres – et lettrés du peuple

il s’est informé auprès d’eux ––– où – le messie ––– naît

Et eux – lui ont dit ––– Dans Bethléem de la Joudéenne

car ainsi – il a été écrit par le prophète

Et toi Bethléem – pays de Jouda ––– nullement la moindre – es-tu – dans les chefs-lieux de Jouda

car de toi sortira ––– un meneur – celui qui fera paître mon peuple ––– Israèl

Alors Hèrôdès ––– en secret – a appelé les sages    

il s’est fait préciser auprès d’eux ––– le temps – de l’apparition de l’astre

Et il les a envoyés dans Bethléem – il a dit – Partez renseignez-vous – exactement ––– au sujet

de l’enfant

et quand vous aurez trouvé – annoncez-le moi – afin que – moi aussi ––– j’y aille – je me

prosterne devant lui

Et eux – ont écouté le roi ils sont partis – et voici ––– l’astre – qu’ils ont vu dans le Levant

– les a précédés

jusqu’à ce qu’il vienne – qu’il se tienne – au-dessus de là – où était l’enfant

Et ils ont vu l’astre – ils se sont réjouis    

d’une joie – grande ––– avec force    

Et – ils sont allés dans la maison – ils ont vu ––– l’enfant – avec Mariam sa mère

et ils se sont laissés tomber ils se sont prosternés – devant lui ––– et ils ont ouvert leurs

trésors – ils lui ont apporté des présents – de l’or ––– et de l’encens ––– et de la myrrhe

Et avertis – en songe – de ne pas revenir vers Hèrôdès ––– par un autre chemin ils se sont retirés

vers – leur pays

 

Et ceux-là s’étant retirés – voici ––– un messager de Seigneur – apparaît en songe à Jossef

– il disait ––– Lève-toi prends l’enfant – et sa mère – et fuis en Égypte – et reste là – jusqu’à

ce que je te dise

car il va ––– Hèrôdès ––– chercher l’enfant ––– pour le faire périr

Et lui s’est levé – il a pris l’enfant et sa mère – de nuit

et il s’est retiré ––– en Égypte

Et il restait là jusqu’à la fin d’Hèrôdès – afin que soit rempli le dit ––– de la part de Seigneur

– par le prophète qui disait   

D’Égypte ––– j’ai appelé mon fils

Alors Hèrôdès a vu – qu’il a été joué par les sages ––– il s’est mis en colère – sans limite

et il a envoyé il a tué ––– tous les enfants ––– ceux de Bethléem – et dans tous ses

environs ––– de deux ans et au-dessous – selon le temps qu’il s’est fait préciser

– auprès des sages

Alors a été rempli – le dit

par Jérémias le prophète – qui disait

Une voix dans Rama – s’est fait entendre ––– pleurs – et plainte – sans nombre

Ra'hel – pleure ses enfants ––– et elle – ne veut pas – être consolée – parce qu’ils

– ne sont plus

 

Et la fin arrivée – d’Hèrôdès ––– voici

un messager de Seigneur ––– apparaît en songe – à Jossef en Égypte

Il disait – Lève-toi – prends l’enfant et sa mère ––– et pars au pays d’Israèl

car ils sont morts ––– ceux qui poursuivaient la vie de l’enfant

Et lui s’est levé – il a pris l’enfant et sa mère

et il est rentré – au pays ––– d’Israèl

Et il a entendu ––– qu’Ar'hélaos règne sur la Joudéenne – à la place de son père Hèrôdès

––– il a eu peur d’y aller

et averti en songe – il s’est retiré dans le secteur ––– de la Galiléenne

Et il est venu il a habité – dans une ville appelée Nazarèt ––– pour que soit rempli

– le dit par les prophètes

que Nazôréen – il sera appelé

 

Ch.3

Et en ces jours-là – est apparu Jôannès ––– l’immergeur

il a proclamé – dans le désert de la Joudéenne

Il a dit – Changez de sens

car s’est approché ––– le règne des cieux

Car – arrive ce qui a été dit – par Essaïas – le prophète ––– qui disait

Voix de celui qui clame ––– Dans le désert – préparez le chemin de Seigneur – rendez

droites – ses voies

Et lui – Jôannès – avait son vêtement – en poil de chameau ––– et un pagne de cuir

autour des reins

et pour sa nourriture ––– c’était sauterelles et miel sauvage

Alors sortait vers lui – la Sainte-Salem    

et toute la Joudéenne – et toute la contrée – autour du Jordanos

Et ils étaient immergés – dans le fleuve Jordanos ––– par lui

ils reconnaissaient – leurs erreurs passées

Et il a vu – en nombre – les farisséens et saddoukéens – qui venaient pour son immersion

––– il leur a dit

Engendrés de vipères – qui vous a montré – à fuir – loin de ce qui va venir ––– de colère ?

Donc – faites un fruit

digne – du changement de sens

Et ne croyez pas – dire – pour vous-mêmes ––– Pour père – nous avons Abraam

car je vous dis que – Dieu peut – de ces pierres ––– faire lever des enfants ––– pour Abraam

Et déjà la cognée – devant la racine des arbres ––– est en place

donc tout arbre – qui ne fait pas un fruit – beau – est coupé ––– et dans un feu il est jeté

Moi – donc – je vous immerge en eau – pour un changement de sens ––– et celui qui vient

derrière moi ––– est plus fort que moi ––– lui – dont je ne suis pas – apte – à ôter les sandales

celui-là ––– il vous immergera – en souffle saint ––– et ––– en feu

Lui – le van est dans sa main

et il nettoiera son aire ––– et il rassemblera son blé – dans le grenier ––– et la bale

– il la brûlera en un feu ––– inextinguible

 

Alors est arrivé – Jessous ––– de la Galiléenne au Jordanos ––– jusqu’à Jôannès

pour être immergé ––– par lui

Et Jôannès – s’est opposé à lui il a dit – Moi ––– j’ai besoin d’être – par toi – immergé

et toi – tu viens à moi

Et Jessous a répondu il lui a dit – Laisse faire maintenant – car ainsi ––– il convient pour nous

– de remplir tout – ce qui est juste

alors – il le laisse faire

Et immergé – Jessous aussitôt – est remonté de l’eau – et voici ––– les cieux se sont ouverts

et il a vu un souffle de Dieu ––– il descendait comme une colombe – il venait sur lui

Et voici ––– une voix des cieux a dit

Celui-ci est mon fils ––– le bien-aimé – en qui est mon assentiment

 

Ch. 4

Alors Jessous a été conduit dans le désert – par le souffle

il a été mis à l’épreuve ––– par l’accusateur

Et il a fait le jeûne ––– quarante jours – et quarante nuits

au bout – il a eu faim

Et l’accusateur – s’est approché ––– il lui a dit – Si tu es – fils de Dieu

dis – que ces pierres deviennent du pain

Et il a répondu il a dit ––– Il a été écrit – Non pas de pain seulement – vivra l’humain

mais – de toute parole – sortie d’une bouche de Dieu

Alors l’accusateur l’emmène – dans la ville sainte

et il l’a placé ––– sur le faîte – du sanctuaire

Et il lui a dit – Si tu es fils – de Dieu ––– jette-toi en bas    

car il a été écrit que – À ses messagers – pour toi il commandera ––– et ils te porteront

sur les mains ––– pour éviter que tu ne heurtes contre une pierre – ton pied

Jessous lui déclarait ––– En revanche il a été écrit    

Tu ne mettras pas à l’épreuve – Seigneur – ton Dieu

En revanche ––– l’accusateur l’emmène – vers une montagne très haute

et il lui montre – tous les règnes du monde ––– avec leur gloire

Et il lui dit – Ceux-là – à toi – je les donnerai tous    

Si ––– tu te laisses tomber tu te prosternes – devant moi

Alors Jessous lui dit – Va-t-en – le satân ––– car il a été écrit    

Devant Seigneur – ton Dieu – tu te prosterneras ––– et lui seul – tu serviras

Alors l’accusateur le laisse – et voici

des messagers se sont approchés – et ils le servaient

 

Et il a appris que Joannès ––– a été livré

il s’est retiré – en la Galiléenne

Et il a abandonné Nazara – il est allé il a habité dans Cafarnaoum ––– le bord de mer

aux territoires de Zaboulôn – et de Nefthalim

Pour que – soit rempli le dit

par Essaïas le prophète – qui disait

Terre de Zaboulôn – et terre de Nefthalim

chemin de mer – confins du Jordanos – Galiléenne des gens des nations

Le peuple – qui réside aux ténèbres ––– une grande lumière a vu

et – pour ceux qui résident – en un pays et une ombre – de mort ––– une lumière s’est

levée – pour eux

Dès lors – Jessous a commencé à proclamer – et à dire

Changez de sens – car s’est approché ––– le règne des cieux

 

Et il s’est promené – au bord de la mer de la Galiléenne ––– il a vu deux frères

Simôn qui est appelé Roc – et Andréas son frère – qui jetaient un filet dans la mer

––– car ils étaient pêcheurs

Et il leur a dit – Venez derrière moi

et je vous ferai pêcher – des gens

Et eux – aussitôt    

ils ont laissé les filets – ils l’ont suivi

Et de là – il a avancé il a vu deux autres frères – Jacôbos celui de Zébédéos – et Joannès son frère    

dans la barque – avec Zébédéos leur père – ils arrangeaient leurs filets ––– et il les a

 appelés

Et eux aussitôt – ils ont laissé la barque – et leur père 

ils l’ont – suivi

 

Et il a circulé – dans toute la Galiléenne ––– il a enseigné dans leurs lieux de réunion

et il a proclamé – l’annonce de paix – du règne ––– et il a guéri toute maladie – et toute

– infirmité dans le peuple

Et sa renommée – est parvenue dans toute la Syrie ––– et – ils lui ont présenté tous les

malades – qui étaient – par toutes sortes de maladies – et de tourments ––– accablés

––– possédés de démons – et lunatiques – et paralysés        

et lui – il les a guéris

Et l’ont accompagné ––– des foules – nombreuses

de la Galiléenne – et des Dix-Villes – et de la Sainte-Salem – et de Joudéenne ––– et

d’au-delà du Jordanos

 

Ch. 5

Et il a vu les foules il est monté – dans la montagne

et lui – assis ––– se sont approchés de lui – ses disciples

Et il a ouvert la bouche – il les a enseignés        

il a – dit

 

Heureux ––– les pauvres à l’esprit

car – de ceux-là ––– est le règne des cieux

Heureux – ceux qui pleurent

car ceux-là – seront consolés

Heureux ––– les doux

car ceux-là – hériteront la terre

Heureux – les affamés et assoiffés – de – ce qui est juste

car ceux-là – auront à satiété

Heureux ceux – qui compatissent

car ceux-là – recevront compassion

Heureux les purs ––– au cœur

car ceux-là verront ––– Dieu

Heureux – les fabriquants de paix

car ceux-là ––– fils de Dieu – seront appelés

Heureux les persécutés ––– à cause – de ce qui est juste

car de ceux-là – est le règne des cieux

 

Heureux vous êtes – chaque fois que vous – ils vous insultent ––– et vous persécutent

et disent tout le mal – contre vous ––– à cause de moi

Réjouissez-vous et exultez ––– car votre récompense ––– est importante – dans les cieux

car ainsi ils ont persécuté les prophètes ––– eux avant vous

Vous – vous êtes le sel de la terre ––– et si le sel – est dépourvu de goût – en quoi sera-t-il – salé

il n’est plus fort pour rien – sinon ––– pour être jeté dehors être piétiné – par les gens

Vous ––– vous êtes – la lumière du monde

elle ne peut pas – une ville – être cachée ––– située – en haut d’une montagne

Et non – on n’allume pas une lampe – et la met sous le seau

mais sur le chandelier ––– et elle brille pour tous – dans la maison

Qu’elle brille ainsi – votre lumière – devant les gens         

en sorte qu’ils voient – de vous – les belles œuvres ––– et glorifient votre père – qui est

dans les cieux

 

Ne pensez pas que je suis venu détruire ––– la loi – ou les prophètes

je ne suis pas venu détruire ––– mais remplir

Car ––– amèn – je vous dis – jusqu’à ce que passe le ciel – et la terre ––– un iota un seul

– ni un point    

il n’est rien – qui doive passer – de la loi ––– jusqu'à ce que tout – soit arrivé

Celui qui – donc – délie – un seul de ces commandements les plus petits – puis enseigne ainsi

les gens ––– il sera appelé le plus petit – dans le règne des cieux         

et celui qui pratiquera – et qui enseignera ––– celui-là ––– grand – sera appelé dans

le règne des cieux

Car je vous dis – que si – ne surabonde chez vous – ce qui est juste ––– plus – que les lettrés

et farisséens

non ––– vous n’entrerez pas dans le règne des cieux

 

Vous avez entendu qu’il a été dit aux anciens ––– Tu ne tueras pas

et qui tuera – sera mis en accusation au tribunal

Et moi – je vous dis – que tout encoléré envers son frère – sera mis en accusation au tribunal

et qui dira à son frère – Raka – sera mis en accusation – à l’assemblée ––– et qui dira

Fou – sera mis en accusation ––– dans la guéenna du feu

Donc si tu présentes ton offrande – sur l’autel ––– et là te rappelles

que ton frère – a quelque chose contre toi

Laisse là ton offrande devant l’autel ––– et va-t-en

d’abord – réconcilie-toi avec ton frère – et alors ––– viens – présente ton offrande

Sois en bons termes avec ta partie adverse – rapidement ––– tant – que tu es encore avec lui

en chemin    

afin qu’il ne te livre pas – la partie adverse – au juge – et le juge au préposé ––– et qu’en

prison – tu ne sois jeté

Amèn ––– je te dis non – tu ne sortiras pas de là    

avant d’avoir rendu – le dernier quart d’un sou

 

Vous avez entendu – qu’il a été dit    

Tu ne seras pas – adultère

Et moi ––– je vous dis que – tout admirateur d’une femme – afin de la convoiter    

déjà – il a été adultère avec elle ––– dans son cœur

Et si ton œil droit – cause ta chute ––– arrache-le et le jette – loin de toi

car c’est ton intérêt – que se perde un seul de tes membres ––– plutôt que tout ton corps

––– ne soit jeté – en guéenna

Et – si ta droite – ta main ––– cause ta chute ––– coupe-la et la jette – loin de toi

car – c’est ton intérêt que se perde – un seul de tes membres ––– plutôt – que tout ton

corps – en guéenna ne s’en aille

 

Et il a été dit ––– Celui qui délie sa femme    

qu’il lui donne – un acte de divorce

Et moi je vous dis – que tout homme qui délie – sa femme ––– sauf question d’inceste ––– la fait

devenir adultère

et celui qui épouse une femme qu’on a déliée ––– est adultère

 

Plus encore ––– vous avez entendu qu’il a été dit – aux anciens

Tu ne te parjureras pas ––– et quand tu jureras – fais-le au Seigneur

Et moi je vous dis ––– ne jurez – pas du tout    

ni par le ciel – qui est trône de Dieu

Ni – par la terre – qui est une marche pour ses pieds    

ni sur la Sainte-Salem – qui est ville ––– du grand roi

Ni par ta tête ––– ne jure pas    

car tu ne peux – un seul cheveu rendre blanc – ou noir

Et que votre parole soit – oui – un oui ––– et non – un non

et passer outre cela – vient du mauvais

 

Vous avez entendu qu’il a été dit – Un œil ––– contre un œil

et ––– une dent – contre une dent

Et moi ––– je vous dis de ne pas résister – au mauvais

mais – qui te gifle sur la joue droite – tourne vers lui aussi ––– l’autre

Et celui qui veut – te traîner en justice – et te prendre ta tunique

laisse-lui aussi ––– le manteau

Et – qui te défie – sur un mille

pars avec lui – pour deux

À qui te demande – donne

et qui – veut emprunter de toi ––– ne le renvoie pas

 

Vous avez entendu – qu’il a été dit

Tu aimeras ton proche ––– et tu haïras – ton ennemi

Et moi – je vous dis aimez – vos ennemis ––– et priez pour vos persécuteurs    

afin de devenir fils de votre père – celui des cieux         

Car son soleil – il le fait lever – sur des mauvais ––– et sur des bons 

et il fait pleuvoir sur des justes – et sur des injustes 

Car si vous aimez ceux qui vous aiment ––– quelle récompense avez-vous

les collecteurs – aussi – ne font-ils pas de même

Et si vous saluez seulement vos frères – quel surplus faites-vous

les gens des nations – aussi ––– ne font-ils pas de même

Donc – vous serez – vous – parfaits

comme votre père – l’ourane – est parfait

 

Ch. 6

Méfiez-vous ––– pour votre juste voie ––– de ne pas la pratiquer – devant les gens

– pour être remarqués par eux

et sinon eh bien – vous n’avez aucune récompense ––– auprès de votre père – qui est

dans les cieux

Quand donc tu fais l’aumône ––– ne claironne pas – devant toi – comme font les imposteurs

– dans les lieux de réunion – dans les rues aussi – pour être glorifiés par les gens

amèn – je vous dis ––– ils reçoivent leur récompense

Et toi – si tu fais l’aumône    

que ta gauche ne sache pas – ce que ta droite – fait

Pour que l’aumône – pour toi ––– soit dans le secret

et ton père – qui voit dans le secret – te le rendra

 

Et – quand vous priez – vous ne serez pas comme les imposteurs ––– qui se complaisent

dans les lieux de réunion ––– et aux coins des esplanades    

quand ils se tiennent là – en prière ––– pour paraître devant les gens ––– amèn

– je vous dis qu’ils reçoivent leur récompense

Et toi quand tu pries – entre dans ta resserre et ferme ta porte ––– prie ton père qui est dans

le secret    

et ton père – qui voit dans le secret ––– te le rendra

Et quand vous priez ––– ne rabâchez pas des paroles – comme les gens des nations    

car ils s’imaginent – que – dans leur abondance de paroles – ils seront exaucés

Donc ne leur ressemblez pas ––– car votre père – sait – de quoi vous avez besoin

avant – que vous lui demandiez

 

Donc – priez ainsi

Notre père qui es dans les cieux ––– qu’il soit proclamé saint – ton nom

Qu’il vienne – ton règne ––– qu’elle arrive ta volonté         

comme – dans le ciel – aussi bien sur la terre

Le pain – pour nous – de la survie    

donne-le pour nous – aujourd’hui

Et efface – pour nous – nos dettes

comme nous aussi ––– nous avons effacé – pour nos débiteurs

Et – ne nous entraîne pas – dans une épreuve

mais – délivre-nous du mauvais

 

Car si vous effacez – pour les gens ––– leurs manquements

il les effacera pour vous aussi ––– votre père – l’Ourane

Et si vous ne les effacez pas – pour les gens    

votre père non plus – n’effacera pas vos manquements

 

Et quand vous faites le jeûne – ne devenez pas – comme les imposteurs ––– tout sombres

car ils ravagent leur visage – afin d’apparaître – aux gens – comme ceux qui font

le jeûne ––– amèn je vous dis – ils reçoivent leur récompense

Et toi – quand tu fais le jeûne – parfume-toi la tête    

et ton visage – lave-le

Afin que tu n’apparaisses pas – aux gens – comme celui qui fait le jeûne ––– mais à ton père

– qui est dans le secret    

et ton père – qui voit dans le secret ––– te le rendra

   

Ne thésaurisez pas – pour vous – des trésors sur la terre ––– là – où la mite ou le rongeur

– ravagent    

et là où des voleurs ––– transpercent – et volent

Et thésaurisez pour vous – des trésors au ciel ––– là où – ni la mite – ni le rongeur ne ravagent

et là où des voleurs – ne transpercent ni ne volent

Car là – où est ton trésor

là sera aussi – ton cœur

La lampe du corps – c’est l’œil

donc si ton œil est clair ––– tout ton corps sera lumineux

Et si ton œil est mauvais – tout ton corps sera ––– obscurité

donc si la lumière – la tienne – est obscurité ––– que d’obscurité

Personne ne peut – de deux seigneurs être serviteur – car – ou il haïra l’un et aimera l’autre

––– ou il s’attachera à l’un – et méprisera l’autre

vous ne pouvez – être – serviteurs de Dieu ––– et de Mamôn

 

C’est pourquoi je vous dis – ne vous inquiétez pas – pour votre vie ––– que mangerez-vous

– ni – pour votre corps ––– de quoi vous vêtirez-vous    

la vie ––– n’est-elle pas plus que la nourriture ––– et le corps – que le vêtement

Observez – que les oiseaux du ciel – ne sèment – ni ne moissonnent ––– ni n’amassent aux greniers

et votre père – l’ourane – les nourrit ––– n’êtes-vous pas – bien plus importants qu’eux

Et qui parmi vous – qui s’inquiète    

peut ajouter à son âge ––– une coudée

Et pour le vêtement – pourquoi vous inquiéter ––– apprenez des lis du champ comment ils poussent

ils ne peinent pas – ils ne filent pas ––– et je vous dis que Solomôn – ne fut pas mieux

– dans toute sa gloire – vêtu comme l’un d’eux

Et si l’herbe des champs – qui est là aujourd’hui – et demain sera jetée dans un four ––– Dieu

l’habille ainsi

ne le fera-t-il pas – plus encore – pour vous ––– petits croyants 

Donc – ne vous inquiétez pas ––– ne dites pas que mangeons-nous – ou que buvons-nous    

ou de quoi – nous vêtons-nous    

Car tout cela – les gens des nations le recherchent

car votre père sait – l’ourane – que vous avez besoin de tout cela

Et cherchez en premier – le règne ––– et sa juste voie

et tout cela ––– sera rajouté pour vous

Donc – ne vous inquiétez pas pour le lendemain ––– car le lendemain – s’inquiétera pour lui-même

suffit – à la journée ––– le mal qu’elle a

 

Ch. 7

Ne jugez – pas ––– pour que vous ne soyez pas – jugés

car en quel jugement vous jugez – vous serez jugés ––– et en quelle mesure vous mesurez

––– pour vous il sera mesuré

Et que regardes-tu – la paille – qui est dans l’œil de ton frère

et celle qui est dans le tien – d’œil ––– une poutre ––– tu ne la remarques pas

Ou comment diras-tu à ton frère ––– Laisse-moi extraire la paille de ton œil

et voici ––– la poutre – elle est dans ton œil

Imposteur ––– extrais d’abord de ton œil – la poutre

et alors tu verras clair – pour extraire – la paille – de l’œil de ton frère

 

Ne donnez pas ce qui est saint ––– aux chiens         

ne jetez pas vos perles – devant les cochons – sinon ––– ils vont les piétiner de leurs

pieds – et ils vont se retourner ––– ils vous déchirent

 

Demandez – et il vous sera donné

cherchez et vous trouverez ––– frappez – et il vous sera ouvert

Car qui demande reçoit ––– qui cherche – aussi – trouve

et à qui frappe – il sera ouvert

Ou quel est parmi vous – l’homme – à qui son fils demandera du pain          

il ne va pas – lui tendre une pierre

Ou aussi – il demandera un poisson

il ne va pas lui tendre – un serpent

Donc si vous – qui êtes mauvais – vous savez donner ––– des dons – des bonnes choses

– à vos enfants

à plus forte raison ––– votre père qui est dans les cieux – donnera des bonnes choses

––– à ceux qui lui demandent

 

Donc tout ce que vous voudriez – que les gens fassent pour vous ––– cela – vous aussi

– faites-le pour eux

car ceci ––– c’est la loi – et les prophètes

 

Passez par la porte ––– étroite         

car large est la porte – et vaste le chemin qui mène vers la perte ––– et nombreux

– sont ceux qui passent – par celui-là

Qu’elle est étroite – la porte ––– et resserré le chemin – qui mène – à l’existence

et peu nombreux ––– sont ceux – qui le trouvent 

 

Méfiez-vous – des faux prophètes ––– ceux-là – qui vont vers vous – en vêtements de brebis

et au-dedans ce sont des loups ––– rapaces

À leurs fruits – vous les reconnaîtrez         

est-ce qu’on ramasse – sur des épineux – des raisins ––– ou sur des chardons – des figues

Ainsi – tout bon arbre fait des beaux fruits     

et l’arbre pourri ––– fait – des mauvais fruits 

Un bon arbre ne peut pas – faire des mauvais fruits

ni – un arbre pourri ––– faire des beaux fruits

Tout arbre qui ne fait pas – un beau fruit       

est coupé ––– et il est jeté au feu

Eh bien – c’est à leurs fruits

que vous reconnaîtrez ––– ceux-là

N’importe qui – s’il me dit – Seigneur seigneur ––– ne va pas entrer dans le règne des cieux

mais celui ––– qui fait – la volonté de mon père – qui est dans les cieux

 

Beaucoup me diront – en ce jour-là – Seigneur ––– seigneur – n’est-ce pas en ton nom à toi

– que nous avons prophétisé

et en ton nom – que nous avons jeté dehors – des démons ––– et en ton nom

– que nous avons fait des miracles – nombreux

Et moi alors – je leur déclarerai ––– Jamais – je ne vous ai connus    

écartez-vous de moi ––– vous qui agissez sans loi

 

Donc ––– quiconque entend de moi ces paroles ––– et les fait

va ressembler ––– à un homme avisé – qui a bâti le bâtiment de sa maison ––– sur le roc

Et la pluie est descendue ––– et les fleuves sont venus – et les vents ont soufflé – et ils se sont

jetés – sur cette maison-là         

et ––– elle n’est pas tombée – car elle a été fondée ––– sur le roc

Et quiconque – entend de moi ces paroles ––– et ne les fait pas

va ressembler à un homme – insensé ––– qui a bâti le bâtiment de sa maison sur le sable

Et la pluie est descendue – et les fleuves sont venus ––– et les vents ont soufflé – et ils ont heurté

––– cette maison-là

    et elle est tombée – et sa chute ––– était grande

 

Et ce fut – quand Jessous a achevé ces paroles    

les foules – étaient stupéfaites – de son enseignement

Car il les enseigne – comme qui ––– a autorité         

et non – comme leurs lettrés

 

Ch. 8

Et il est descendu – de la montagne    

les foules l’ont accompagné ––– nombreuses

Et voici – un lépreux – s’est approché ––– il s’est prosterné devant lui il a dit

Seigneur – si tu le veux ––– tu peux me rendre pur

Et il a étendu la main il l’a touché ––– il a dit

Je le veux – sois rendu pur ––– et aussitôt – sa lèpre fut purifiée    

Et Jessous lui a dit – Vois – ne le dis à personne    

mais va-t-en – montre-toi au prêtre ––– et apporte en offrande – le don qu’a établi

Moïssès ––– en témoignage pour eux

 

Et il est entré – dans Cafarnaoum    

un chef de centurie – s’est approché de lui ––– il l’a supplié

Il disait Seigneur ––– mon garçon – est couché dans la maison – paralysé – et tourmenté

terriblement

et il lui a dit – Je vais venir – je vais le guérir

Mais le chef de centurie – a répondu il a déclaré ––– Seigneur – je ne suis pas assez – important

– pour que tu entres sous mon toit     

mais dis seulement – une parole ––– et mon garçon sera guéri

Car je suis – moi aussi – un homme sous une autorité ––– j’ai – sous moi-même – des soldats

et je dis à l’un – Va – et il va – et à un autre Viens et il vient ––– et à mon serviteur

Fais cela – et il le fait

Et Jessous l’a entendu il s’est étonné ––– et il a dit à ceux qui suivaient   

Amèn je vous dis – chez personne – une aussi grande – foi ––– je n’ai trouvé en Israël     

Et je vous dis que – beaucoup – du levant au couchant – viendront et ils se mettront à table

– avec Abraam – et Issaac et Jacôb

dans le règne – des cieux

Et les fils du règne ––– seront jetés dehors – dans l’obscurité de l’extérieur

là sera le pleur – et – le grincement des dents 

Et Jessous a dit au chef de centurie – Va ––– comment tu as cru ––– que cela soit – pour toi

et le garçon – a été guéri ––– dès cette heure même

 

Et Jessous – est allé dans la maison de Roc    

il a vu sa belle-mère couchée – et fiévreuse

Et il a touché sa main – et la fièvre l’a laissée    

et elle s’est relevée ––– et elle le servait

Et le soir est venu ––– on lui a apporté des possédés de démon – en nombre

et il a jeté dehors – d’une parole – les esprits ––– et tous ceux il a guéri – qui avaient mal

Pour que soit rempli ––– le dit – par Essaïas le prophète – qui disait

Celui-là ––– nos infirmités – il a pris ––– et les maladies – il a porté

 

Et Jessous – a vu – une foule autour de lui    

il a ordonné de s’en aller – vers la rive opposée

Et – un des lettrés s’est approché – il lui a dit

Maître ––– je te suivrai – où que tu t’en ailles

Et Jessous lui a dit ––– Les renards – ont des tanières ––– et les oiseaux du ciel – des nids

    et le fils de l’humain – n’a pas – où ––– reposer la tête

Et un autre – de ses disciples – lui a dit – Seigneur permets-moi ––– d’abord    

de m’en aller – et d’enterrer mon père  

Et Jessous lui a dit – Suis-moi    

et laisse les morts ––– enterrer eux-mêmes les morts

 

Et comme il montait dans le bateau – ses disciples l’ont suivi 

et voici ––– un grand séisme – est survenu dans la mer – au point que le bateau – a été

– couvert par les vagues

Et lui ––– il dormait ––– et ils se sont approchés ils l’ont relevé ––– ils disaient

Seigneur ––– sauve – nous sommes perdus

Et il leur a dit – Pourquoi êtes-vous terrifiés ––– petits croyants

alors – il s’est relevé il a – menacé les vents – et la mer ––– et – est survenu – un grand calme    

Et les gens se sont étonnés – ils disaient ––– D’où vient-il – lui

car – et les vents – et la mer – lui obéissent    

 

Et il est allé vers la rive opposée ––– vers le pays – des Gadarènes         

sont venus à sa rencontre – deux possédés de démon ––– ils sortaient des tombeaux

––– extrêmement dangereux – au point que personne ne puisse plus – passer par ce chemin-là

Et voici – ils ont crié ils disaient ––– Qu’y a-t-il – de nous à toi – fils de Dieu

Es-tu venu ici – avant le moment ––– nous tourmenter  

Et il y avait – loin d’eux – un troupeau de cochons – nombreux – qui paissaient

et les démons le priaient – ils disaient ––– Si tu nous jettes dehors – envoie-nous ––– dans

le troupeau de cochons

Et il leur a dit – Allez vous-en ––– et ils sont sortis – ils se sont rendus dans les cochons

et voici – tout le troupeau s’est précipité – du haut de la falaise – dans la mer ––– et ils

sont morts – dans les eaux

Et les pâtres se sont enfuis – ils se sont rendus à la ville

ils ont proclamé tout cela ––– et l’affaire – des possédés de démon

Et voici – toute la ville est sortie à la rencontre – de Jessous         

et ils l’ont vu ils l’ont prié ––– qu’il se retire de leurs contrées

 

Ch. 9

Et – il est monté dans un bateau – il est passé à la rive opposée

et il est venu ––– dans sa propre ville

Et voici – ils lui ont apporté un paralytique – couché sur un lit

et Jessous a vu – leur foi ––– il a dit au paralytique – Confiance enfant – tes erreurs

passées sont effacées

Et voici ––– certains des lettrés se sont dit ––– Celui-ci – il blasphème

et Jessous a vu leurs sentiments – il a dit ––– Pourquoi ces mauvais sentiments en vos cœurs

Car ––– quel est le plus facile

dire – Tes erreurs passées sont effacées ––– ou dire – Lève-toi – et marche

Et vous allez savoir qu’il a autorité ––– le fils de l’humain – sur la terre ––– pour effacer

les erreurs passées

alors – il a dit au paralytique ––– Lève-toi porte ton lit ––– va-t-en dans ta maison

Et il s’est levé – il est parti vers sa maison

et les foules – ont vu – elles ont eu peur – et elles ont glorifié Dieu ––– lui qui a

donné une telle – autorité – aux humains

 

Et Jessous a passé de là – il a vu quelqu’un – installé à l’octroi ––– appelé Matthéos         

et il lui a dit – Suis-moi ––– et il s’est levé il l’a suivi

Et il s’est passé – alors qu’il était attablé – dans la maison ––– que voici    

nombre de collecteurs – et de fautifs ––– sont venus se sont attablés – avec Jessous

– et avec ses disciples

Et les farisséens ont vu ––– ils ont dit à ses disciples

Pourquoi – avec les collecteurs – et fautifs ––– mange-t-il ––– votre maître

Et il a entendu il a dit – Ils n’ont pas besoin – ceux qui sont forts – de médecin

mais ––– ceux qui vont mal

Et allez – apprenez ceci ––– Miséricorde je veux – et non un sacrifice

car je ne suis pas venu appeler des justes – mais ––– des fautifs

 

Alors se sont approchés de lui – les disciples de Jôannès ––– ils disaient    

Pour quelle raison – nous – comme les farisséens – nous faisons le jeûne ––– et tes disciples

ne font pas le jeûne

Et Jessous leur a dit ––– Les gens de la noce – ne peuvent pleurer – tant que le marié est avec eux     

et des jours vont venir ––– où le marié – va leur être enlevé ––– et alors – ils vont pleurer

Et personne – ne rapièce – d’une pièce de tissu non foulé ––– un vêtement vieux

car son ajout au vêtement – s’arrache ––– et la déchirure empire

Non plus qu’on ne verse un vin ––– nouveau – dans des outres vieilles – et sinon ––– eh bien

elles se déchirent – les outres – et le vin se déverse ––– et les outres sont perdues

mais on verse un vin nouveau dans des outres neuves ––– et ils se conservent tout deux

 

De tout cela – comme il leur parlait – voici ––– un chef est venu    

il s’est prosterné devant lui – il disait ceci 

Ma fille – dès à présent – est à la fin ––– mais viens – pose ta main sur elle ––– et elle vivra

et Jessous s’est levé il l’a suivi ––– ses disciples aussi

Et voici – une femme – qui perdait du sang depuis douze ans – s’est approchée par derrière

––– elle a touché – la frange de son vêtement

car elle se disait – Si je touche – seulement son vêtement – je serai sauvée

Et Jessous s’est retourné – puis il l’a vue il a dit – Confiance fille – ta foi ––– t’a sauvée

et la femme ––– a été sauvée – dès cette heure même

Et Jessous – est allé à la maison du chef    

et il a vu les flûtistes des morts ––– et la foule – qui s’agitait

Il disait – Retirez-vous ––– car elle n’est pas morte – la petite jeune fille – mais elle dort

et eux – riaient de lui  

Et quand la foule a été jetée dehors ––– il est entré il a saisi sa main – et la petite jeune fille

s’est relevée

et le bruit ––– en est sorti vers partout – en ce pays-là                

 

Et Jessous a passé – hors de là         

deux aveugles l’ont suivi – ils ont crié ils disaient ––– Aie pitié de nous – fils de David 

Et il est entré dans la maison ––– les aveugles se sont approchés de lui    

Jessous leur dit ––– Croyez-vous que je puisse faire cela ––– ils lui disent – Oui seigneur

Alors – il a touché leurs yeux il a dit ––– Selon votre foi ––– qu’il vous advienne

et se sont ouverts – leurs yeux

Et sur eux – Jessous a grondé il a dit ––– Voyez que personne – ne le sache

et eux – ils sont sortis ils l’ont ébruité – dans tout ce pays-là

 

Et quand ceux-là sont sortis – voici

on lui a apporté un homme – sourd-muet ––– possédé de démon

Et – le démon jeté dehors – le sourd-muet a parlé ––– et les foules se sont étonnées elles disaient

Jamais rien – n’est apparu de tel ––– en Israèl

Et les – farisséens – disaient    

Par le chef des démons ––– il jette dehors – les démons

 

Et Jessous ––– parcourait toutes les villes – et les villages ––– il enseignait dans leurs lieux

de réunion

et il proclamait l’annonce de paix – du règne ––– et il guérissait toute maladie – et

– toute faiblesse

Et il a vu les foules ––– il a été – saisi aux entrailles – à cause d’elles    

car on les avait dépouillées – et abandonnées – comme des brebis ––– qui n’ont pas

– de berger  

Alors – il a dit à ses disciples    

Si la moisson – est grande ––– les ouvriers sont peu nombreux

Donc – priez – le seigneur de la moisson    

qu’il jette des ouvriers – dehors – dans sa moisson

 

Ch. 10

Et il a appelé à lui ses douze disciples ––– il leur a donné autorité sur les souffles impurs –––

pour les jeter dehors         

et guérir ––– toute maladie et toute faiblesse

Et des douze envoyés ––– les noms – sont ceux-ci

premier – Simôn – dit Roc ––– et Andréas son frère ––– et Jacôbos celui de Zébédéos

– et Jôannès son frère

Filippos et Bartholoméos ––– Thômas ––– et Matthéos le collecteur    

Jacôbos celui d’Alféos – et Thaddéos

Simôn le Cananéos ––– et Joudas l’Iscariôtès

lui qui – aussi – l’a livré

 

Ces douze-là – Jessous les a envoyés ––– il leur a recommandé il a dit

Sur une route de gens des nations – ne vous engagez pas ––– et dans une ville des

Samarites – n’entrez pas

Et partez plutôt – pour les brebis – celles qui se sont perdues 

de la maison ––– Israèl

Et partez – proclamez ––– dites ceci

Il s’est approché – le règne des cieux

Guérissez des malades – relevez des morts ––– purifiez des lépreux – jetez dehors des démons

vous avez reçu en cadeau  ––– donnez en cadeau          

Ne possédez – or ni argent    

ni monnaie – dans vos ceintures

Pas de besace en route ––– ni deux tuniques – ni sandales ni bâton

car digne – est l’ouvrier – de sa nourriture

 

Et si – dans telle ville – ou village – vous entriez    

informez-vous de qui en est digne ––– et restez là jusqu’à ce que vous sortiez

Et quand vous entrez dans la maison – donnez le salut de paix ––– et si – alors – la maison

est digne ––– que vienne votre paix sur elle        

si alors – elle n’est pas digne ––– votre paix – qu’elle vous revienne

Et si l’une ne vous accueille pas – ni n’entend vos paroles         

sortez de cette maison – ou de cette ville ––– secouez la poussière – de vos pieds

Amèn – je vous dis    

ce sera plus supportable ––– pour le pays des Sodomes et Gomorres – au jour de jugement

––– que pour cette ville-là

   

Voici – moi je vous envoie – comme des brebis ––– au milieu de loups

donc soyez malins – comme les serpents ––– et sans défense comme les colombes

Et méfiez-vous des gens – car – ils vont vous livrer à des assemblées

et dans leurs lieux de réunion ––– ils vont vous fouetter

Aussi – auprès de gouverneurs – et même ––– de rois – vous serez conduits à cause de moi         

vers un témoignage ––– à eux – et aux gens des nations

Et quand ils vous livreront – ne vous inquiétez pas ––– du comment – et du qu’est-ce que

– vous direz

car il vous sera donné – en cette heure-là ––– ce que vous direz

Car ce ne sera pas vous – qui dites          

mais le souffle de votre père ––– qui dit – en vous

 

Et un frère va livrer un frère à la mort ––– et un père – un enfant    

et des enfants – vont se soulever contre des parents ––– et – ils les feront mourir

Et vous serez – haïs – par tous ––– pour mon nom

et celui qui tient encore à la fin ––– lui – sera sauvé

Et quand ils vous persécuteront dans telle ville ––– fuyez vers l’autre    

car amèn je vous dis – vous n’auriez pas fini les villes d’Israèl ––– avant que vienne

– le fils de l’humain

Un disciple – n’est pas plus que le maître    

ni un serviteur ––– plus que son seigneur

Suffit – au disciple – qu’il devienne comme son maître ––– et le serviteur – comme son seigneur

si l’on appelle – le patron de la maison – Béelzéboul ––– Maître-de-maison ––– combien

plus encore – les gens de sa maison

 

Donc ne les craignez pas ––– car rien – n’a été recouvert ––– qui ne sera découvert    

et caché ––– qui ne sera connu

Ce que je vous dis dans l’ombre ––– dites-le dans la lumière

et ce que vous entendez à l’oreille ––– annoncez-le – sur les terrasses

Et n’ayez crainte de ceux qui tuent – le corps ––– et la vie – ne peuvent tuer

et ayez crainte – plutôt – de celui qui peut faire périr ––– et vie – et corps – en guéenna

Une paire de moineaux ––– n’est-elle pas vendue pour un sou

et pas un seul d’entre eux – ne va tomber sur la terre ––– malgré votre père

Et – pour vous aussi   

les cheveux de la tête ––– tous ––– sont dénombrés

Donc – n’ayez crainte    

Sur beaucoup de moineaux – vous – vous l’emportez

 

Donc pour chacun ––– qui se déclarera de moi – devant les gens

je me déclarerai – moi aussi – de lui ––– devant mon père qui est aux cieux

Et celui – qui me nie ––– devant les gens

je le nie – lui – moi aussi ––– devant mon père qui est aux cieux

 

Ne pensez pas – que je suis venu lancer – une paix – sur la terre

je ne suis pas venu – lancer une paix ––– mais un grand couteau    

Car je suis venu ––– trancher

homme contre son père ––– et fille contre sa mère – et bru ––– contre sa belle-mère

Et – ennemis de l’homme         

ceux – de sa maison

 

Qui aime père et mère – au-dessus de moi ––– n’est pas de moi – digne

et qui aime – fils et fille au-dessus de moi – n’est pas de moi ––– digne

Et qui ne prend pas sa croix ––– et suit – derrière moi          

n’est pas – de moi – digne

Qui trouve sa vie – la perdra                                     

et qui perd sa vie – à cause de moi ––– la trouvera

 

Qui vous accueille vous – m’accueille moi

et qui m’accueille moi – accueille – qui m’a envoyé

Qui accueille un prophète – au nom d’un prophète ––– récompense de prophète il recevra

et qui accueille un juste – au nom d’un juste – récompense de juste ––– il recevra

Et qui abreuverait – un – de ces petits ––– rien que – d’une coupe d’eau fraîche – au nom

d’un disciple

amèn – je vous dis que non ––– il ne perdrait pas sa récompense

 

Ch. 11

Et ce fut ––– quand Jessous – a terminé d’instruire ses douze disciples    

il est parti de là ––– pour enseigner – et proclamer dans leurs villes

Et Jôannès a entendu – en prison ––– les œuvres du messie    

il a envoyé il a dit – par ses disciples

Toi – es-tu ––– celui qui vient    

ou sommes-nous dans l’attente ––– d’un autre

Et Jessous – a répondu il leur a dit    

Allez annoncer à Jôannès – ce que vous entendez – et voyez

Aveugles qui voient – et boiteux – qui déambulent ––– lépreux purifiés – et sourds-muets

qui entendent – et morts qui se lèvent    

et l’annonce de paix ––– faite aux pauvres

Et heureux – est celui   

pour qui nulle occasion de chute ––– n’est en moi

 

Et ceux-là partis – Jessous – s’est mis à dire aux foules ––– à propos de Jôannès         

Dans le désert – ce que vous êtes sortis ––– voir ––– est-ce un roseau – agité sous le vent

Mais ce que vous êtes sortis voir ––– est-ce  un homme en habits – douillets

voici – ceux qui portent du douillet – sont dans les maisons des rois

Mais – ce que vous êtes sortis voir ––– est-ce un prophète

oui – je vous dis ––– et le plus extraordinaire – des prophètes

Celui-là ––– à son sujet il a été écrit – Voici moi j’envoie mon messager ––– devant ta face

qui préparera ton chemin – au-devant de toi

Amèn je vous dis – il ne s’est pas levé – chez ceux qui sont nés de femmes ––– plus grand

– que Jôannès l’immergeur

et le plus petit ––– dans le règne des cieux – est plus grand que lui    

Et depuis les jours de Joannès l’immergeur – jusqu’à maintenant    

le règne des cieux – est pris par violence ––– et des violents – se  saisissent de lui

Car tous les prophètes – et la loi    

jusqu’à Jôannès – ont prophétisé

Et si vous voulez bien ––– admettre     

lui ––– c’est Èlias – celui qui doit venir

Qui a des oreilles ––– qu’il entende

         

 

Et à qui – vais-je comparer cette engeance    

elle est comparable ––– à des enfants assis sur les places ––– qui s’adressent aux autres

Ils disent – Nous avons joué de la flûte pour vous ––– et vous n’avez pas dansé

nous avons chanté – des chants funèbres ––– et vous ne vous êtes pas frappés la poitrine   

Car Jôannès est venu ––– qui ne mangeait pas – qui ne buvait pas     

et l’on disait ––– Il a – un démon

Le fils de l’humain – est venu ––– qui mange et qui boit ––– et l’on dit – Voici un être glouton

– et un ivrogne ––– un ami des collecteurs – et des fautifs

et elle a été justifiée – la sagesse ––– par ses actes ––– elle-même     

 

Alors – il s’est mis à faire reproche – aux villes dans lesquelles étaient advenus – en nombre

– ses actes de puissance     

parce qu’elles n’ont pas ––– changé de sens

Malheur à toi – ‘Horazîn – malheur à toi – Bethsaïda ––– car si – à Tyr – ou Sidôn

– étaient advenus ––– les actes de puissance – qui sont advenus chez vous

depuis bien longtemps ––– sous le sac et la cendre – elles auraient changé de sens

Seulement ––– je vous dis    

pour Tyr et Sidôn – ce sera plus supportable – au jour de jugement ––– que pour vous

Et toi – Cafarnaoum ––– est-ce bien jusqu’au ciel – que tu seras élevée

jusqu’en Hadès tu vas descendre ––– car si – chez des Sodomes – étaient advenus les

actes de puissance survenus chez toi – elle subsisterait encore à ce jour

Seulement je vous dis – que pour le pays des Sodomes    

ce sera plus supportable – au jour de jugement ––– que pour toi

 

En ce temps-là – Jessous a pris la parole ––– il a dit ––– Je te dis ma reconnaissance – père

– seigneur du ciel et de la terre

parce que ––– tu as caché cela aux sages – et aux intelligents ––– et dévoilé cela à des

– tout-petits

Oui – père – parce que   

ce plaisir-là ––– a pu se tenir – devant toi 

 

Tout – m’a été donné par mon père ––– et nul ne connaît le fils ––– sinon le père

ni personne ne connaît le père – sinon le fils ––– et celui à qui – le fils ––– voudrait le dévoiler

Venez à moi – vous tous ––– qui peinez – et qui êtes chargés

et moi ––– je vous reposerai

Portez – mon joug sur vous ––– et apprenez de moi ––– car je suis doux – et – humble au cœur    

et vous trouverez du repos ––– pour vos vies

Car mon joug – est facile   

et ma charge – est légère

 

Ch. 12

En ce temps-là – Jessous s’en est allé – un des sabbats ––– à travers les champs cultivés

et ses disciples ont eu faim ––– et ils se sont mis à arracher des épis ––– et à manger

Et les farisséens ont vu – ils lui ont dit ––– Voici    

tes disciples font – ce qu’il n’est pas permis de faire ––– le sabbat

Et lui – leur a dit ––– N’avez-vous pas lu – ce qu’a fait David     

quand il a eu faim ––– et  ceux – qui étaient avec lui

Comment il est entré dans la maison de Dieu ––– et ils ont mangé les pains de la présentation

––– ce qui n’était pas permis – pour lui – de manger ––– ni pour ceux qui étaient avec lui         

mais pour les prêtres – seuls

Ou n’avez-vous pas – lu – dans la loi – qu’au sabbat – les prêtres – dans le lieu saint

––– profanent le sabbat – et sont non coupables

et je vous dis que ––– le lieu saint – il y a plus grand ––– ici  

Et si vous aviez su – ce que c’est ––– Miséricorde je veux – et non un sacrifice    

vous n’auriez pas condamné – les non coupables

Car – seigneur du sabbat

est le fils – de l’humain

 

Et il est parti de là – il est allé – dans leur lieu de réunion

et voici ––– un homme avait une main – sèche         

Et ils l’ont interrogé ils disaient – Est-il permis – au sabbat ––– de guérir         

ceci – pour l’accuser 

Et lui leur a dit ––– Qui sera l’homme – parmi vous – qui aura une brebis    

et si – au sabbat – elle tombe dans un trou ––– est-ce qu’il ne la prendra – et ne

l’enlèvera pas 

Donc de combien – diffère un homme ––– d’une brebis

c’est ainsi qu’il est permis ––– au sabbat – de faire du bien

Alors – il a dit à l’homme – Tends ta main        

 et il l’a tendue ––– et elle a été rétablie – saine comme l’autre

Et les farisséens sont sortis ––– ils ont tenu conseil contre lui

comment ––– ils allaient le perdre

 

Et Jessous l’a su ––– il s’est retiré de là

et des foules l’ont suivi – en nombre – et il les a guéris ––– tous   

Et il les a menacés – afin d’éviter – qu’ils le fassent paraître

afin – que soit rempli le dit – par Essaïas le prophète ––– qui disait

Voici mon serviteur – que j’ai choisi ––– mon bien-aimé – envers qui – est l’assentiment

de ma vie

je mettrai mon souffle – sur lui ––– et un jugement – il annoncera – aux gens des nations   

Il ne disputera – ni ne criera     

ni – on n’entendra – sur les places – sa voix

Un roseau broyé – il ne brisera ––– et une mèche qui fume – il n’éteindra

avant qu’il amène – en victoire ––– le jugement

Et en son nom – à lui     

des gens des nations – espéreront

 

Alors on lui a apporté un possédé de démon – aveugle et sourd-muet    

et il l’a guéri ––– en sorte que le sourd-muet – parle et regarde

Et elles étaient stupéfaites – toutes les foules ––– et elles disaient

N’est-il pas – celui-ci ––– le fils de David

Et les farisséens ont entendu – ils ont dit ––– Celui-ci – il ne jette pas dehors les démons    

si ce n’est ––– par Béelzéboul – le chef des démons

Et il a connu leurs sentiments ––– il leur a dit    

Tout royaume divisé contre lui-même – deviendra désert ––– et toute ville – ou maison

– divisée contre elle-même – ne tiendra pas

Et si par le satân – le satân est jeté dehors ––– par lui-même il est divisé

donc comment va tenir – son royaume

Et si – moi – par Béelzéboul – je jette dehors les démons ––– vos fils – par qui – les jettent-ils dehors

pour cela – eux-mêmes ––– seront vos juges

Et si – par le souffle de Dieu ––– moi – je jette dehors les démons

c’est que ––– sur vous – est arrivé le règne – de Dieu

Ou comment quelqu’un – peut-il entrer dans la maison du puissant – et se saisir de ses affaires   

si d’abord – il n’a pas lié le puissant ––– et alors – il va piller sa maison

 

Qui – n’est pas avec moi – est contre moi

et qui ne rassemble pas avec moi ––– il disperse

Pour cela je vous dis – toute faute – et parole malfaisante ––– sera effacée pour les gens  

et – la parole malfaisante envers le souffle ––– ne sera pas effacée 

Et celui qui dirait une parole contre le fils de l’humain ––– cela sera effacé – pour celui-là   

et celui qui parlerait – contre le souffle – le saint ––– cela ne sera pas effacé pour lui

––– ni dans cette ère ––– ni – dans celle qui vient

 

Ou vous faites l’arbre – beau – et son fruit est beau ––– ou vous faites l’arbre pourri – et son

fruit – est pourri    

car d’après le fruit ––– l’arbre – est connu

Engendrés de vipères – comment – pouvez-vous parler du bien ––– en étant mauvais

car du trop-plein du cœur ––– la bouche – parle

L’être qui est bon – du trésor – bon ––– extrait du bon

et l’être mauvais ––– du trésor mauvais – extrait – du mauvais

Et je vous dis que toute parole ––– sans effet – que parleront les gens    

ils auront à en donner – raison ––– au jour de jugement    

Car – d’après tes dires – tu seras justifié

et d’après tes dires ––– tu seras condamné

 

Alors – certains lui ont répondu – des lettrés et farisséens ––– ils ont dit

Maître – nous voulons – de toi ––– voir un signe

Et il a répondu il leur a dit ––– Engeance mauvaise – et adultère ––– elle cherche un signe

et de signe – il ne lui sera pas donné ––– si ce n’est le signe de Jônas – le prophète

Car – comme était Jônas – dans le ventre du grand poisson ––– trois jours – et trois nuits

ainsi sera le fils de l’humain ––– dans le cœur de la terre – trois jours et trois nuits

Des hommes ninivites – vont se relever – au jugement – avec cette engeance – et ils vont la

condamner

parce qu’ils ont changé de sens – dès la proclamation de Jônas ––– et voici – plus que

Jônas – est ici

Une reine du sud – va s’éveiller au jugement – avec cette engeance ––– et elle va la condamner         

parce qu’elle est venue – des confins de la terre – entendre la sagesse de Solomôn

Et voici ––– plus que Solomôn – est ici

         

 

Et quand l’esprit impur – est sorti d’une personne ––– il traverse des lieux – sans eau

il cherche du repos ––– et ne trouve pas

Alors il dit ––– Vers ma maison – je vais retourner ––– d’où je suis sorti    

et il vient – il la trouve vidée ––– balayée et arrangée

Alors il part et prend avec lui – sept – autres esprits plus mauvais que lui ––– et il entre

– il habite là ––– et cela devient – à la fin – pour cette personne – pire qu’au début

il en sera ainsi – aussi – pour cette engeance ––– mauvaise

 

Pendant que lui – parlait aux foules ––– voici

sa mère et ses frères étaient là – dehors ––– ils cherchaient à lui parler

Et il a répondu – il a dit à celui qui lui en a parlé

Qui – est ma mère ––– et qui sont mes frères

Et il a étendu sa main – sur ses disciples ––– il a dit

Voici ma mère – et mes frères

Car celui qui ferait la volonté de mon père ––– qui est dans les cieux

celui-là ––– pour moi ––– frère – et sœur – et mère – il l’est

 

Ch. 13

En ce jour-là ––– Jessous est sorti de la maison    

il s’est assis – près de la mer

Et se sont assemblées auprès de lui ––– des foules – nombreuses – en sorte qu’il est monté

dans un bateau – s’est assis ––– et toute la foule était là – sur le rivage

et il leur a parlé – beaucoup ––– en paraboles ––– il a dit

 

Voici ––– celui qui sème – est sorti pour semer

et dans ce qu’il a semé ––– les uns sont tombés – au bord du chemin ––– et les oiseaux

sont venus – ils les ont dévorés

Et d’autres – sont tombés sur la pierraille ––– là – où il n’y avait pas beaucoup de terre

et aussitôt ils ont levé ––– faute d’avoir – une profondeur de terre

Et un soleil s’est levé ––– ils ont été brûlés    

et – faute d’avoir une racine ––– ils ont séché

Et d’autres sont tombés ––– sur les épines

et les épines ont monté ––– et les ont étouffés

Et d’autres – sont tombés sur la terre ––– la belle ––– et ils ont donné du fruit

l’un cent ––– et l’un soixante – et l’un – trente

Qui a des oreilles ––– qu’il entende

         

 

Et les disciples se sont approchés ––– il lui ont dit

Pourquoi – en paraboles ––– leur parles-tu

Et il a répondu il leur a dit ––– Parce que – à vous – il est donné de connaître – les secrets du

règne des cieux

et à eux ––– ce n’est pas donné

Car celui qui a – il lui sera donné ––– et il en aura de reste

et celui – qui n’a pas ––– même ce qu’il a – sera enlevé chez lui

Pour cela – en paraboles je leur parle         

c’est que quand ils regardent – ils ne regardent pas ––– et quand ils écoutent – ils

n’écoutent pas – ni ne comprennent

Et se remplit pour eux – la prophétie d’Essaïas ––– celle qui disait

Entendre – vous entendrez – et non – vous ne comprendrez pas ––– et vous regarderez

et non – vous ne verrez pas

Car il s’est épaissi – le cœur de ce peuple ––– et de leurs oreilles – à peine – ils ont entendu

––– et leurs yeux ils ont bouché    

pour – ne pas voir des yeux ––– ni des oreilles entendre – ni du cœur – comprendre

et se retourner ––– que je les guérisse

Et chez vous – heureux les yeux ––– eux qui regardent      

et vos oreilles ––– elles – qui entendent

Car – amèn – je vous dis que nombre de prophètes – et de justes – ont désiré voir ce que vous

regardez ––– et n’ont pas vu

et entendre – ce que vous entendez ––– et n’ont pas entendu

 

Donc – vous        

entendez ––– la parabole de celui qui sème    

Tout être – qui entend la parole du règne – et ne comprend pas ––– le mauvais vient chez lui

– et il se saisit – de ce qui a été semé dans son cœur

c’est lui ––– qui – au bord du chemin – est semé

Et celui qui – sur la pierraille ––– est semé    

c’est lui qui entend la parole – et aussitôt – avec joie – le reçoit   

Et il n’a pas de racine – en lui ––– mais il est ––– hâtif    

et que lui vienne – affliction ou persécution à cause de la parolee ––– aussitôt c’est

cause de chute

Et celui – qui dans les épines est semé ––– c’est lui qui entend la parole         

et le souci du monde – et le leurre de la richesse ––– étouffent la parole ––– et il reste

sans fruit

Et celui – qui – sur la belle terre est semé ––– c’est lui – qui entend et comprend la parole    

celui-là porte du fruit ––– et fait – l’un – cent – et l’un soixante – et l’un trente

 

Il leur a proposé – une autre parabole ––– il a dit

Il ressemble – le règne des cieux ––– à quelqu’un – qui sème une belle semence dans

son champ 

Et pendant le sommeil des gens ––– son ennemi est venu    

et il a semé en plus ––– des ivraies – au milieu du blé ––– et il est parti

Et quand l’herbe – a germé et a fait du fruit

alors sont aussi apparues – les ivraies

Et les garçons du maître de maison se sont approchés ––– ils lui ont dit – Seigneur – n’est-ce pas

de la belle semence ––– que tu as semée dans ton champ         

donc ––– d’où vient – qu’il a des ivraies

Et il leur déclare – Un ennemi – quelqu’un ––– a fait cela    

et ses garçons lui ont dit – Donc veux-tu que nous partions ––– que nous les ramassions

Et il a déclaré Non ––– si jamais – vous ramassez les ivraies    

vous arracherez avec elles ––– le blé

Laissez-les pousser ensemble – tous les deux ––– jusqu’à la moisson

et au temps de la moisson – je dirai aux moissonneurs – Ramassez d’abord – les ivraies

– et liez-les en bottes pour les brûler ––– et le blé – amassez-le dans mon grenier

 

Il leur a proposé une autre parabole ––– il a dit

Semblable est le règne des cieux ––– à un grain de moutarde – que quelqu’un a pris

– a semé dans son champ

Qui est plus petite – bien sûr ––– que toutes les semences         

et quand elle a poussé – elle est plus grande que les plantes ––– et elle devient un arbre

– si bien – que les oiseaux du ciel – viennent ––– et ils font leur nid dans ses branches

 

Il leur a dit – une autre parabole    

Semblable – est le règne des cieux ––– à du levain – qu’une femme a pris – qu’elle a caché

– dans – trois mesures de farine ––– jusqu’à ce que tout – ait levé

 

Tout cela – Jessous l’a dit en paraboles – aux foules

et – à part des paraboles ––– il ne leur a rien dit

Pour que soit rempli le dit ––– par le prophète – qui disait

J’ouvrirai en paraboles ma bouche ––– je proclamerai des choses cachées ––– depuis

la fondation

 

Alors il a laissé les foules – il est allé dans la maison ––– et se sont approchés de lui ––– ses

disciples qui disaient

Éclaircis-nous – la parabole des ivraies du champ

Et il a répondu – il a dit    

Celui qui sème la belle semence ––– est le fils de l’humain     

Et le champ est le monde ––– et la belle semence – ce sont les fils du règne    

et les ivraies ––– sont les fils du mauvais

Et l’ennemi qui les sème – c’est l’accusateur    

et la moisson est l’achèvement de cette ère ––– et les moissonneurs sont des messagers

Donc – tout comme sont ramassées les ivraies ––– et brûlées au feu         

ainsi en sera-t-il ––– à l’achèvement de cette ère

Le fils de l’humain – enverra ses messagers    

et ils ramasseront – hors de son règne – tout ceux qui font tomber ––– et ceux qui

agissent sans loi

Et ils les jetteront – dans la fournaise ––– du feu

là – sera le pleur – et le grincement des dents

Alors ––– les justes resplendiront comme le soleil – dans le règne de leur père

qui a des oreilles ––– entende

 

Semblable – est le règne des cieux – à un trésor ––– qu’on a caché dans le champ ––– que

quelqu’un a trouvé – qu’il a caché         

et dans sa joie il part et il vend – tout ce qu’il a ––– et il achète ce champ-là

Encore semblable ––– est le règne des cieux    

à un commerçant ––– à quelqu’un – qui cherche de belles perles

Et il en trouve une – une perle précieuse    

il s’en est allé – il a réalisé tout ce qu’il avait et ––– il l’a achetée

Encore ––– semblable est le règne des cieux – à un filet jeté dans la mer

et – de toute espèce il a tout pris – ensemble

Lui donc – une fois rempli – est remonté sur le rivage    

et ils se sont assis – ils ont ramassé les beaux – dans des paniers ––– et les pourris

– les ont jeté dehors

Ce sera ainsi – à l’achèvement de cette ère

les messagers vont sortir ––– et ils vont séparer – les mauvais – du milieu des justes

Et ils vont les jeter dans la fournaise ––– du feu

là – sera le pleur ––– et le grincement des dents

 

Les avez-vous comprises ––– toutes

ils lui disent – Oui

Et il leur a dit ––– Pour cela – tout lettré – qui devient disciple du règne des cieux    

il est semblable à – un maître de maison – à quelqu’un qui fait sortir de son trésor

––– du neuf – et du vieux

 

Et ce fut – quand Jessous a achevé ces paraboles    

il s’est éloigné de là – et il est allé dans sa patrie         

Il les enseignait dans leur lieu de réunion ––– au point d’être stupéfaits – eux ––– et de dire

D’où vient – à celui-ci – cette sagesse-là ––– et les actes de puissance

N’est-il pas – celui-ci – le fils du charpentier ––– n’est-ce pas sa mère qui s’appelle – Mariam    

et ses frères – Jacôbos ––– et Jôssef et Simôn – et Joudas 

Et ses sœurs ––– ne sont-elles pas toutes chez nous

donc d’où vient – à celui-ci ––– tout cela

Et ils ont trouvé en lui – une cause de chute ––– et Jessous leur a dit         

Il n’existe pas de prophète – méprisé ––– sauf dans sa patrie – et dans sa maison   

Et il n’a pas fait – là – beaucoup de miracles

à cause – de leur défiance

 

Ch. 14

En ce temps-là – Hèrôdès a entendu ––– lui le tétrarque    

la renommée – de Jessous

Et il a dit à ses garçons – Celui-ci – c’est Jôannès l’immergeur ––– il s’est réveillé des morts    

pour cela – les actes de puissance ––– agissent en lui

Car Hèrôdès avait arrêté – enchaîné Jôannès ––– et mis en prison    

à cause d’Hèrôdiada ––– la femme de Filippos son frère

Car Jôannès lui disait – Il n’est pas permis – pour toi – d’avoir celle-ci

et il a voulu le tuer ––– il a eu peur de la foule ––– parce qu’elle le tenait pour un prophète

Et l’anniversaire est arrivé – d’Hèrôdès

la fille d’Hèrôdiada a dansé – au milieu ––– et elle a charmé Hèrôdès

Aussi ––– par serment    

il a juré – de lui donner ce qu’elle demanderait

Et elle – poussée par sa mère – Donne-moi – dit-elle ––– ici – sur un plateau    

la tête – de Jôannès l’immergeur

Et le roi en a été peiné ––– à cause des serments et des convives – il a ordonné ––– qu’on la donne  

et – il a envoyé il a décapité Jôannès – dans la prison

Et sa tête a été apportée – sur un plateau ––– et elle a été donnée à la jeune fille

et elle l’a portée – à sa mère

Et ses disciples se sont approchés ils ont pris le cadavre ––– et ils l’ont enseveli

et ils sont allés – ils l’ont annoncé ––– à Jessous

 

Et Jessous a entendu ––– il s’est retiré de là – en bateau – vers un lieu désert ––– à l’écart

et les foules ont entendu ––– elles l’ont suivi – à pied – depuis les villes

Et il est sorti – il a vu une foule nombreuse ––– et il a été pris aux entrailles pour eux

et – il a guéri leurs infirmes

Et le soir est venu ––– les disciples se sont approchés ils ont dit – Le lieu est désert – et l’heure

– déjà est passée    

libère les foules ––– qu’elles partent vers les villages – qu’elles fassent leurs courses

de nourriture

Et lui leur a dit ––– Elles n’ont pas besoin de partir    

donnez-leur vous-mêmes ––– à manger

Et ils lui ont dit – Nous n’avons rien ici ––– sauf cinq pains – et – deux poissons     

et lui – a dit – Apportez-moi ici tout cela     

Et il a ordonné aux foules de s’étendre sur l’herbe ––– il a pris – les cinq pains – et

– les deux poissons ––– il a levé les yeux vers le ciel – il a béni ––– et il a partagé    

il a donné aux disciples – les pains ––– et les disciples – aux foules

Et ils ont mangé – tous ––– et ils ont été rassasiés

et ils ont emporté les parts en surplus ––– douze paniers pleins

Et ceux qui avaient mangé – étaient environ cinq mille hommes    

hormis – femmes et enfants

 

Et aussitôt – il a obligé les disciples à monter dans le bateau ––– et à le précéder vers la rive

opposée

le temps – qu’il libère les foules

Et il a libéré les foules ––– il est monté dans la montagne ––– à l’écart – pour prier

et le soir est venu – il était seul là

Et le bateau – déjà ––– à grande distance – s’était éloigné de la terre    

malmené par les vagues ––– car – le vent était contraire

Et à la quatrième veille – de la nuit    

il est allé vers eux – il a marché sur la mer

Et les disciples l’ont vu – il marchait – sur la mer    

ils se sont effrayés – ils disaient – C’est une apparition ––– et de peur – ils ont crié

Et aussitôt il leur a parlé ––– il a dit – Courage    

je suis moi – n’ayez pas peur  

Et Roc lui a répondu il a dit ––– Seigneur    

si tu es toi ––– ordonne que moi – j’aille près de toi ––– sur les eaux

Et il a dit ––– Va

et il a descendu du bateau – Roc – il a marché sur les eaux ––– et – il est allé près de Jessous

Et il a vu le vent ––– il a eu peur – et il s’est mis à s’enfoncer    

il a crié il a dit – Seigneur ––– sauve-moi

Et aussitôt – Jessous – a tendu la main il l’a saisi

et il lui a dit ––– Petit croyant – pourquoi as-tu douté

Et ils sont montés dans le bateau ––– le vent s’est calmé

         

Et eux – dans le bateau ––– ils se sont prosternés devant lui    

ils ont dit – C’est vrai ––– de Dieu tu es le fils

 

Et – ils ont fini de traverser    

ils sont allés à terre – à Guennessarét

Et l’ont reconnu – les hommes de ce lieu

ils ont envoyé partout – aux alentours de là – et ils lui ont amené – tous ceux – qui

allaient mal

Et ils lui demandaient de pouvoir seulement ––– toucher – la frange de son vêtement

et tous ceux qui ont touché ––– ont été sauvés 

 

Ch. 15

Alors se sont approchés de Jessous ––– venant – de la Sainte-Salem

des farisséens et des lettrés – qui disaient

Pourquoi – tes disciples – transgressent-ils – la tradition des anciens

car – ils ne se lavent pas les mains ––– quand ils mangent du pain

Et il a répondu – il leur a dit

Pourquoi – vous aussi ––– transgressez-vous le précepte de Dieu – par votre tradition

Car Dieu a dit ––– Honore – le père et la mère

et aussi – Qui maudit père ou mère ––– à mort – il finira

Et vous ––– vous dites – Celui qui dirait au père – ou à la mère    

Offrande ––– est ce qui – venant de moi – pourrait te profiter ––– non – qu’il n’honore

pas son père

Aussi – vous avez annulé la parole de Dieu – par votre tradition

imposteurs ––– il a bien prophétisé sur vous – Essaïas – qui disait         

Ce peuple – des lèvres m’honore

et leur cœur – au loin s’est écarté de moi

Et faussement – ils me révèrent ––– ils enseignent des enseignements

des commandements – d’humains

 

Et il a appelé à lui – la foule ––– il leur a dit

Entendez – et comprenez

Ce n’est pas – ce qui entre dans la bouche – qui souille l’être humain

mais ce qui sort de la bouche – cela ––– souille l’être humain

 

Alors – les disciples se sont approchés – ils lui ont dit

Sais-tu que les farisséens – ont entendu cette parole ––– cela les a fait chuter 

Et il a répondu – il a dit    

Toute plante – que n’a pas plantée mon père – l’ourane ––– sera déracinée

Laissez-les ––– aveugles – ils sont guides d’aveugles

et un aveugle – s’il conduit un aveugle ––– tous les deux – dans un trou vont se jeter

 

Et Roc – a répondu il lui a dit ––– Explique-nous la parabole

et il a dit – Vous êtes absolument – vous aussi ––– privés d’intelligence

Vous ne comprenez pas – que tout ce qui entre dans la bouche ––– passe dans le ventre

et dans un lieu d’aisance – est expulsé

Et les choses qui sortent de la bouche – viennent du cœur

et celles-là – souillent l’être humain

Car du cœur – viennent mauvaises pensées    

meurtres – adultères – prostitutions – vols – faux témoignages ––– blasphèmes

C’est cela – qui souille l’être humain

et des mains sales – pour manger ––– ne souillent pas l’être humain

 

Et Jessous – est sorti de là    

il s’est retiré – dans la région – de Tyr et Sidôn

Et voici – une femme cananéenne – issue de ces confins-là – criait ––– elle disait    

Aie pitié de moi – seigneur – fils de David ––– ma fille – malheur – est possédée de démon

Et il n’a pas répondu – à celle-là – une parole ––– et se sont approchés de lui – ses disciples

––– ils lui demandaient ils disaient

Délie-la – celle-la – parce qu’elle crie derrière nous

Et il a répondu – il a dit    

Je n’ai été envoyé – que vers les brebis qui se sont perdues ––– de la maison Israèl

Et elle – elle est venue – elle se prosternait devant lui ––– elle disait

Seigneur – viens à mon secours

Et il a répondu il a dit – Ce n’est pas beau ––– de prendre le pain des enfants    

puis de le jeter – aux – petits chiens

Et elle a dit – Si seigneur ––– car les petits chiens mangent aussi    

des miettes ––– qui tombent de la table de leurs maîtres

Alors Jessous a répondu – il a dit – Ô femme ––– grande – chez toi – est la foi ––– qu’il t’advienne

comme tu le veux

et il a guéri sa fille – dès cette heure-même  

 

Et Jessous s’est éloigné de là ––– il est venu – au bord de la mer de la Galiléenne

et il est monté sur la montagne ––– là – il s’est assis

Et des foules se sont approchées de lui – nombreuses ––– elles avaient avec elles – des boiteux –

des aveugles – des estropiés – des muets ––– et d’autres – nombreux    

et – elles les ont jetés à ses pieds ––– et il les a guéris

Au point de stupéfier la foule – qui voyait – des muets qui parlaient ––– des estropiés – en

bonne santé    

et – des boiteux qui marchaient – et – des aveugles – qui voyaient ––– et – ils ont glorifié

le Dieu d’Israèl

 

Et Jessous a appelé à lui ses disciples – il a dit – Je suis remué au ventre – pour la foule ––– voici

déjà trois jours – qu’ils restent avec moi

et – ils n’ont pas de quoi manger – et les délier – à jeun – je ne le veux pas ––– je crains

qu’ils ne – se trouvent mal sur le chemin

Et ses disciples lui ont dit – D’où aurions-nous – dans un désert ––– autant de pains    

pour que soit nourrie ––– autant de foule

Et Jessous leur a dit – Combien de pains avez-vous ––– et ils ont dit ––– Sept ––– et quelques

petits poissons

et – il a ordonné à la foule – de s’asseoir par terre

Il a pris – les sept pains et les poissons ––– et il a rendu grâces – il a partagé    

et il donnait aux disciples – et les disciples ––– aux foules

Et – ils ont mangé – tous ––– et ils ont été nourris

et du surplus des parts – ils ont enlevé – sept paniers pleins

Et ceux qui mangeaient – étaient quatre mille hommes    

hormis – femmes et enfants

Et il a délié les foules ––– il est monté dans le bateau    

Et il est allé – jusqu’aux confins de Magadân

 

Ch. 16

Et se sont approchés – les farisséens et saddoukéens ––– ils l’ont mis à l’épreuve

ils ont réclamé de lui – un signe venant du ciel – à leur montrer

Et il a répondu – il leur a dit    

Le soir venu vous dites ––– Du beau temps – car le ciel est rouge

Et au matin ––– Aujourd’hui – de l’orage ––– car il est rouge il s’assombrit – le ciel

si la face du ciel – vous savez la scruter ––– les signes des temps – vous ne pouvez pas

Engeance méchante – et adultère ––– elle recherche un signe – et il ne lui sera pas donné

de signe ––– sinon le signe – Jônas

et il les a quittés ––– il est parti 

 

Et les disciples – sont venus de l’autre côté    

ils ont oublié – de prendre du pain

Et Jessous leur a dit – Voyez    

méfiez-vous – du levain – des farisséens et saddoukéens

Et ils discutaient entre eux – ils disaient    

C’est parce que – nous n’avons pas pris de pain

Et Jessous l’a connu – il a dit         

De quoi discutez-vous – entre vous – petits croyants ––– que vous n’avez pas de pain 

Ne comprenez-vous pas encore – ni – ne vous souvenez – des cinq pains pour cinq mille

    de combien aussi – de paniers ––– vous avez pris

Ni des sept pains – pour quatre mille

de combien – aussi – de corbeilles – vous avez pris

Comment ne comprenez-vous pas – que ce n’est pas ––– à propos du pain – que je vous dis

Et méfiez-vous du levain – des farisséens – et saddoukéens

Alors ils ont compris – qu’il n’a pas parlé de se méfier ––– du levain du pain

mais – de l’enseignement des farisséens – et des saddoukéens

 

Et Jessous est allé – dans la région de Caéssaréïa de Filippos ––– il interrogeait ses disciples

il disait

Qui est-il ––– disent les humains ––– le fils de l’humain    

Et ils ont dit ––– Pour les uns – Jôannès l’immergeur ––– et pour d’autres – Èlias

et pour certains Jérémias ––– ou l’un des prophètes

Il leur dit – Et vous         

qui suis-je – dites-vous ––– moi

Et Simôn – Roc – a répondu il a dit

Toi – tu es le messie ––– le fils – du Dieu qui vit

Et Jessous – a répondu il lui a dit ––– Heureux es-tu – Simôn Bariôna – parce que ni chair ni sang

– ne te l’ont révélé    

mais mon père ––– qui est dans les cieux

Et moi – je te dis que toi – tu es un roc ––– et sur ce rocher – je bâtirai ma maison ––– l’Assemblée

et les portes d’Hadès ––– ne seront pas – plus fortes qu’elle

Je te donnerai les clés – du règne des cieux ––– et celui que tu lieras – sur la terre ––– sera lié

dans les cieux

et celui ––– que tu délieras sur la terre ––– sera délié – dans les cieux

Alors il a ordonné – aux disciples – qu’ils ne disent à personne ––– que c’est lui – le messie

...     ...     ...

 

À partir de là ––– Jessous s’est mis à enseigner à ses disciples – qu’il doit partir à la Sainte-Salem

––– et souffrir beaucoup – de la part des anciens – et – des prêtres ––– et des lettrés

et – être tué ––– et le troisième jour – être réveillé

Et Roc – l’a pris à part – il s’est mis à le rabrouer ––– il a dit    

Par bonheur pour toi – seigneur ––– non – il n’en sera pas – pour toi – ainsi

Et il s’est retourné – il a dit à Roc – Va-t’en         

à ma suite – satân ––– tu es un piège – pour moi ––– parce que – ce que tu penses

––– ce n’est pas de Dieu – mais des humains                    

 

Alors Jessous a dit à ses – disciples ––– Si quelqu’un – veut venir à ma suite    

qu’il se nie lui-même ––– et qu’il porte sa croix – et qu’il me suive

Car celui qui voudrait sauver – sa vie ––– il la perdra    

et celui – qui perdrait sa vie à cause de moi – il la trouvera

Car un humain ––– de quoi profitera-t-il – si le monde entier – il le gagne ––– et si sa vie

––– il la ruine

    ou que donnera un humain – en échange de sa vie

 

Car le fils de l’humain – doit venir dans la gloire de son père – avec ses messagers

et alors ––– il rendra à chacun – selon sa pratique

Amèn – je vous dis – qu’il en est – parmi ceux qui se tiennent ici – qui – non – ne trouveront pas

la mort

avant de voir – le fils de l’humain – venir ––– dans son règne

 

Ch. 17

Aussi – après six jours – Jessous prend avec lui Roc – et Jacôbos – et Jôannès son frère

et il les fait monter sur une haute montagne ––– à l’écart

Et il a été transformé – devant eux    

et sa face a brillé comme le soleil ––– et ses vêtements sont devenus – blancs – comme la lumière

Et voici ––– Moïssès leur est apparu ––– et – Èlias          

ils parlaient – avec lui

Et Roc est intervenu – il a dit à Jessous ––– Seigneur – il est beau pour nous d’être ici    

si tu veux – je vais faire ici – trois tentes ––– une pour toi – et une pour Moïssès – et – une

pour Èlias

Il parlait encore que voici – un nuage lumineux les a mis dans l’ombre

et voici ––– une voix venant du nuage disait ––– Celui-ci est mon fils – le bien-aimé

––– en lui – est mon assentiment ––– entendez-le

Et les disciples – ont entendu – ils sont tombés sur la face    

et ils ont eu peur ––– grandement

Et Jessous s’est approché et il les a touchés ––– il a dit Relevez-vous – et n’ayez pas peur

et ils ont levé les yeux – ils n’ont vu personne – sauf lui – Jessous ––– seul 

Et ils sont descendus de la montagne ––– Jessous – leur a commandé il a dit

À personne –––  ne parlez de l’apparition ––– jusqu’à ce que le fils de l’humain ––– des morts

– soit réveillé

 

Et les disciples l’ont interrogé – ils ont dit    

Donc pourquoi – les lettrés – disent qu’Èlias – doit venir en premier

Et il a répondu – il a dit    

C’est bien Èlias ––– qui vient – et va tout rétablir

Et je vous dis qu’Èlias – déjà – est venu – et qu’ils ne l’ont pas reconnu         

mais ils ont fait – de lui ––– tout ce qu’ils ont voulu         

De même que ––– le fils de l’humain aussi – va souffrir par eux

alors – les disciples – ont compris qu’il leur parlait – de Jôannês   

 

Et quand ils sont venus vers la foule ––– un homme – s’est approché de lui    

il est tombé à genoux devant lui – et il a dit

Seigneur – aie pitié de mon fils – parce qu’il est épileptique ––– et il souffre affreusement

car souvent – il tombe dans le feu – et souvent dans l’eau

Aussi – je l’ai présenté à tes disciples

et ils n’ont pas eu le pouvoir – de le guérir

Et Jessous a répondu il a dit ––– Ô engeance – sans foi – et déformée ––– jusqu’à quand

serai-je avec vous

apportez-moi celui-là – ici

Et Jessous l’a menacé et le démon ––– est sorti de lui    

et le garçon a été guéri – dès cette heure même

Alors – les disciples – se sont approchés de Jessous – à l’écart ––– ils ont dit

À cause de quoi – nous ––– nous n’avons pas eu le pouvoir – de le jeter dehors

Et il leur a dit – À cause de votre peu de foi ––– car – amèn – je vous dis – si vous avez de la foi

– comme ––– une graine de moutarde ––– vous direz à cette montagne – Déplace-toi d’ici

à là ––– et elle – se déplacera

et rien ––– ne sera – hors de votre pouvoir

 

Et ils s’en sont retournés – dans la Galiléenne ––– Jessous leur a dit

Le fils de l’humain ––– doit être livré – aux mains des humains

Et ils vont le tuer – et le troisième jour – il sera réveillé

et – cela leur a fait de la peine ––– énormément

 

Et ils sont venus à Cafernaoum ––– et les receveurs des deux drachmes – se sont approchés de Roc

– et ils ont dit ––– Votre maître – ne paie-t-il pas – ses deux drachmes

il a dit Si – et il est venu à la maison         

Jessous l’a devancé il a dit – Quel est ton avis Simôn – les rois de la terre – de qui perçoivent-ils

– taxes – ou impôt ––– de leurs fils – ou des autres

et il a dit – Des autres ––– Jessous lui a déclaré – Dans ce cas – libres – en sont les fils

Mais ne causons pas la chute de ceux-là ––– va à la mer – jette l’hameçon – et au premier

poisson qui monte – attrape-le

puis tu lui ouvriras la bouche – tu trouveras un statère ––– prends-le ––– donne-leur –

pour moi et pour toi

  

Ch. 18

À cette même heure – les disciples se sont approchés de Jessous – ils ont dit    

Qui donc – est plus grand ––– dans le règne des cieux

Aussi – il a appelé à lui ––– un petit enfant    

il l’a installé – au milieu d’eux

Et il a dit – Amèn je vous dis – si vous ne changez pas de sens ––– et ne devenez comme – les

petits enfants

non ––– vous n’entrerez pas – dans le règne des cieux

Donc celui qui – s’abaissera lui-même ––– comme ce petit enfant

celui-là ––– est le plus grand – dans le règne – des cieux

Et qui accueille – un seul petit enfant – semblable ––– à cause de mon nom         

il m’accueille – moi

Et celui qui causera la chute – d’un seul – de ces petits qui croient en moi

il est de son intérêt – qu’une meule d’âne soit pendue à son cou ––– et qu’il coule au fond

de la mer

Malheur au monde ––– à cause – de ce qui fait chuter ––– car inévitablement – vient ce qui

fait chuter

néanmoins – malheur à celui par qui ––– ce qui fait chuter – survient

Et si ta main ou ton pied – est cause de ta chute ––– coupe-le et le jette loin de toi

il est beau pour toi d’entrer dans l’existence – difforme ou boiteux ––– au lieu d’avoir deux

mains – ou deux pieds ––– pour être jeté dans le feu éternel

Et si ton œil ––– est cause de ta chute – arrache-le – et le jette loin de toi

il est beau pour toi – d’entrer borgne – dans l’existence ––– au lieu d’avoir deux yeux

– pour être jeté – dans la guéenna du feu

 

Voyez à ne pas mépriser – un seul – de ces petits         

car je vous dis – que leurs messagers – aux cieux – regardent sans cesse la face de

mon père ––– dans les cieux

Quel est votre avis ––– si quelqu’un a cent brebis – et que s’égare – une seule d’entre elles    

ne va-t-il pas – laisser les nonante-neuf dans les montagnes ––– et rechercher l’égarée

Et s’il arrive qu’il la retrouve ––– amèn – je vous dis – qu’il se réjouit pour elle

plus ––– que pour les nonante-neuf ––– qui ne se sont pas égarées

Ainsi – ce n’est pas la volonté – de votre père dans les cieux

que se perde un seul ––– de ces petits

 

Et si ton frère commet une faute – va-t’en réprimande-le ––– entre toi – et lui seul

s’il t’entend – tu auras gagné ton frère

Et s’il n’entend pas ––– prends avec toi – un autre ou deux    

pour que – par la bouche de deux témoins – ou trois ––– toute l’histoire soit arrangée

Et s’il les entend de travers – dis-le à l’Assemblée

et s’il entend de travers – aussi – l’Assemblée – qu’il soit pour toi ––– comme le païen

et le collecteur

Amèn je vous dis – tout lien – que vous attacheriez – sur la terre ––– sera lié – dans le ciel    

et tout lien que – vous détacheriez sur la terre ––– sera délié – dans le ciel

Je vous dis au contraire – que si deux se sont mis d’accord – parmi vous – sur la terre – quelque

soit le sujet    

ce qu’ils demanderont leur arrivera ––– de la part de mon père – l’ourane

Car là – où deux ou trois – sont assemblés en mon nom

là je suis ––– au milieu d’eux

 

Alors Roc – s’est approché il lui a dit – Seigneur ––– combien de fois – va-t-il être fautif envers moi

– mon frère – et vais-je tout effacer – pour lui

faut-il jusqu’à ––– sept fois

Jessous lui a dit – Je ne te dis pas jusqu’à sept fois    

mais ––– jusqu’à septante fois – sept

 

Pour cela ––– le règne des cieux – est semblable à quelqu’un ––– un roi    

qui a voulu régler des affaires – avec ses serviteurs

Et il a commencé à régler – on lui a amené ––– un endetté         

de – mille pesants d’argent

Et il n’avait pas – de quoi rembourser ––– le seigneur – a commandé qu’il soit vendu    

sa femme aussi – ses enfants aussi ––– tout ce qu’il avait aussi ––– pour rembourser

Donc il est tombé – le serviteur – il s’est prosterné devant lui ––– il a dit

Aie grand cœur ––– envers moi ––– et je vais te rembourser tout

Et il a été remué au ventre – le seigneur de ce serviteur    

il l’a délié ––– et il a effacé – sa dette

Et ce serviteur est sorti – il a trouvé un camarade de service ––– qui lui devait ––– cent dinars    

et il l’a attrapé il l’étranglait ––– il a dit – Rembourse – puisque tu dois

Donc – son camarade de service – est tombé il le suppliait ––– il a dit

Aie grand cœur envers moi ––– et je vais te rembourser

Et lui – ne voulait pas – mais il est parti il l’a jeté en prison     

jusqu’à ce qu’il rembourse ––– ce qui était dû

Donc ses camarades de service ont vu – ce qui est arrivé ––– ils s’en sont attristés – énormément    

et – ils sont venus ils ont expliqué à leur seigneur ––– tout ce qui est arrivé

Alors – son seigneur ––– l’a appelé devant lui – il lui a dit    

Serviteur mauvais ––– toute cette dette – je l’ai effacée pour toi – parce que tu m’as supplié

Ne devais-tu pas – prendre en pitié – ton camarade de service

comme moi aussi – je t’ai pris en pitié

Et son seigneur – s’est mis en colère

il l’a livré aux bourreaux ––– jusqu’à ce qu’il ait remboursé – tout le dû

Ceci – mon père aussi – l’ourane – vous le fera

si vous n’effacez pas tout ––– chacun – pour son frère – de tout votre cœur

 

Ch. 19

Et il s’est passé ––– quand Jessous a terminé ces paroles – qu’il est parti de la Galiléenne

et il est venu – dans les confins de la Joudéenne ––– au-delà du Jordanos

Et l’ont suivi ––– des foules – nombreuses ––– et là il les a guéries

se sont approchés aussi de lui – des farisséens ––– qui l’ont mis à l’épreuve   

 

Et ils ont dit ––– Est-ce qu’il est permis à quelqu’un         

de délier sa femme – selon tout motif 

Et il a répondu il a dit – N’avez-vous pas lu ––– que le créateur – au commencement    

mâle et femelle – les a faits

Il a dit aussi ––– C’est pourquoi – un humain abandonnera ––– le père – et la mère

et il s’attachera à sa femme ––– et il deviendront les deux ––– une chair unique

Ainsi – ils ne seront plus deux ––– mais une chair unique

donc ce que Dieu – a mis au joug ensemble ––– qu’un humain – ne le sépare pas

Ils lui ont dit – Donc pourquoi Moïssès    

a prescrit – de donner un acte de divorce ––– et de délier

Il leur a dit ––– Parce que Moïssès – à cause – de votre cœur dur ––– vous a permis de délier

vos femmes

et au commencement – cela ne s’est pas fait de cette manière

Et je vous dis – que celui qui délie sa femme ––– sauf pour inceste    

et en épouse une autre ––– est adultère

 

Les disciples lui disent ––– Si telle est – la condition de l’humain – avec la femme

il n’y a pas d’intérêt – à se marier

Et il leur a dit – Tous ne comprennent pas cette parole

mais ceux – à qui c’est donné

Car il y a des eunuques – qui du ventre de leur mère – ont été engendrés ainsi         

il y a aussi des eunuques – qui ont été faits eunuques – par les humains

Il y a aussi des eunuques ––– qui se sont faits eunuques eux-mêmes ––– à cause du règne des cieux

qui est capable – d’en arriver là ––– qu’il y arrive

 

Alors – on lui a amené des petits enfants – pour qu’il leur impose les mains ––– et qu’il prie         

et les disciples – les ont rabroués         

Et Jessous – a dit ––– Laissez les petits enfants ––– et ne les empêchez pas de venir – à moi ––– car

– à leurs pareils – est le règne des cieux

et après leur avoir imposé les mains ––– il est parti de là

 

Et voici ––– l’un d’eux s’est approché de lui – il a dit    

Maître ––– que ferai-je de bon – pour avoir ––– l’existence éternelle

Et il lui a dit – Pourquoi m’interroges-tu – sur ce qui est bon ––– un seul – est ce qui est bon

et si tu veux entrer dans l’existence – garde les commandements

Il lui a dit – Lesquels ––– et Jessous a dit – Ceux-là         

Tu ne tueras pas – tu ne seras pas adultère – tu ne voleras pas – tu ne feras pas de faux témoignage

Honore – le père et la mère

aussi ––– Tu aimeras ton proche – comme toi-même

Le jeune homme lui a dit ––– Tout cela – je l’ai observé    

qu’est-ce – qui me manque encore

Jessous – lui a déclaré ––– Si tu veux être parfait ––– va-t’en – vends ce qui t’appartient

– et donne aux pauvres – et – tu auras un trésor – aux cieux

puis reviens ––– suis-moi

Et le jeune homme – a entendu la parole ––– il s’est éloigné il était triste    

    car c’était – quelqu’un qui possède ––– des biens nombreux

 

Et Jessous a dit à ses disciples – Amèn    

je vous dis qu’un riche ––– aura du mal – à entrer – dans le règne des cieux

Et au contraire – je vous dis

il est plus facile pour un chameau – de passer par le chas d’une aiguille ––– que pour

un riche ––– d’entrer dans le règne de Dieu

Et les disciples – ont entendu ils ont été étonnés – énormément

ils ont dit ––– Alors qui – peut ––– être sauvé

Et Jessous les a fixés il a dit – De la part d’humains ––– cela ne se peut pas

et de la part de Dieu – tout se peut

 

Alors Roc – a répondu il lui a dit – Voici – nous – nous avons tout laissé ––– puis nous t’avons suivi

qu’en sera-t-il donc ––– de nous  

Et Jessous leur a dit – Amèn je vous dis que vous ––– qui m’avez suivi dans le renouvellement    

quand le fils de l’humain – va s’asseoir sur le trône de sa gloire ––– vous serez assis

– vous aussi – sur douze trônes ––– vous jugerez les douze tribus d’Israèl

Chacun – aussi – qui a laissé maisons – ou frère – ou sœur ––– ou père ou mère – ou enfants

––– ou champs ––– à cause de mon nom ––– il recevra cent fois plus         

d’une existence éternelle aussi – il héritera  

Et beaucoup seront ––– des premiers  – derniers    

et des derniers ––– premiers  

 

Ch. 20

Car le règne des cieux – est semblable à quelqu’un – un patron ––– qui est sorti

avec le matin    

il a embauché des ouvriers ––– pour sa vigne

Et il s’est entendu avec les ouvriers – sur ––– un dinar par jour

il les a envoyés – dans sa vigne     

Puis il est sorti – vers la troisième heure – il en a vu d’autres    

ils se tenaient sur la place ––– sans travail

Et il a dit à ceux-là ––– Allez-vous-en – vous aussi – à la vigne ––– et ce qui sera juste – je vous

le donnerai ––– et ils y sont allés         

et il est sorti de nouveau – vers – la sixième et la neuvième heures ––– il a fait la même chose

Et vers la onzième – il est sorti il en a trouvé d’autres ––– qui se tenaient là ––– et il leur a dit

Pourquoi – vous tenez-vous là ––– toute la journée – sans travail

Ils lui ont dit – Parce que – personne – ne nous a embauchés

il leur a dit – Allez-vous-en vous aussi – à la vigne

Et le soir venu – le seigneur de la vigne a dit à son intendant – Appelle les ouvriers – paie-leur

le salaire   

commence par les derniers – jusqu’aux premiers

Et sont venus – ceux – de vers la onzième heure   

ils ont reçu chacun ––– un dinar

Puis sont venus les premiers ––– ils ont estimé – qu’ils recevront plus

et ils ont reçu chacun ––– le dinar – eux aussi

Et ils l’ont reçu ils ont murmuré – contre le patron ––– ils ont dit    

Ceux-là – les derniers – ils n’ont fait qu’une heure – et tu les faits égaux à nous ––– à ceux

qui ont supporté – le poids de la journée – et de la chaleur

Et il a répondu à l’un ––– il lui a dit – Camarade – à toi – je ne fais rien d’injuste

c’est sur – un dinar – n’est-ce pas – que tu t’es entendu avec moi         

Prends le tien – et va-t’en

et je veux – à celui-ci – le dernier ––– donner autant qu’à toi

Ou bien – je n’ai pas le droit – de donner ce que je veux – dans ce qui est à moi

ou bien ton œil est mauvais ––– parce que moi – je suis bon 

Ainsi – les derniers seront – premiers

et les premiers ––– derniers

 

Et Jessous – est monté à la Sainte-Salem – il a pris les douze avec lui – à l’écart

et sur le chemin ––– il leur a dit

Voici ––– nous montons à la Sainte-Salem ––– et le fils de l’humain – va être livré aux

grands-prêtres – et aux lettrés

et – ils vont le condamner à mort

Et ils vont le livrer aux gens des nations – pour être humilié ––– et flagellé ––– et crucifié

et le troisième jour ––– il sera réveillé

 

Alors s’est approchée de lui ––– la mère – des fils de Zébédéos – avec ses fils    

elle s’est prosternée ––– et elle lui demandait quelque chose

Et il lui a dit – Que veux-tu ––– elle lui a dit

Dis – que ceux-ci seront assis ––– mes deux fils ––– l’un à ta droite – et l’un à ta gauche

––– dans ton règne

Et Jessous a répondu – Vous ne savez pas ce que vous demandez ––– pouvez-vous boire la coupe

– que moi ––– je dois boire

ils lui disent ––– Nous pouvons

Il leur dit ––– Ma coupe – vous la boirez ––– et s’asseoir – à ma droite et à ma gauche – il ne

m’appartient pas de le donner    

mais c’est pour celui ––– qui a été prévu – par mon père

 

Et les dix – ont entendu         

ils se sont indignés – au sujet des deux frères

Et Jessous – les a appelés à lui – il a dit ––– Vous le savez – les chefs des nations – exercent

leur seigneurie sur elles

et les grands ––– exercent leur pouvoir – sur elles

Il n’en sera pas ainsi – parmi vous ––– mais celui qui voudrait – parmi vous – devenir un grand

il sera – pour vous – un serviteur 

Et celui – qui voudrait parmi vous – être premier

il sera pour vous ––– un esclave

Comme le fils de l’humain ––– qui n’est pas venu pour être servi – mais pour servir

et donner sa vie ––– en rançon – pour beaucoup

 

Et ––– comme eux – sortaient de Jéri'hô    

une foule l’a suivi – nombreuse

Et voici – deux aveugles – assis au bord du chemin ––– ont entendu que Jessous ––– passait         

ils ont crié ils ont dit ––– Prends pitié de nous – fils de David 

Et la foule les a – rabroués – pour qu’ils se taisent – et eux ––– ils ont crié plus fort – ils ont dit    

Prends pitié de nous – seigneur – fils de David

Et Jessous s’est arrêté ––– il les a appelés – et il a dit – Que voulez-vous – que je fasse pour vous

ils lui ont dit Seigneur ––– que nos yeux s’ouvrent

Et Jessous – a été remué au ventre

il a touché leurs yeux ––– et aussitôt – ils ont pu regarder ––– et ils l’ont suivi  

 

Ch. 21

Et quand ils ont approché – de la Sainte-Salem ––– ils sont allés jusqu’à Bethfaguè – au Mont

des Oliviers

alors – Jessous a envoyé deux disciples ––– il leur a dit

Partez au village – en face de vous ––– et vous trouverez aussitôt – une ânesse attachée ––– et avec

elle un ânon     

déliez-les – et amenez-les moi

Et si quelqu’un – vous disait quelque chose – vous direz que le seigneur a besoin d’eux    

et aussitôt – il les enverra

Et cela est arrivé – pour que soit rempli – le dit    

par le prophète ––– qui disait

Dites à la fille de Siôn – Voici – ton roi vient à toi ––– doux ––– monté sur une ânesse    

et sur un ânon ––– fils – d’une bête sous le joug

Et les disciples – sont partis     

ils ont fait ––– tout comme Jessous – leur a indiqué

Ils ont amené l’ânesse et l’ânon ––– et ils ont posé sur eux – les manteaux    

et il s’est assis – sur eux

Et – en grand nombre – la foule ––– a étalé les manteaux – sur le chemin    

et d’autres – coupaient des branches aux arbres ––– et ils les étalaient sur le chemin

Et les foules qui le précédaient – et celles qui le suivaient – criaient ––– elles disaient

Hôssanna pour le fils de David ––– béni – est celui qui vient au nom du Seigneur

––– hôssanna – dans les hauteurs

 

Et il est entré dans la Sainte-Salem – toute la ville a été secouée    

elle disait ––– Qui – est celui-ci

Et les foules disaient – Celui-ci ––– c’est le prophète         

Jessous ––– de Nazareth de la Galiléenne

 

Et Jessous ––– est entré dans le lieu saint – et il a jeté dehors ––– tous ceux qui vendent

– et achètent dans le lieu saint

et les tables des changeurs – il a renversées ––– aussi les sièges des vendeurs de colombes

Et il leur a dit – Il est écrit ––– Ma maison sera appelée – une maison de prière

et vous ––– vous faites d’elle – une caverne de voleurs

 

Et se sont approchés de lui – des aveugles et des boiteux ––– dans le lieu saint

et il les a – guéris

Et les grands prêtres et les lettrés ont vu – les choses merveilleuses qu’il a faites

et les enfants qui criaient – dans le lieu saint ––– Hôssanna au fils de David

Ils se sont indignés ––– et ils lui ont dit Entends-tu – ce que disent ceux-là

et Jessous leur a dit Oui ––– n’avez-vous jamais lu – ceci ––– De la bouche des tout-petits

– et des nourrissons – tu as formé une louange

Et – il les a quittés         

il est parti – hors de la ville – à Bèthania ––– et il y a passé la nuit

 

Et au matin – il est revenu à la ville – il a eu faim ––– et il n’a vu qu’un figuier sur le chemin    

il est allé à lui – et il n’a rien trouvé sur lui ––– si ce n’est des feuilles – seulement

Et il lui a dit – Que plus jamais – ne vienne un fruit de toi ––– pour la durée du temps

et soudain ––– le figuier a séché

Et les disciples ont vu – ils ont été étonnés ––– ils ont dit

Comment – soudain ––– a séché le figuier

Et Jessous a répondu il leur a dit ––– Amèn je vous dis – si vous avez foi et que vous ne balancez

pas ––– non seulement ––– vous ferez l’affaire du figuier       

mais même à cette montagne – vous direz – Enlève-toi et jette-toi dans la mer ––– cela arrivera

Et tout ce que vous demanderez dans la prière – en croyant         

vous le recevrez

 

Et – il est venu dans le lieu saint         

se sont approchés de lui – qui enseignait ––– les grands prêtres – et les anciens du peuple

Ils ont dit – Par quelle autorité – fais-tu cela    

et qui ––– t’a donné cette autorité

Et Jessous a répondu il leur a dit – Je vais vous interroger moi aussi ––– une seule question    

si vous me dites ––– moi aussi – je vous dirai par quelle autorité je fais cela

L’immersion de Jôannès – d’où venait-elle ––– du ciel – ou des humains

et ils discutaient entre eux ils disaient – Si nous disons Du ciel ––– il nous dira – Donc

pourquoi – ne l’avez-vous pas cru

Et si nous disons – Des humains    

nous avons peur de la foule – car tous – tiennent Jôannès pour un prophète 

Et ils ont répondu à Jessous ils ont dit – Nous ne savons pas

et lui aussi leur a déclaré ––– Moi non plus – je ne vous dis pas – par quelle autorité

––– je fais cela 

 

Et quel est votre avis ––– quelqu’un avait deux enfants – et il s’est approché du premier il a dit    

Enfant – aujourd’hui va-t’en travailler – dans la vigne

Et il a répondu il a dit – Je ne veux pas    

et plus tard il a regretté ––– il y est allé

Et il s’est approché de l’autre – il a dit la même chose

et il a répondu il a dit – J’y vais seigneur ––– et il n’y est pas allé

Lequel des deux – a fait – la volonté du père

ils ont dit – Le premier

Jessous leur a dit – Amèn

je vous dis que les collecteurs – et les prostituées – vous précèdent – dans le règne de Dieu

Car Jôannès – est venu vers vous dans un chemin de justice – et vous n’avez pas cru en lui

––– et les collecteurs et les prostituées ont cru en lui         

et vous – vous avez vu cela – et vous n’avez pas regretté – pour ensuite ––– croire en lui

 

Entendez une autre parabole ––– c’est quelqu’un – un patron – qui a planté une vigne    

et il a mis autour – une clôture ––– et il y a creusé un pressoir – et il a construit une tour

––– et il l’a louée à des paysans ––– et il est parti en voyage

Et quand le temps des fruits a approché – il a envoyé ses serviteurs vers les paysans    

pour en prendre ––– les fruits

Et les paysans  – ont saisi ses serviteurs    

l’un ils l’ont battu – l’un ils l’ont tué ––– l’un ils l’ont chassé à coup de pierres

À nouveau – il a envoyé d’autres serviteurs ––– plus nombreux que les premiers

et ils leur ont fait – la même chose

Et après cela – il leur a envoyé son fils    

il a dit – Ils vont respecter mon fils

Et les paysans ont vu le fils – ils se sont dit ––– Celui-ci – c’est l’héritier    

allez ––– tuons-le – et obtenons son héritage

Et ils l’ont saisi – ils l’ont jeté hors de la vigne         

et – ils l’ont tué

Donc une fois venu ––– le seigneur de la vigne    

que va-t-il faire – à ces paysans-là

Ils lui ont dit ––– Faisant du mal aux malfaisants – il va les faire mourir         

et il va louer la vigne à d’autres paysans ––– de ceux – qui lui en rendront les fruits

– en leur temps

 

Jessous leur a dit ––– N’avez-vous jamais lu – dans les écritures    

Une pierre – celle qu’ont rejetée les bâtisseurs – est devenue tête d’angle ––– de Seigneur

– cela est advenu – et elle est merveilleuse à nos yeux

Pour cela – je vous dis qu’à vous ––– sera enlevé le règne de Dieu

et il sera donné – à une nation ––– qui en fera les fruits

Et les grands prêtres et les farisséens – ont entendu ses paraboles    

ils ont connu – qu’il parlait d’eux-mêmes

Et ils ont cherché à se saisir de lui ––– ils ont eu peur des foules

sachant – qu’elles le tenaient pour un prophète

 

Ch. 22

Et Jessous – a repris    

à nouveau – il leur a dit en paraboles    

Il a dit – Le règne des cieux – est semblable à quelqu’un – un roi    

qui a fait des noces – pour son fils

Et il a envoyé ses serviteurs inviter – les invités aux noces

et ils ne voulaient pas – venir

À nouveau il a envoyé d’autres serviteurs ––– il a dit – Dites aux invités     

Voici – j’ai préparé mon banquet – mes taureaux et les grasses bêtes ont été sacrifiées

– et tout est prêt ––– venez aux noces

Et ils n’y ont pas pris garde ––– ils sont partis    

qui – à son champ – ou qui à son commerce

Et quant aux autres – ils ont saisi ses serviteurs    

ils les ont injuriés ––– et tués

Et le roi s’est mis en colère – et il a envoyé ses troupes    

il a fait mourir – ces meurtriers ––– et il a incendié leur ville

Alors – il a dit à ses serviteurs    

Si la noce est prête – les invités n’en étaient pas dignes

Donc partez – tout au long des chemins   

et tous ceux que vous trouvez – invitez-les aux noces

Et ces serviteurs-là sont sortis sur les chemins ––– ils ont rassemblé tous ceux qu’ils ont trouvés

––– mauvais aussi bien – que bons

et la noce – a été remplie de convives

Et le roi est entré – pour observer les convives    

il a vu là quelqu’un – qui n’avait pas revêtu un vêtement de noce

Et il lui a dit – Camarade ––– comment es-tu entré ici sans avoir un vêtement de noce

et lui ––– bouche cousue

Alors le roi a dit aux servants ––– Liez-lui pieds et mains – jetez-le dans l’ombre du dehors

là – sera le pleur ––– et le grincement des dents

Car nombreux – sont les invités

et peu nombreux ––– les élus

 

Alors les farisséens – s’en sont allés ils ont tenu conseil

comment – ils vont l’empêtrer dans une parole

Et ils lui envoient leurs disciples – avec les hèrôdiens – pour dire

Maître – nous savons que tu es vrai ––– et que le chemin de Dieu – en vérité – tu l’enseignes

Et tu ne te soucies – de personne

car tu ne regardes pas – à la surface des gens

Donc ––– dis-nous quel est ton avis   

est-il permis – de donner l’impôt à Caésar – ou non

Et Jessous – a connu leur méchanceté

Pourquoi m’éprouvez-vous – imposteurs ––– montrez-moi la pièce de monnaie – pour l’impôt    

Et ils lui ont présenté – un dinar

et il leur a dit ––– De qui ––– est cette image – et l’inscription

Ils lui disent – De Caésar

alors il leur dit – Donc rendez – ce qui est de Caésar – à Caésar ––– et ce qui est de Dieu – à Dieu

Aussi – ils ont entendu ils ont été stupéfaits

et ils l’ont laissé ––– ils sont partis

 

Ce jour-là – des saddoukéens se sont approchés de lui ––– ils disaient qu’il n’y a pas de résurrection

––– ils ont dit – Maître – Moïssès a dit   

Si quelqu’un meurt sans avoir d’enfants – son frère épousera sa femme – et il ressuscitera une

semence – pour son frère

Et il y avait chez nous – sept frères ––– et le premier s’est marié          

il est mort et il n’avait pas de semence ––– il a laissé sa femme à son frère

De même aussi le deuxième – aussi le troisième ––– jusqu’aux sept

et après eux tous ––– la femme – est morte

À la résurrection – donc ––– duquel des sept – sera-t-elle la femme

car tous – l’ont eue

Et Jessous a répondu il leur a dit – Vous vous égarez ––– vous ne connaissez pas les écritures

ni ––– la puissance de Dieu

Car à la résurrection – ni on épouse – ni on est épousée

mais – comme des messagers ––– on est dans le ciel    

Et pour la résurrection des morts ––– n’avez-vous pas lu – le dit    

qui vous dit – de la part de Dieu

Moi je suis ––– le dieu d’Abraam – et le dieu d’Issaac – et le dieu de Jacôb

il n’est pas – dieu de morts ––– mais de vivants

 

Et les foules – ont entendu    

elles étaient frappées – par son enseignement

Et les farisséens ont entendu ––– qu’il a cousu la bouche aux saddoukéens

ils se sont rassemblés – d’un même accord

Et l’un d’entre eux – a interrogé    

il l’a mis à l’épreuve ––– Maître – quel commandement est grand – dans la loi

Et il lui a déclaré ––– Tu aimeras Seigneur – ton dieu    

de tout ton cœur – et de tout ton souffle de vie – et de toute ta pensée

Celui-ci – est le grand

et premier ––– commandement

Et un second – est semblable à lui

Tu aimeras ton prochain – comme toi-même

À ces deux – commandements         

toute la loi est suspendue ––– les prophètes aussi

 

Et les farisséens se sont rassemblés ––– Jessous – les a interrogés – il a dit

Quel est votre avis – au sujet du messie ––– de qui est-il fils

Ils lui ont dit – De David

il leur dit – Donc comment David ––– par un souffle ––– l’appelle-t-il seigneur

Lui qui a dit ––– Seigneur a dit à mon seigneur    

Assieds-toi à ma droite ––– jusqu’à ce que j’aie mis tes ennemis – sous tes pieds

Donc – si David l’appelle seigneur    

comment – est-il son fils

Et personne – n’était capable de lui répondre – une parole    

et pas un n’a osé – à partir de ce jour-là ––– l’interroger encore

 

Ch. 23

Alors – Jessous a parlé aux foules    

et – à ses disciples         

Il a dit ––– Sur le siège de Moïssès    

les lettrés et les farisséens – se sont assis

Donc tout ce qu’ils vous diraient – faites-le et gardez-le

et selon leurs œuvres – ne faites pas ––– car ils disent et ne font pas

Et ils attachent de lourds fardeaux ––– qu’ils mettent – sur les épaules des gens

et eux – ils ne veulent pas les bouger du doigt

Et toutes leurs œuvres ––– ils les font – pour être regardés par les gens

car ils élargissent leurs tefillines – et ils allongent les franges

Et ils aiment – le divan d’honneur dans les festins

et les places d’honneur – dans les lieux de réunion

Aussi les saluts – sur les places publiques

aussi – être appelés par les gens ––– Rabbi

 

Et vous – ne soyez pas appelés rabbi

car un seul – est votre maître ––– et vous tous – vous êtes frères

Père aussi – ne vous appelez pas ––– sur la terre

car un seul – est pour vous le père ––– l’ourane

Ni – ne soyez appelés guides

car votre guide ––– un seul l’est – le messie

Et le plus grand – d’entre vous    

sera – pour vous – un servant

Et celui qui s’élèvera – sera abaissé

et celui qui s’abaissera ––– sera élevé

 

Et malheur à vous – lettrés et farisséens – imposteurs

parce que vous fermez le règne des cieux – devant les gens

Car vous – vous n’entrez pas

et ceux qui entrent non plus ––– vous ne les laissez pas – entrer  

 

Malheur à vous – lettrés – et farisséens ––– imposteurs

parce que – vous parcourez la mer et le sec – pour faire un seul prosélyte

Et quand il l’est devenu ––– vous faites – de lui – un fils de la guéenna         

deux fois – plus que vous 

 

Malheur à vous – meneurs aveugles ––– qui dites

Celui qui fait serment par le sanctuaire – cela ne vaut pas ––– et celui qui fait serment

– par l’or – du sanctuaire – cela l’engage

Fous ––– et aveugles    

car lequel est plus grand – l’or ––– ou le sanctuaire qui sanctifie l’or

Aussi ––– Celui qui fait serment par l’autel – cela ne vaut pas

et celui qui fait serment – par l’offrande qui est dessus ––– cela l’engage

Aveugles – car lequel est plus grand ––– l’offrande ––– ou l’autel – qui sanctifie l’offrande

donc celui qui fait serment – par l’autel – fait serment – par celui-ci et par tout ce qui est

dessus

Et celui – qui fait serment par le sanctuaire    

fait serment par celui-ci ––– et – par celui qui habite en lui

Et celui – qui fait serment par le ciel – fait serment par le trône de Dieu

et par celui – qui siège dessus

 

Malheur à vous – lettrés et farisséens ––– imposteurs    

parce que vous payez la dîme sur la menthe – et le fenouil – et le cumin

Et vous avez laissé – ce qui a le plus de poids dans la loi         

le jugement – et la miséricorde ––– et la foi

Ceci – il fallait faire ––– et cela – ne pas le laisser

meneurs aveugles ––– qui filtrez le moustique – et avalez la chamelle

 

Malheur à vous – lettrés et farisséens imposteurs ––– parce que vous purifiez – le dehors de la coupe

et de l’assiette

et au-dedans – elles sont remplies par la rapine ––– et par la démesure

Farisséen aveugle ––– purifie d’abord – le dedans de la coupe

pour que le dehors lui aussi ––– devienne pur

 

Malheur à vous lettrés et farisséens imposteurs ––– parce que vous ressemblez – à des tombeaux

qu’on a blanchis   

si – du dehors – ils paraissent superbes ––– de l’intérieur ils sont remplis d’ossements

de morts – et de toute sorte d’impureté

Ainsi vous aussi ––– si du dehors – pour les gens – vous paraissez justes    

de l’intérieur – vous êtes pleins d’imposture – et d’infidélité   

 

Malheur à vous – lettrés – et farisséens imposteurs – parce que – vous bâtissez les tombeaux des prophètes

et vous ornez – les monuments des justes

Et vous dites – Si nous avions vécu – aux jours de nos pères    

nous n’aurions pas – fait cause commune avec eux ––– dans le sang des prophètes

Si bien que vous êtes témoins – vous-mêmes    

que vous êtes fils – des assassins des prophètes

Et vous avez rempli – toute la pleine mesure de vos pères 

serpents engendrés de vipères ––– comment fuirez-vous le jugement  – de la guéenna

 

Pour cela voici ––– moi – je vous envoie des prophètes – et des sages – et des lettrés

Vous tuerez de ceux-là – et crucifierez    

Et de ceux-là – vous fouetterez – dans vos lieux de réunion    

et vous poursuivrez – de ville en ville    

Ainsi viendra sur vous ––– tout le sang juste – qui a été répandu sur la terre

depuis le sang d’Abel le juste ––– jusqu’au sang – de Za'harias fils de Barahias ––– que

vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel

Amèn – je vous dis    

tout cela – viendra – sur cette engeance 

 

Sainte-Salem ––– Sainte-Salem qui tues les prophètes    

et qui lapides – ceux qui te sont envoyés

Combien de fois – ai-je voulu rassembler tes enfants

à la manière – d’une poule qui rassemble ses poussins ––– sous les ailes

Et – vous n’avez pas voulu

voici ––– pour vous – elle est laissée – votre maison – déserte

Car je vous dis – Non – vous ne me voyez plus désormais – jusqu’à ce que vous disiez    

Béni celui qui vient – au nom de Seigneur  

 

Ch. 24

Et Jessous – est sorti du lieu saint ––– il s’en allait   

et ses disciples se sont approchés – pour lui montrer – les bâtiments du lieu saint

Et il a répondu il leur a dit ––– Vous regardez tout cela – n’est-ce pas    

amèn – je vous dis non ––– il ne va rester ici – pierre sur pierre – qui ne sera détruite    

 

Et au mont des Oliviers il s’est assis ––– ses disciples se sont approchés de lui – à l’écart

––– ils ont dit

Dis-nous quand ce sera ––– avec quel signe – pour ton avènement et l’achèvement

de ce temps

Et Jessous a répondu il leur a dit – Prenez garde

que personne – ne vous trompe

Car beaucoup vont venir en usant de mon nom ––– ils vont dire    

C’est moi – je suis le messie ––– et ils vont en tromper beaucoup

Et vous allez entendre ––– guerres – et bruits de guerres

voyez à ne pas – vous alarmer ––– car cela doit arriver

Mais ce n’est pas la fin ––– car une nation va se dresser – contre une nation    

et – un règne contre un règne 

Et il y aura des famines ––– et des séismes – ici ou là

et tout cela ––– est commencement – de douleurs

Alors – on vous livrera à l’oppression – et l’on vous tuera

et vous serez haïs par tous les gens des nations – à cause de mon nom   

Et alors – beaucoup – vont chuter    

et les uns les autres – ils vont se trahir ––– et ils vont se haïr – les uns les autres

Et beaucoup de faux prophètes – vont se lever – et ils vont en tromper beaucoup

et à cause de la multiplication de l’infidélité ––– l’amour – va se refroidir – pour beaucoup

Et celui – qui résistera jusqu’à la fin    

celui-là – sera sauvé

Et l’on proclamera – cette annonce de paix – du règne – sur toute la terre habitée ––– en témoignage

– pour tous les gens des nations    

et alors – la fin viendra

 

Donc – quand vous verrez – l’abomination de la dévastation ––– c’est le dit par Danièl le prophète

––– se tenir dans un lieu saint ––– celui qui lit – qu’il comprenne

alors ––– ceux qui sont dans la Joudéenne – qu’ils fuient dans les montagnes

Qui est sur la terrasse – qu’il ne descende pas – prendre – ce qui est dans sa maison

et qui est au champ – qu’il ne revienne pas en arrière ––– prendre son manteau

Et malheur – à celles qui sont grosses ––– et à celles qui allaitent ––– en ces jours-là 

et priez – pour que votre fuite n’arrive pas – l’hiver ––– ni – un sabbat

Car ce sera – alors – une grande oppression

comme il n’en est pas arrivé ––– depuis le commencement du monde – jusqu’à maintenant

– non ––– et n’arrivera plus

Et s’ils ne sont pas abrégés – ces jours-là ––– nulle chair ne sera sauvée

et à cause des élus – ces jours-là seront abrégés

 

Alors si quelqu’un vous dit ––– Voici – le messie est ici    

ou ici ––– ne le croyez pas

Car vont se lever de faux messies – et de faux prophètes ––– et ils offriront des signes – grands

– et des prodiges    

au point de tromper – si possible – même les élus

Voici – je vous l’ai prédit         

donc – si l’on vous dit    

Voici il est dans le désert ––– ne sortez pas

Voici – dans les resserres ––– ne le croyez pas

Car – comme l’éclair sort du levant – et brille jusqu’au couchant

de même – sera l’avènement du fils de l’humain

Où – que soit le cadavre

là – vont se rassembler les aigles

 

Et aussitôt après l’oppression de ces jours-là – le soleil – deviendra ténèbres – et la lune ne donnera

plus sa clarté 

et les astres tomberont du ciel ––– et les puissances des cieux – seront ébranlées

Et alors paraîtra ––– le signe du fils de l’humain ––– dans le ciel

et alors – elles se frapperont la poitrine – toutes les tribus de la terre

Elles verront le fils de l’humain ––– qui viendra sur les nuées du ciel

avec une puissance – et une gloire ––– multiple

Et il enverra ses messagers – avec la grande trompe ––– et ils rassembleront ses élus – des

quatre vents

du plus haut des cieux – au plus haut des cieux 

 

Et du figuier ––– apprenez la parabole

déjà – quand sa branche devient tendre – et que les feuilles poussent ––– vous savez

– que proche est l’été

De même – vous aussi         

quand vous voyez tout cela – vous savez que c’est proche ––– aux portes

Amèn – je vous dis non ––– cette génération ne va passer – que tout cela n’arrive

le ciel et la terre vont passer ––– et mes paroles – non – ne passeront pas

 

Et au sujet de ce jour-là – et de l’heure ––– nul ne sait    

ni les messagers des cieux – ni le fils ––– sinon le père – seul

Car pareil – aux jours de Nôé    

tel sera ––– l’avènement du fils de l’humain

Car – comme en ces jours-là   

où les gens d’avant le cataclysme – mangeaient et buvaient – se mariaient et mariaient

––– jusqu’au jour – où Nôé est entré dans l’arche 

Et n’ont rien su – jusqu’à ce que le cataclysme ––– vienne et les enlève tous    

    tel sera – aussi – l’avènement du fils de l’humain 

 

Alors – ils seront deux au champ

l’un est pris ––– et l’un – est laissé

Elles seront deux à moudre – à la meule

    l’une – est prise – et l’une est laissée

Donc veillez ––– car vous ne connaissez pas

le jour ––– où vient votre seigneur

 

Et vous le savez ––– si le patron – avait connu l’heure de la nuit – où vient le voleur ––– il aurait

veillé

et il n’aurait pas laissé percer – sa maison

Pour cela – vous aussi – soyez prêts

c’est celle – que vous ne pensez pas ––– l’heure ––– où le fils de l’humain – vient 

 

Qui donc – est le serviteur fiable ––– et de bon sens    

que le seigneur a installé sur sa maisonnée ––– pour leur donner à manger – quand il faut   

Heureux ––– ce serviteur – que son seigneur en arrivant ––– va trouver agissant de la sorte

amèn – je vous dis que sur tous ses biens ––– il va l’installer

Et s’il dit – ce mauvais serviteur – en son cœur ––– Il prend son temps – mon seigneur

et se met – à frapper ses camarades de service ––– et mange – et boit avec les ivrognes

Il va venir – le seigneur de ce serviteur-là ––– en un jour qu’il n’attend pas    

et à une heure – qu’il ne connaît pas

Et il va le disjoindre ––– et sa part – il va la mettre avec les imposteurs

là – sera le pleur ––– et le grincement des dents

 

Ch. 25

Alors ––– le règne des cieux ressemblera ––– à dix filles

elles ––– ont pris leur lampe elles sont sorties ––– à la rencontre – du marié

Et cinq d’entre elles – étaient folles    

et cinq ––– étaient sensées

Car les folles – ont pris leur lampe ––– avec – elles n’ont pas pris d’huile

et les sensées ont pris de l’huile ––– dans des fioles – avec leur lampe

Et le marié a pris son temps ––– elles se sont assoupies – toutes

et – elles dormaient

Et au milieu de la nuit – un cri survient – Voici le marié ––– sortez à sa rencontre

alors elles se sont réveillées – toutes ces filles – et elles ont préparé leur lampe

Et les folles – ont dit aux sensées – Donnez-nous de votre huile

parce que – nos lampes se sont éteintes

Et les sensées ont répondu elles ont dit – Pas du tout ––– non – elle ne suffira pas – pour nous

et pour vous

allez plutôt chez les marchands – et achetez-vous en    

Et elles étaient parties pour en acheter – le marié est venu    

et celles qui étaient prêtes – sont entrées aux noces avec lui ––– et on a fermé la porte

Et plus tard – sont venues aussi ––– les autres filles    

elles ont dit – Seigneur ––– seigneur ouvre-nous

Et lui – a répondu il a dit    

Amèn je vous dis – je ne vous connais pas 

Donc veillez – parce que vous ne connaissez pas

le jour ––– ni l’heure 

 

Car – c’est comme quelqu’un ––– qui partait à l’étranger    

il a appelé ses serviteurs ––– et il leur a livré – ses biens

Et à lui il a donné – cinq pesants d’argent – et à lui – deux ––– et à lui – un seul ––– à chacun

– selon ses possibilités à lui    

et il est parti à l’étranger – aussitôt

Il est allé – celui qui a reçu – les cinq pesants     

il a travaillé avec ––– et il en a gagné – cinq autres

De même – celui qui a reçu les deux    

il en a gagné – deux autres

Et celui qui a reçu un seul – il est parti il a creusé en terre

et il a caché – l’argent de son seigneur

Et après beaucoup de temps ––– vient – le seigneur de ces serviteurs-là

et il règle ses comptes – avec eux

Et s’est approché – celui qui a reçu les cinq pesants ––– il a apporté cinq autres pesants – il a dit    

Seigneur – tu m’as livré cinq pesants ––– voici – j’ai gagné cinq autres pesants

Son seigneur de lui déclarer ––– Excellent ––– bon serviteur – et fiable

sur peu de choses tu étais fiable ––– sur beaucoup – toi – je vais t’établir ––– entre –

dans la joie de ton seigneur

S’est approché aussi – celui des deux pesants

il a dit Seigneur – tu m’as livré deux pesants – voici – j’ai gagné deux autres pesants   

Son seigneur – de lui déclarer – Excellent ––– bon serviteur – et fiable

sur peu de choses – tu étais fiable ––– sur beaucoup – toi je vais t’établir ––– entre dans

la joie de ton seigneur

Et s’est approché aussi – celui qui a reçu – un seul pesant ––– il a dit    

Seigneur – j’ai su de toi – que tu es quelqu’un de dur ––– tu moissonnes là où tu n’as

pas semé – et tu amasses – de là où tu n’as pas dépensé

Et j’ai eu peur – je suis parti j’ai caché ton pesant – en terre

voici ––– tu as ce qui est tien

Et son seigneur a répondu il lui a dit – Mauvais serviteur ––– et paresseux    

tu savais – que je moissonne là où je n’ai pas semé – et que j’amasse – de là où je n’ai

pas dépensé

Donc il te fallait placer mon argent – chez les banquiers

et moi – en venant – j’aurais récupéré ce qui est mien – avec un intérêt

Donc ôtez-lui – le pesant    

et donnez à celui – qui a les dix pesants

Car à celui qui a – à chacun – on donnera – et il aura de reste    

et de celui – qui n’a pas ––– ce qu’il a aussi ––– on lui ôtera 

Et le serviteur inutile – jetez-le dehors ––– dans les ténèbres – celles du dehors

là – sera le pleur – et le grincement des dents

 

Et quand vient – le fils de l’humain – dans sa gloire ––– et tous les messagers avec lui

alors – il siégera – sur son trône de gloire

Et s’assembleront devant lui – tous les gens des nations ––– et il les séparera les uns des autres

comme le berger sépare ––– les brebis – des chèvres

Et il placera les brebis – à sa droite    

et les chevreaux – à gauche

Alors – le roi – dira à ceux de sa droite – Venez – les bénis de mon père    

héritez – du règne préparé pour vous – depuis la fondation du monde

Car j’ai eu faim – et vous m’avez donné à manger ––– j’ai eu soif – et vous m’avez désaltéré    

j’étais étranger et vous m’avez accueilli ––– nu – et vous m’avez vêtu    

J’ai été malade – et vous m’avez visité         

j’étais en prison ––– et vous êtes venus vers moi

Alors – les justes lui répondront ils diront – Seigneur ––– quand donc         

nous t’avons vu – affamé – et t’avons nourri ––– ou assoiffé – et t’avons désaltéré    

Et quand – nous t’avons vu étranger – et t’avons accueilli        

ou nu – et t’avons vêtu

Et quand nous t’avons vu – malade – ou en prison    

et sommes allés – vers toi

Et le roi répondra il leur dira – Amèn je vous dis – chaque fois – que vous l’avez fait ––– à un seul

– de ceux-ci – aux plus petits de mes frères         

à moi – vous l’avez fait

Alors il dira aussi – à ceux de gauche ––– Partez loin de moi – maudits    

au feu éternel ––– préparé – pour l’accusateur – et pour ses messagers 

Car j’ai eu faim ––– et vous ne m’avez pas donné à manger    

j’ai eu soif – et vous ne m’avez pas – désaltéré    

J’étais étranger et vous ne m’avez pas accueilli ––– nu – et vous ne m’avez pas vêtu    

malade – et en prison – et vous ne m’avez pas – visité

Alors ils répondront – eux aussi ––– ils diront – Seigneur – quand donc    

nous t’avons vu affamé – ou assoiffé ––– ou étranger – ou nu ou malade ––– ou en prison

––– et ne t’avons pas – servi

Alors il leur répondra – il dira – Amèn je vous dis ––– chaque fois – que vous ne l’avez pas fait

– à un seul de ceux-ci – aux plus petits         

non – à moi – vous ne l’avez pas fait

Et ceux-là – s’en iront vers un châtiment éternel

et les justes ––– vers une existence éternelle

 

Ch. 26

Et il s’est passé – quand Jessous a terminé – toutes ces paroles    

qu’il a dit – à ses disciples

Vous savez que dans deux jours – la Pâque arrive    

et le fils de l’humain est livré – pour qu’il soit – crucifié

 

Alors se sont assemblés – les grands prêtres et les anciens du peuple    

dans le palais du grand prêtre ––– nommé Caïafa

Et ils ont décidé ensemble – pour Jessous    

que par ruse – on l’arrête ––– et qu’on le tue

Et ils disaient – Pas pendant la fête    

afin qu’il n’y ait pas – de trouble – dans le peuple

 

Et Jessous – s’est trouvé – à Bèthania

dans la maison – de Simôn le lépreux

Une femme s’est approchée de lui – elle avait un vase d’albâtre – d’un parfum hors de prix    

et elle l’a versé sur sa tête – comme il était à table

Et les disciples ont vu ils se sont indignés – ils ont dit ––– Quel sens – a cette perte

car cela – on pouvait le réaliser – pour cher ––– et le donner aux pauvres

Et Jessous l’a connu – il leur a dit ––– Pourquoi – faites-vous de la peine – à cette femme    

car c’est une action – belle ––– accomplie par elle – envers moi

Car toujours ––– vous avez des pauvres – avec vous

et moi ––– vous ne m’avez pas toujours

Car si elle a jeté – ce parfum – sur mon corps

c’est en vue – de mon ensevelissement – qu’elle l’a fait

Amèn – je vous dis ––– là où l’on proclamera – cette annonce de paix – dans le monde entier    

on parlera aussi – de ce qu’elle a fait ––– en mémoire d’elle

 

Alors – l’un des douze est parti ––– le nommé Joudas Iscariôtês ––– chez les grands prêtres

il a dit – Qu’acceptez-vous – de me donner ––– et moi – je vous le livrerai

Et ils lui ont pesé – trente pièces d’argent

et dès lors – il cherchait le temps favorable – pour le livrer

 

Et le premier jour des sans levain – les disciples – se sont approchés de Jessous – ils ont dit

Où – veux-tu que nous préparions – pour toi – où manger la Pâque

Et il a dit – Partez à la ville – chez untel – et dites-lui

Le maître dit ––– Mon temps est proche – je fais la Pâque chez toi – avec mes disciples

Et les disciples ––– ont fait – comme Jessous leur a prescrit

et – ils ont préparé la Pâque

 

Et le soir venu – il était à table avec les douze         

et ils mangeaient il leur a dit ––– Amèn – je vous dis que – l’un de vous ––– va me livrer

Et ils sont devenus tristes – grandement ––– ils se sont mis à lui dire – chacun

Pas moi – n’est-ce pas – seigneur

Et il a répondu il a dit – Celui qui a plongé – avec moi – la main dans le plat    

celui-là ––– va me livrer

Mais le fils de l’humain s’en va – comme il a été écrit à son sujet         

et malheur à cet humain – par qui le fils de l’humain – est livré ––– il serait beau – pour lui

––– qu’il n’ait pas été engendré – cet humain-là

Et Joudas a répondu – lui qui le livrait – il a dit ––– Pas moi n’est-ce pas – rabbi

il lui a répondu ––– Toi – tu le dis             

 

Et ils mangeaient – Jessous a pris du pain et il a béni ––– il a rompu et il a donné aux disciples

– il a dit

Prenez ––– mangez – ceci est mon corps         

Et il a pris une coupe – et il a rendu grâces ––– il leur a donné il a dit    

Buvez d’elle ––– tous

Car ceci – est mon sang de l’alliance

répandu pour beaucoup – pour que les erreurs passées – soient effacées

Et je vous dis ––– Non – je ne boirai – désormais – de ce produit de la vigne ––– qu’en ce jour

– où je le boirai avec vous

nouveau ––– dans le règne de mon père

 

Puis – ils ont chanté les hymnes    

ils sont sortis ––– vers le mont des Oliviers

Alors Jessous leur a dit ––– Tous – vous allez chuter – par moi ––– par cette nuit

car il est écrit – Je frapperai le berger ––– et se disperseront – les brebis du troupeau

Et après m’être ––– éveillé         

je vous précéderai – dans la Galiléenne

Et Roc a répondu il lui a dit ––– Si tous – vont tomber par toi    

moi ––– jamais je ne tomberai

Jessous lui déclarait ––– Amèn – je te dis qu’en cette nuit – avant que chante un coq    

trois fois – tu vas me renier

Roc lui a dit – Même si je devais – avec toi – mourir ––– non ––– je ne te renierai pas

pareillement – ont dit aussi tous les disciples 

 

Alors Jessous vient – avec eux – dans un domaine nommé Guethsèmani ––– et il dit aux disciples

Asseyez-vous là – le temps que j’aille là-bas ––– je vais prier

Et il a pris Roc avec lui – et les deux fils de Zébédéos

en lui ont monté ––– tristesse – et tourment

Alors il leur dit – La tristesse enserre ma vie ––– à mort

restez ici – et veillez avec moi

Et il est allé un peu plus loin ––– il est tombé sur sa face – il a prié – et il a dit

Mon père – s’il est possible ––– qu’elle passe loin de moi – cette coupe ––– pourtant –

pas comme moi je veux ––– mais – comme toi

Et il vient vers les disciples – et il les trouve endormis

et il dit à Roc – Ainsi – vous n’avez pas eu la force – une seule heure ––– de veiller avec moi

Veillez – et priez – pour ne pas entrer dans une épreuve

le souffle – est ardent ––– et la chair – sans force

De nouveau – une deuxième fois – il est parti ––– il a prié il a dit

Mon père – s’il n’est pas possible – que cela passe sans que je le boive ––– advienne

– ta volonté

Et il est venu ––– de nouveau – il les a trouvés endormis

car leurs yeux s’étaient – alourdis

Et il les a laissés – de nouveau il est parti – il a prié une troisième fois

il a dit la même parole – de nouveau

 

Alors il vient vers les disciples – et il leur dit ––– Continuez à dormir ––– et reposez-vous

voici – l’heure approche ––– et le fils de l’humain  – est livré aux mains des fautifs

Réveillez-vous – allons

voici – il approche ––– celui qui me livre

 

Et il parlait encore – voici ––– Joudas – un des douze – est venu ––– et avec lui – une foule

nombreuse ––– avec couteaux et bâtons         

de la part – des grands prêtres et des anciens du peuple

Et il l’a livré – il leur a donné un signe ––– il a dit

Celui que je vais embrasser – c’est lui ––– saisissez-le

Et aussitôt – il s’est approché de Jessous ––– il a dit – Salut rabbi

et il l’a embrassé – d’un baiser

Et – Jessous lui a dit – Camarade ––– es-tu là – pour cela

alors ils se sont approchés – ils ont porté les mains sur Jessous – et ils l’ont saisi

Et voici – un de ceux qui étaient avec Jessous – a étendu la main ––– il a dégainé son couteau

et il a frappé – le serviteur du grand prêtre ––– il lui a enlevé l’oreille

Alors Jessous lui dit ––– Remets ton couteau à sa place

car tous ceux – qui prennent le couteau ––– au couteau – périront

Ou bien ––– penses-tu – que je ne peux pas – supplier mon père

et il va m’adjoindre – immédiatement ––– plus de douze – légions de messagers  

Donc comment vont se remplir – les écritures         

qu’il doit – en être ainsi

En cette heure – Jessous a dit aux foules         

Comme sur un bandit – vous êtes sortis – avec couteaux et bâtons – pour me capturer

Chaque jour – dans le lieu saint – j’étais assis ––– j’enseignais ––– et vous ne m’avez pas saisi

et tout cela est arrivé ––– pour que se remplissent – les écritures des prophètes

Alors – tous les disciples l’ont laissé ––– ils ont fui

et ceux qui ont saisi Jessous – l’ont emmené chez Caïafa – le grand prêtre ––– là – où les lettrés

et les anciens – se sont réunis

Et Roc – le suivait de loin – jusqu’à la cour du grand prêtre ––– et il est entré à l’intérieur    

il était assis avec les domestiques – pour voir la fin

 

Et les grands prêtres – et le conseil tout entier – cherchaient un faux témoignage – contre Jessous

––– de façon – à le faire mourir

et ils n’ont pas trouvé – parmi le grand nombre de faux témoins – qui s’approchaient

Et finalement – deux se sont approchés ––– ils ont dit    

Celui-ci déclarait ––– Je peux détruire le temple de Dieu – et en trois jours ––– le bâtir

Et le grand prêtre s’est levé – il lui a dit ––– Tu ne réponds pas à cela ––– ceux-là témoignent

contre toi 

et Jessous – se taisait

Et le grand prêtre – lui a dit – Je t’adjure – par Dieu – le vivant    

pour que tu nous dises – si toi ––– tu es le messie – le fils de Dieu 

Jessous lui dit ––– Toi – tu dis ––– alors que je vous dis    

Désormais – vous verrez le fils de l’humain – assis à droite de la puissance ––– et il viendra

––– sur les nuées du ciel

Alors – le grand prêtre a lacéré ses vêtements – il a dit    

Il a blasphémé ––– pourquoi avons-nous encore besoin – de témoins

Voyez ––– maintenant – vous avez entendu le blasphème ––– qu’en pensez-vous

et ils ont répondu ils ont dit – Il est passible de mort

Alors ils ont craché sur sa face – et ils l’ont giflé

et ils l’ont frappé – ils ont dit

Fais-nous le prophète – messie

qui est-ce – celui qui s’amuse de toi

 

Et Roc – était assis dehors – dans la cour ––– et une servante s’est approchée de lui – elle a dit

Toi aussi – tu étais avec Jessous – le Galiléen

Et il a nié – devant tous ––– il a dit

Je ne sais pas – de quoi tu parles

Et il est parti vers le portail ––– une autre l’a vu – et elle dit à ceux qui sont là

Lui – il était avec Jessous le Nazôréen

Et de nouveau il a nié – faisant serment

Je ne connais pas – cet homme

Et peu après – ceux qui se tenaient là ont dit à Roc    

C’est vrai – toi aussi tu es de ceux-là ––– car ton parler aussi – te fait reconnaître

Alors il s’est mis à les maudire ––– et à jurer – Je ne connais pas cet homme

et aussitôt ––– un coq – a chanté

Et Roc s’est souvenu du mot de Jessous – qui avait dit – Avant que chante un coq ––– trois fois

– tu vas me renier

et il est sorti ––– dehors – il a pleuré amèrement

 

Ch. 27

Et le matin venu ––– ont tenu conseil – tous les grands prêtres et les anciens du peuple – contre

Jessous    

en sorte de le faire – mourir

Et ils l’ont lié – ils l’ont emmené    

et ils l’ont livré à Pilatos – le gouverneur

 

Alors Joudas a vu ––– celui qui l’a livré ––– qu’il a été condamné

il s’en est repenti ––– il a rendu les trente pièces d’argent – aux grands prêtres et aux anciens

Il a dit – J’ai fait erreur ––– j’ai livré un sang – innocent

et ils ont dit – Pourquoi nous ––– à toi de voir

Et il a jeté les pièces d’argent – dans le temple ––– il y était retourné    

et il est parti – il s’est pendu

Et les grands prêtres ont pris les pièces d’argent – ils ont dit    

Il n’est pas permis – de les jeter dans le trésor – puisque c’est le prix – d’un sang

Et ils ont tenu conseil – ils ont acheté avec ––– le champ du potier – comme cimetière pour

les étrangers

c’est pourquoi ce champ s’appelle – Champ du Sang ––– encore aujourd’hui

Alors s’est rempli – le dit – par Jérémias le prophète ––– qui disait

Et ils ont pris – les trente pièces d’argent – le prix de celui qui a été évalué ––– qu’ils ont

évalué – d’après les fils d’Israèl

Et ils les ont données – pour le champ du potier    

selon ce que Seigneur – m’a prescrit

 

Et Jessous – s’est tenu devant le gouverneur – et le gouverneur l’a interrogé ––– il a dit – Toi

– tu es le roi des Joudéens

et Jessous déclarait – Toi – tu le dis

Et bien qu’accusé par les grands prêtres – et anciens ––– il n’a rien répondu

alors – Pilatos lui dit ––– Tu n’entends pas – combien de témoignages – t’accusent

Et il ne lui a répondu ––– sur aucun point

en sorte que – le gouverneur s’étonne – extrêmement

 

Et chaque fête – le gouverneur avait coutume de délier – à la foule ––– un détenu – celui

qu’ils voulaient

et ils avaient alors un détenu célèbre – nommé ––– Barabbas          

Donc ils se sont assemblés – Pilatos leur a dit – Lequel voulez-vous que je vous délie ––– Barabbas

––– ou Jessous – qu’on appelle messie

car il savait – qu’ils lui ont livré par jalousie

Et il siégeait au tribunal ––– sa femme lui a envoyé dire     

Rien – entre toi et ce juste ––– car j’ai beaucoup souffert – aujourd’hui – d’un songe

à son sujet

Et les grands prêtres et les anciens – ont persuadé les foules – pour qu’elles demandent – Barabbas

et qu’elles perdent – Jessous

Et le gouverneur – a répondu il leur a dit ––– Lequel voulez-vous – des deux – que je vous délie

et ils ont dit ––– Barabbas

Pilatos leur a dit – Donc que vais-je faire ––– de Jessous qu’on appelle messie

ils ont tous dit – Qu’il soit crucifié

Et lui déclarait ––– Car – quel mal a-t-il fait

et ils criaient violemment ils disaient ––– Qu’il soit crucifié  

Et Pilatos – voit – que cela – ne sert à rien    

mais plutôt – que du trouble en vient

Il a pris de l’eau ––– il s’est bien lavé les mains – face à la foule    

il a dit – Je suis innocent – du sang de celui-ci ––– à vous de voir

Et tout le peuple – a répondu il a dit

Son sang – sur nous et sur nos enfants

Alors – il leur a délié Barabbas    

et Jessous a été flagellé ––– il l’a livré pour être crucifié

 

Alors les soldats du gouverneur – ont pris Jessous avec eux – au palais   

ils ont réuni – contre lui – la cohorte entière 

Et ils l’ont déshabillé – ils lui ont passé – une casaque écarlate

et ils ont tressé une couronne – avec des épines – ils l’ont mise sur sa tête – aussi un roseau

– dans sa main droite

Et ils se sont agenouillés devant lui – ils l’ont humilié ils ont dit ––– Salut – roi des Joudéens

et ils ont craché sur lui ––– ils ont pris le roseau – et ils le frappaient sur la tête

 

Et après l’avoir humilié – ils l’ont dévêtu de la casaque – et ils l’ont revêtu de ses vêtements

et ils l’ont emmené ––– pour le crucifier

Et ils sont sortis – ils ont trouvé quelqu’un ––– un Cyrênéen – nommé Simôn

lui – ils l’ont requis – pour qu’il porte sa croix

Et ils sont allés en un lieu – appelé Golgotha ––– ce qui veut dire – Lieu du Crâne

ils lui ont donné à boire – du vin mêlé de fiel ––– et il a goûté – il n’a pas voulu boire

Et ils l’ont crucifié ––– ils ont partagé ses vêtements – ils les ont joués au dé

et ils se sont assis ––– ils le gardaient là

Et on a mis au-dessus de sa tête – son motif ––– écrit

Celui-ci est Jessous ––– le roi – des Joudéens

Alors – sont crucifiés avec lui ––– deux bandits    

un à droite ––– et un à gauche

Et ceux qui passaient blasphémaient contre lui – ils secouaient la tête et ils disaient

Celui qui détruit le temple – et le construit en trois jours ––– sauve-toi toi-même – si tu es

fils de Dieu ––– descends de la croix

De même aussi les grands prêtres – l’humiliaient – avec les lettrés et anciens ––– ils disaient

Il en a sauvé d’autres – il ne peut pas – se sauver lui-même         

Il est roi d’Israël – qu’il descende – maintenant – de la croix ––– et nous croirons en lui

Il s’en est remis à Dieu ––– qu’il le libère – maintenant – s’il veut de lui ––– car il a dit

– de Dieu je suis fils

Et de même – les bandits aussi         

crucifiés ensemble avec lui ––– ils l’insultaient

 

À partir de la sixième heure ––– il y a eu des ténèbres – sur toute la terre

jusqu’à – la neuvième heure

Vers la neuvième heure – Jessous a poussé un cri – à voix forte ––– il a dit ––– Èli Èli ––– léma

saba'hthani

c’est ––– Mon Dieu mon Dieu ––– en vue de quoi – m’as-tu abandonné

Et certains de ceux qui se tenaient là – ont entendu

ils disaient – Lui il appelle Èlias

Et aussitôt – l’un d’entre eux a couru – et il a pris – une éponge

et il l’a remplie de vinaigre – et il l’a mise autour d’un roseau ––– il lui donnait à boire

Et les autres – disaient ––– Voyons – si Èlias vient le sauver

et Jessous – de nouveau a crié – d’une voix forte

 

Il a laissé le souffle ––– et voici – le rideau du temple ––– s’est fendu – du haut jusqu’en bas

––– en deux    

et la terre a tremblé ––– et les pierres se sont fendues

Et les tombes – se sont ouvertes    

et en nombre – des corps des saints endormis ––– se sont éveillés

Et ils sont sortis des tombes ––– après son éveil

ils sont entrés dans la ville sainte ––– et ils se sont manifestés à beaucoup

Et le chef de centaine – et ceux – qui gardaient Jessous avec lui – ont vu le séisme – et ce qui était

arrivé ––– ils ont eu peur – fortement    

ils ont dit – C’est vrai ––– de Dieu – celui-ci était fils

 

Et il y avait là – des femmes – nombreuses ––– qui observaient de loin    

de celles – qui ont suivi Jessous depuis la Galiléenne – pour le servir

Il y avait parmi elles ––– Maria la Magdalêne – et Maria – la mère de Jacôbos et de Jôssèf    

et la mère – des fils de Zébédéos

 

Et le soir arrivé – quelqu’un est venu – un riche d’Harimathée du nom de Jôssèf    

qui lui aussi – était devenu disciple de Jessous

Il s’est approché de Pilatos ––– il a demandé le corps de Jessous

alors Pilatos – a ordonné qu’on le rende

Et Jôssèf ––– a pris le corps    

il l’a enveloppé – d’une étoffe pure

Et il l’a placé – dans son tombeau neuf à lui ––– qu’il a creusé dans le roc

et il y a roulé – une grande pierre – à la porte du tombeau ––– et il est parti

Et il y avait là – Mariam la Magdalêne – et l’autre Maria

elles se sont assises – devant la tombe

 

Et le lendemain ––– c’est après la préparation         

les grands prêtres – et les farisséens – se sont rassemblés chez Pilatos

Ils ont dit ––– Seigneur – nous nous sommes souvenus que celui-là – le trompeur ––– a dit

de son vivant

Après trois jours ––– je m’éveille

Donc – ordonne que l’on mette la tombe – sous surveillance – jusqu’au troisième jour – de peur

que ses disciples – viennent le voler    

ils diront au peuple – Il s’est éveillé d’entre les morts ––– et cette dernière tromperie

– sera pire – que la première

Pilatos leur déclarait – Vous avez une garde – allez-y    

mettez sous surveillance – comme vous savez

Et ils sont partis – ils ont mis la tombe sous surveillance    

ils ont scellé la pierre – avec la garde

 

Ch. 28

Et après le sabbat – à la lumière naissante ––– le premier après le sabbat    

sont venues – Mariam la Magdalêne et l’autre Maria – regarder la tombe

Et voici – un grand séisme est survenu ––– car un messager de Seigneur – est descendu du ciel    

et il s’est approché – il a roulé de côté la pierre – et il s’est assis dessus

Et son aspect – était comme un éclair         

et son vêtement ––– blanc – comme neige

Et de la peur de lui – les gardiens – ont tremblé         

et ils sont devenus – comme – des morts

Et le messager – a répondu il a dit aux femmes – N’ayez pas peur ––– vous         

car je sais que vous cherchez Jessous ––– le crucifié

Il n’est pas ici ––– car il s’est éveillé – comme il a dit

venez ––– voyez le lieu où il gisait

Et vite – partez ––– dites à ses disciples – qu’il s’est éveillé d’entre les morts    

et voici – il vous précède – dans la Galiléenne ––– là – vous le verrez ––– voici – je vous ai dit

Et elles se sont éloignées – vite – du tombeau         

avec une peur ––– et une grande joie ––– elles ont couru avertir ses disciples

Et voici – Jessous les a rencontrées ––– il a dit – Je vous salue

elles se sont approchées – elles lui ont saisi les pieds ––– et elles se sont prosternées devant lui

Alors Jessous leur dit – N’ayez pas peur ––– partez avertir mes frères    

qu’ils partent dans la Galiléenne – et là – ils me verront

 

Et comme elles s’en allaient ––– voici – des gens de la garde – sont venus à la ville

ils ont averti les grands prêtres – de tout ce qui était arrivé

Et ils se sont assemblés – et ont tenu conseil – avec les anciens    

ils ont donné ––– assez d’argent – aux soldats

Ils ont dit ––– Dites ceci

Ses disciples sont venus de nuit ––– ils l’ont volé – nous nous étions endormis

Et si ceci – est entendu du gouverneur – nous serons persuasifs    

et nous ferons – votre tranquillité

Et ils ont pris l’argent ––– ils ont fait – comme on leur avait enseigné  

et cette parole s’est répandue ––– chez les Joudéens ––– jusqu’à aujourd’hui   

 

Et les onze disciples – sont partis dans la Galiléenne         

dans la montagne ––– là – où leur a ordonné – Jessous

Et ils l’ont vu – ils se sont prosternés

et – ils ont eu des doutes

Et Jessous s’est approché – il leur a parlé ––– il a dit

Tout pouvoir – m’a été donné ––– dans le ciel – et sur la terre

Donc – allez ––– instruisez – tous les gens des nations    

immergez-les – dans le nom ––– du père – et du fils – et du souffle saint

Enseignez-leur – à garder tout ce que je vous ai ordonné

et voici – moi – je suis avec vous ––– tous les jours ––– jusqu’à l’achèvement du temps

 

 

 

 

Sur cette traduction

 

Son ambition est de créer une langue française de cet évangile. Non le français habituellement présenté comme correct, ou littéraire, ou supposé poétique ; non plus un décalque qui singerait la phrase et le vocabulaire grecs antiques ; mais une langue qui colle au parler spécifique de ce sujet-là, en le faisant exister comme existent aujourd’hui en français des parlers, fort divers, qui se font reconnaître pour être chacun celui d’un milieu, d’une région, d’une profession, voire d’une personne singulière. Le parler d’un sujet.

 

Il s’agissait d’ailleurs de traduire du parler plutôt que de l’écrit. Cela supposait de marquer le rythme plutôt que la ponctuation.  

 

Il s’agissait de plus de traduire en fonction du grec le plus ordinaire, tel que l’évangile le travaille, et non selon une supposée langue grecque du Nouveau Testament. C’est ainsi par exemple que hamartia redevient « erreur », comme dans le Bailly, et non « péché » !

 

On a traduit de même dans le français le plus ordinaire, un français parlé, qui privilégie, simple exemple, le passé composé, qui est le temps par excellence de l’énonciation orale, plutôt que le passé simple. 

 

Ceci dit, concernant la compréhension du vocabulaire grec, les choix liés à ce qui précède représentent à peu près tout ce qui vient de moi. La plupart du temps, j’ai en effet suivi assez fidèlement les savants spécialistes.

 

Pour en revenir au rythme, cette traduction est conçue à la manière du verset hébreu : deux temps, et des suspens plus ou moins longs correspondant aux principales disjonctions que j’ai instaurées dans le grec, d’une façon qu’on pourra évidemment estimer arbitraire mais qui s’inspire d’une longue pratique du dire. Pour souligner le continu du discours, j’ai utilisé ces tirets plus ou moins longs qui remplissent en partie les blancs destinés à marquer les silences.

 

Il ne s’agit pas ici d’un travail que l’on prétendrait achevé, mais du résultat d’un travail d’atelier, toujours à parfaire ou refaire. En cela comme en bien d’autres domaines, il s’inspire des travaux de Henri Meschonnic, sans toutefois s’inscrire dans les objectifs visés par ce maître.

 

Parmi d’autres, l’un des enjeux de cet atelier pourrait être de permettre aux sociétés dont la culture d’origine privilégie l’oralité de disposer d’Écritures bibliques qu’elles puissent habiter selon les ressorts de leur tradition ou de leur coutume propres. Je veux parler des sociétés qui ont été dominées, outre-mer comme au sein des anciennes métropoles. La colonisation des esprits a en effet été mise en œuvre, entre autres, par l’intériorisation d’une Bible gréco-latine qui a toujours eu partie liée avec le dualisme occidental. Forme et fond, corps et âme, matière et esprit… 

 

C’est en fonction de cela que j’ai tenu à dédier ce travail à la mémoire de mon ami, le regretté Seth Nomenyo, pasteur de l’Église évangélique presbytérienne du Togo et l’un des initiateurs africains de l’animation biblique en milieu populaire.

   

Mais j’avoue aussi que je me suis pris à ce jeu. Bien loin de m’arroger le rôle de massorète d’évangiles enfin aboutis, j’ai travaillé, plus précisément, dans un esprit ludique et poétique. Il s’agissait de me proposer à moi-même cet atelier, à la fois comme un travail, un plaisir et un combat – en attendant mieux.

 

Jean Alexandre

 

 

 

En pratique

 

Le texte est composé de groupes de mots. En parlant normalement, tout francophone marque de tels groupes par une intensité plus grande sur la dernière syllabe prononcée, que l’on appelle une tonique.

Exemple : Samedi dernier – je suis allé aux champignons.

 

Dans la traduction proposée ici, ces mots ou groupes de mots sont séparés par des tirets plus ou moins longs. Ces tirets ne sont pas analogues à une ponctuation mais sont liés au souffle et indiquent un mode de respiration.

 

Lorsqu’un groupe de mots est suivi d’un tiret court (–), il s’agit simplement de marquer la tonique sans installer de pause particulière ; lorsqu’il est suivi d’un tiret long (–––), une respiration plus longue l’unit au groupe suivant.

 

De plus, le verset est composé de deux versants. Pour passer du premier au second, il convient également de marquer une respiration. Il en va de même entre les versets.

 

 

 

Retour au haut de page

 

Retour à la page Traduire