Retour à la page d’accueil 

Réagir : jean.alexandre2@orange.fr

Voir les réactions des visiteurs 

 

 

 

 

Ma traduction*

 

 

Il s’agit de la traduction de "l’évangile" du dimanche ou de la fête liturgique

(choisi selon la liste de la Fédération protestante de France).

 

Je place après le texte une NOTE PÉDANTE

supposée donner quelques éclaircissements.

 

 

 

Dimanche 19 novembre 2017 – Évangile selon saint Matthieu – chapitre 25, versets 14 à 30 :

    

Car — c’est comme quelqu’un —— qui partait à l’étranger

il a appelé ses serviteurs —— et il leur a livré — ses biens

Et à lui il a donné — cinq pesants d’argent

et à lui — deux

Et à lui — un seul —— à chacun — selon ses possibilités à lui

et il est parti à l’étranger — aussitôt

Il est allé — celui qui a reçu les cinq pesants

il a travaillé avec —— et il en a gagné — cinq autres

De même — celui qui a reçu les deux

il en a gagné — deux autres

Et celui qui a reçu un seul — il est parti il a creusé en terre

et il a caché — l’argent de son seigneur

Et après beaucoup de temps —— vient — le seigneur de ces serviteurs-là

et il règle ses comptes — avec eux

Et s’est approché — celui qui a reçu les cinq pesants

il a apporté cinq autres pesants — il a dit

Seigneur — tu m’as livré cinq pesants

voici — j’ai gagné cinq autres pesants

Son seigneur de lui déclarer —— Excellent —— bon serviteur — et fiable

sur peu de choses tu étais fiable

Sur beaucoup — toi — je vais t’établir

entre — dans la joie de ton seigneur

S’est approché aussi — celui des deux pesants

il a dit Seigneur — tu m’as livré deux pesants

Voici — j’ai gagné deux autres pesants

son seigneur — de lui déclarer

Excellent —— bon serviteur — et fiable —— sur peu de choses — tu étais fiable

sur beaucoup — toi je vais t’établir —— entre dans la joie de ton seigneur

Et s’est approché aussi

celui qui a reçu — un seul pesant —— il a dit

Seigneur — j’ai su de toi

que tu es quelqu’un de dur

Tu moissonnes là où tu n’as pas semé

et tu amasses — de là où tu n’as pas dépensé

Et j’ai eu peur — je suis parti j’ai caché ton pesant — en terre

voici —— tu as ce qui est tien

Et son seigneur a répondu il lui a dit

Mauvais serviteur —— et paresseux

Tu savais — que je moissonne là où je n’ai pas semé

et que j’amasse — de là où je n’ai pas dépensé

Donc il te fallait placer mon argent — chez les banquiers

et moi — en venant — j’aurais récupéré ce qui est mien — avec un intérêt

Donc ôtez-lui — le pesant

et donnez à celui — qui a les dix pesants

Car à celui qui a — à chacun — on donnera — et il aura de reste

et de celui — qui n’a pas —— ce qu’il a aussi —— on lui ôtera

Et le serviteur inutile — jetez-le dehors —— dans les ténèbres — celles du dehors

là — sera le pleur — et le grincement des dents

 

 

 

NOTE PÉDANTE

 

Évangile selon Matthieu, chapitre 25, versets 14 à 30

(Psaume 128 – Proverbes 31, versets 10 à 31 – Première épître de Paul aux Thessaloniciens 5, versets 1 à 6)                        

 

Une bonne affaire

 

On est dans les révélations concernant la fin d’une longue période cosmique,

avec la destruction annoncée du temple de Jérusalem (chapitre 24).

Mais « à quoi sera semblable le règne des cieux » qui vient (25,1) ?

À une fête : « entre dans la joie de ton seigneur » (25,21).

La parabole des dix demoiselles de la noce (25,1-13) a pour thème la nécessité

de rester fidèle à cette attente dont on ne connaît pas la durée :

à l’époque, l’effervescence des tout premiers chrétiens commence à retomber,

le Christ n’étant pas revenu pour régner en gloire comme on l’espérait.

L’histoire des trois serviteurs renchérit : il ne suffit pas d’attendre la fête :

la vie sous la seigneurie du Christ, plutôt qu’un béat espoir de gloire,

suscite un service, dont le texte qui suit précise les modalités (25,31-46) :

"Dieu premier servi !", certes, mais cela suscite le service des derniers.

Le bon serviteur est l’économe avisé de cette affaire juteuse :

l’accroissement de la fraternité agissante sur la Terre. 

 

 

 

 

 

              

* 

Je traduis ici en fonction de deux impératifs arbitraires :

1/ faire en sorte que le caractère grec antique – donc étranger – de ces textes

puisse être perçu autant que possible ;

2/ inscrire un rythme visant à faciliter la lecture orale de ces textes,

considérés comme des œuvres littéraires.

On trouvera à la page Matthieu des explications théoriques et pratiques,

destinées à aider le lecteur.

 

 

 

 

On peut trouver en librairie l’édition intégrale de cette traduction

des quatre évangiles parue sous le titre :

 

QUATRE ANNONCES DE PAIX

Une traduction des évangiles pour la lecture à haute voix

par Jean Alexandre

 

aux Éditions Lambert-Lucas

4 rue d’Isly, 87000 Limoges

Tél. : 05 55 77 12 36

lambertlucas@free.fr 

www.lambertlucas.com 

Distribution Calibre

ISBN : 978-2-35935-031-9

320 pages, 18 €

 

 

Retour au haut de page