Retour à la page d’accueil 

Retour à Traduire

 

 

 

 

LE LIVRE DES DOUZE  

 

 

JONA

 

                        Accéder aux chapitres :        I           II         III        IV

 

 

 

Chapitre I

 

Et il y a a eu

une parole de mon Seigneur

 

vers Jona fils d'Amittaï

pour dire

     

 

Lève‑toi

va vers Ninive

la grande ville

et crie sur elle

car leur mal est monté

devant moi

    

Et Jona s'est levé

pour fuir en haute‑mer

 

de devant

mon Seigneur

et il est descendu à Jaffa

et il a trouvé une galère

venant en haute‑mer

 

et il a mis le prix

et il est descendu dedans

pour venir avec eux

en haute‑mer

 

de devant

mon Seigneur

Et mon Seigneur

a lancé un grand vent

vers la mer

 

et il y a eu une grande tempête

dans la mer

et la galère

a pensé

se briser

    

Et les marins ont craint

 

et ils ont appelé

chacun vers son dieu

 

et ils ont lancé les choses

qui étaient dans la galère

vers la mer

 

pour s'alléger

de tout cela

et Jona

 

est descendu

dans les flancs de la cale

 

et il s'est couché

et il a sombré dans le sommeil

                 

Et le maître s'est avancé vers lui

le maître d'équipage

 

et il lui a dit

à quoi te sert de dormir ?

lève‑toi

crie vers ton dieu

 

peut‑être

le dieu va‑t‑il repenser

à nous

et nous ne disparaîtrons pas

       

Et ils ont dit

l'un vers l'autre

 

allez

tirons au sort

 

et nous saurons

 

à cause de qui

ce mal

nous arrive

et ils ont fait tomber

les sorts

 

et le sort est tombé

sur Jona

   

Et ils lui ont dit

 

raconte‑nous donc

 

étant la cause

de ce mal

qui nous arrive

ce que tu représentes

et d'où tu viens

 

quel est ton pays

 

et comme peuple

d'où tu es

   

Et il a dit vers eux

je suis un Hébreu

et c'est mon Seigneur

le dieu du ciel

que je crains

qui a fait la mer

et la terre ferme

 

Et les hommes ont craint

une grande crainte

 

et ils ont dit vers lui

qu'as‑tu fait là !

car les hommes ont su

 

que de devant mon Seigneur

il fuyait

 

car il l'a raconté

pour eux

      

Et ils ont dit vers lui

qu'allons‑nous faire de toi ?

 

et la mer arrêtera de hurler

sur nous

car la mer

allait et rageait

      

Et il a dit vers eux

 

saisissez‑moi

et lancez‑moi vers la mer

 

et la mer arrêtera de hurler

sur vous

oui

je le sais

 

je suis la cause

 

de cette grande tempête

celle

qui est sur vous

      

Et les hommes ont ramé

 

pour revenir vers le sec

et ils n'ont pas réussi

car la mer

 

allait et rageait

sur eux

       

Et ils ont crié vers mon Seigneur

et ils ont dit

 

oh non mon Seigneur

que nous ne disparaissions pas

 

pour le souffle

de cet homme‑là

 

et ne mets pas sur nous

un sang innocent

car toi mon Seigneur

 

ce que tu as voulu

tu l'as fait

      

Et ils ont saisi

Jona

 

et ils l'ont lancé

vers la mer

et la mer a cessé

de s'indigner

 

Et les hommes ont craint

une grande crainte

de mon Seigneur

et ils ont célébré un sacrifice

pour mon  Seigneur

 

et ils se sont engagés

par des vœux

 

Chapitre II

                

Et mon Seigneur a suscité

un grand poisson

 

pour avaler

Jona

et Jona a séjourné

                    dans les entrailles du poisson

 

trois jours

et trois nuits

       

Et Jona a prié

 

vers mon Seigneur

son dieu

depuis les entrailles

du poisson

    

Et il a dit

 

j'ai crié

de là où j'étouffais

vers mon Seigneur

et il m'a répondu

                            du ventre de la Mort

                            j'ai imploré

                            tu as entendu ma voix

              

Et un gouffre m'a jeté

dans le coeur des mers

 

et un flot

m'environne

                            toutes tes lames et tes vagues

                            sur moi sont passées

              

Et moi j'ai dit

 

j'ai été chassé

de devant tes yeux

                            mais

                            je regarde encore

 

                            vers le palais

                            de ta sainteté

   

L'eau m'a englouti

jusqu'au souffle

 

un abîme

m'environne

                            le roseau

                            s'enroule à ma tête

           

Aux racines des montagnes

je suis descendu

 

la terre

j'ai ses verrous sur moi

pour toujours

                            et tu as remonté de la fosse

                            ma vie

                            mon Seigneur mon dieu

     

Quand sur moi‑même s'affaissait

mon souffle

 

de mon Seigneur

je me suis souvenu

                            et vers toi est venue

                            ma prière

                            vers le palais

                            de ta sainteté

    

Les dévôts

des buées de néant

                            leur foi

                            ils l'abandonneront

    

Et moi

 

au son de la louange

je sacrifierai pour toi

 

le voeu que j'ai fait

je l'accomplirai

                            la délivrance

                            est à mon Seigneur

    

Et mon Seigneur l'a dit

au poisson

                            et il a rejeté Jona

                            vers la terre ferme

 

Chapitre III

 

Et il y a eu une parole de mon Seigneur

vers Jona

pour dire une seconde fois

                                 

                

Lève‑toi

va vers Ninive

la grande ville

                            et crie vers elle

                            le cri

 

                            que moi

                            je dis vers toi

                

Et Jona s'est levé

 

et il est allé vers Ninive

comme la parole de mon Seigneur

                            et Ninive

 

                            était une grande ville

                            pour Dieu

 

                            un trajet

                            de trois jours

                

Et Jona a commencé

pour venir dans la ville

 

le trajet

du jour un

                            et il a crié

                            et il a dit

 

                            plus que quarante jours

 

                            et Ninive

                            sera renversée

    

Et ils ont cru

les hommes de Ninive

en Dieu

et ils ont crié au jeûne

et ils se sont vêtus de sacs

 

des plus grands

aux plus petits

                           

Et la parole est arrivée

vers le roi de Ninive

 

et il s'est levé

de son trône

 

et il a enlevé sa splendeur

de sur lui

                            et il s'est couvert d'un sac

 

                            et il s'est installé

                            sur la cendre

                

Et il a proclamé

 

et il a dit

dans Ninive

 

cela touchant ainsi le roi

et ses grands

pour dire

                            l'humain et l'animal

                            les vaches et les brebis

 

ne toucheront plus

à rien

 

ils n'iront plus aux prés

 

                            et l'eau

                            ils n'en boiront plus

                           

Et ils se couvriront de sacs

 

l'humain

et l'animal

 

et ils crieront vers Dieu

avec force

et ils reviendront

 

chacun de son chemin de mal

 

                            et de la violence

                            qui est entre leurs paumes

                

Qui sait il reviendra

 

et se calmera

le dieu

                            et il reviendra

                            de la brûlure de sa colère

                            et nous ne disparaîtrons pas

                

Et le dieu a vu

leurs actions

 

qu'ils sont revenus

de leur chemin de mal

                            et le dieu s'est calmé

 

sur le mal

qu'il avait parlé de leur faire

et il ne l'a pas fait

 

Chapitre IV

                

Et un mal est allé vers Jona

un grand mal

                            et qui a brûlé

                            en lui

                

Et il a prié vers mon Seigneur

et il a dit

 

non mon Seigneur

est‑ce que ce n'est pas ma parole

 

au temps de mon séjour

sur mon sol ?

 

c'est pour cela que j'ai pris les devants

pour fuir en haute‑mer

                            oui je l'ai su

 

                            tu es un dieu clément et maternel

 

                            long à la colère

                            et large en bonté

 

                            et qui s'est calmé

                            sur le mal

                           

Et maintenant mon Seigneur

 

prends‑moi donc

le souffle

                            oui

                            ma mort est bonne

                            meilleure que ma vie

                                                            

Et mon Seigneur a dit

 

est‑il bon

que tu brûles ?

                                 

                           

Et Jona est sorti

de la ville

 

et il s'est installé

au‑devant de la ville

                            et là il s'est fait

                            une hutte

 

                            et il s'est installé dessous

                            à l'ombre

 

                            jusqu'à voir

 

                            ce qui sera

                            dans la ville

 

Et mon Seigneur Dieu a suscité

un quicaillon

et il a monté

au‑dessus de Jona

 

pour lui faire de l'ombre

sur la tête

 

pour le délivrer

de son mal

                            et Jona s'est réjoui

                            à cause du quicaillon

                            une grande joie

                                       

Et le dieu a suscité

une vermine

 

quand l'aurore se levait

le lendemain

                            et elle a attaqué le quicaillon

                            et il a séché

                                       

Et

quand le soleil a brillé

 

Dieu a suscité

un vent d'orient

coupant

 

et le soleil a attaqué

la tête de Jona

et il s'est évanoui

                            et il a demandé pour son souffle

                            de mourir

 

                            et il a dit

 

                            ma mort est bonne

                            meilleure que ma vie

                

Et Dieu a dit

vers Jona

 

est‑il bon que tu brûles

à cause du quicaillon ?

                            et il a dit

 

                            il est bon que je brûle

                            jusqu'à la mort

    

Et mon Seigneur a dit

 

toi tu as eu pitié

du quicaillon

 

lui

dont tu ne t'es pas occupé

et que tu n'as pas fait grandir

                            né de la nuit il est advenu

                            et né de la nuit il a disparu

    

Et moi

je n'aurai pas pitié

 

de Ninive

la grande ville

                            où se trouvent

                            plus de douze fois dix mille

                            humains

 

                            qui n'ont pas su

                            distinguer leur droite de leur gauche

 

                            et des animaux

nombreux !

 

 

Fin de l’histoire !

On peut trouver aussi celle de Ruth

sur une autre page.

 

On peut aussi se procurer le livre que j’ai publié :

Jonas ou l’oiseau du malheur  

 

 

 

 

Retour au haut de page