Retour à la page d’accueil 

Réagir : jean.alexandre2@orange.fr

Voir les réactions des visiteurs 

 

 

 

 

Ma traduction*

 

 

Il s’agit de la traduction de "l’évangile" du dimanche ou de la fête liturgique

(choisi selon la liste de la Fédération protestante de France).

 

Je place après le texte une NOTE PÉDANTE

supposée donner quelques éclaircissements.

 

 

 

Dimanche 25 juin 2017 – Évangile selon saint Matthieu – chapitre 10, versets 26 à 33 :

         

Donc ne les craignez pas —— car rien — n’a été recouvert — qui ne sera découvert

et caché —— qui ne sera connu

Ce que je vous dis dans l’ombre —— dites-le dans la lumière

et ce que vous entendez à l’oreille — annoncez-le sur les terrasses

Et n’ayez crainte de ceux qui tuent — le corps —— et l'être — ne peuvent le tuer

et ayez crainte — plutôt — de celui qui peut faire périr —— et l'être — et le corps — en guéenna

Une paire de moineaux — n’est-elle pas vendue pour un sou

et pas un seul d’entre eux — ne va tomber sur la terre —— sans votre père

Et — pour vous aussi

les cheveux de la tête —— tous —— sont dénombrés

Donc — n’ayez crainte

sur beaucoup de moineaux — vous — vous l’emportez

Donc pour chacun — qui se déclarera pour moi — devant les gens

je me déclarerai — moi aussi — pour lui —— devant mon père qui est aux cieux

Et celui qui me nie — devant les gens

je le nie — lui — moi aussi —— devant mon père qui est aux cieux

 

 

 

NOTE PÉDANTE

 

Évangile selon Matthieu, chapitre 10, versets 26 à 33

(Psaume 69 – Jérémie 20, versets 10 à 13 – Épître de Paul aux Romains 5, versets 12 & 15)                                                

 

Les messagers de l’Envoyé                                                                                           

 

Où l’on voit une fois de plus que ces découpages n’ont pas de sens…

Il s’agit de l’envoi en mission des douze disciples de Jésus vers les brebis

perdues de la maison d’Israël (verset 6) dans la Galilée et ses environs,

mission qui consiste à proclamer l’heureuse annonce du Règne (kêrússôn

euaggélion tês basiléías, 9,35), c’est-à-dire l’annonce du temps où Dieu règne.

Il semble que le terme évangile désignait primitivement l’annonce, faite à une ville

par un héraut, de la visitation imminente de son roi.

S’agissant d’une ville potentiellement rebelle, cela annonçait à la fois la volonté

de paix du roi, mais aussi son jugement, assorti d’exigences.

Conformément à l’usage, les messagers sont protégés par la puissance de celui

au nom duquel ils parlent, et les dévoiements des cités seront mis au jour.

Les messagers en question sont ceux du héraut par excellence, il vaut mieux

pour eux qu’ils ne trahissent pas le héraut royal sous peine d’avoir à en répondre

devant celui qui a envoyé celui-ci.

Le but est que la paix, avec tout le positif qu’elle amène, règne entre le Roi

et ses sujets et que les malheurs inhérents à la rébellion soient abolis.

D’où le signe de la guérison des infirmes (verset 7).

 

   

  

* 

Je traduis ici en fonction de deux impératifs arbitraires :

1/ faire en sorte que le caractère grec antique – donc étranger – de ces textes

puisse être perçu autant que possible ;

2/ inscrire un rythme visant à faciliter la lecture orale de ces textes,

considérés comme des œuvres littéraires.

On trouvera à la page Matthieu des explications théoriques et pratiques,

destinées à aider le lecteur.

 

 

 

 

On peut trouver en librairie l’édition intégrale de cette traduction

des quatre évangiles parue sous le titre :

 

QUATRE ANNONCES DE PAIX

Une traduction des évangiles pour la lecture à haute voix

par Jean Alexandre

 

aux Éditions Lambert-Lucas

4 rue d’Isly, 87000 Limoges

Tél. : 05 55 77 12 36

lambertlucas@free.fr 

www.lambertlucas.com 

Distribution Calibre

ISBN : 978-2-35935-031-9

320 pages, 18 €

 

 

Retour au haut de page