Retour à la page d’accueil
Retour à la page Créer

Vous pouvez donner votre avis : jean.alexandre2@orange.fr

Pour lire vos remarques et mes réponses

 

 

 

 

Vu du ciel

 

Image et poème

Août-Septembre-Octobre 2018

 

 

Pendant sept semaines à partir du 27 août,

cette série de sept images accompagnées chacune

d’un poème nouveau et d’un poème ancien

remplacera la page habituelle intitulée Poèmes

Aujourd’hui :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

marche dans le ciel

cet homme

un soir

 

un jour on le tuera

soleil blanc

vers le noir

 

l’esprit s’en va

quand sa marche dit

espoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand solidaires deux mâchoires s’opposent

Utopie et désespoir

et qu’elles mâchent la vie

Pointe la langue charnue de l’éphémère

et son goût de fraises du jour

 

(Chants et déchants – 2005)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 7 (8 octobre 2018)

 

 

 

Gandhi – détail © Abhishek

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

il vole, s’est envolé mais

d’autres le cernent

enfants du chien

ennemis

 

où les néfastes ne sauront

son oiseau l’emmène

hors d’atteinte

s’il combat

 

voûte des temps passés

elle qui clôt le ciel

et le fleuve bleu

de vie

 

il entre dans le combat

chemin du guerrier

et son chant

dira

 

 

 

 

Cris

un vol d'oiseaux blancs

a chevauché la plaine

 

n'y a-t-il pas

des indices de fer

 

signes épars

criblant l'indifférence

 

(in Pour le sourcier – Chants et déchants – 1976)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 6 (1er octobre 2018)                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

 

                                                   

Le Vol du chamane, peinture sibérienne sur plaque de bronze,

d'après une reproduction de Boris Rybakov – D.R.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

je lève les mains, je touche le sable

je danse

ô ciel immense

je bois la vague, enfance

infatigable

 

je suis le fils, c’est moi l’enfant de l’eau

ma mère

enfance amère

me noie, elle m’aère

il pleut là-haut

 

il n’est de ciel que d’eau, danserez-vous

en transe

le sel m’encense

le ciel, chaude présence

se mouille à vous

 

 

 

il fait frais ce matin

j'étends la main sur l'ombre

je coule vers le haut

je nage sur le dos

je passe

et sur les nerfs du monde

le soleil

est un voile de silence

 

(Chants et déchants – 2005)

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 5 (24 septembre 2018)                                                                                                                                                     

 

 

 

 

Enfants cubains dans les vagues – © Henk van der Leeden – Fotolia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

là se révèle d’où vient le sang

feu qui n’est pas tombé du ciel

mais qui monte vers le ciel

vue d’une terre en sang

 

demain viendra le sang

tout au loin se voit le ciel

le sang atteindra-t-il le ciel

le ciel s’abreuvera-t-il du sang

 

en nos jambes cuit ainsi le sang

jusqu’à nos cœurs il monte au ciel

viendra-t-il un arc-en-ciel

circulera le sang

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J’ai vu ce que j’ai vu lorsque j’étais enfant

j’ai vu ce que l’humain sait faire des enfants

je sais ce qu’il en est j’ai su ce que c’était

nul ne fera encor que je croie en l’humain

je savais à cinq ans ce qu’il me faut savoir

serais-je en illusion à plus de soixante ans

l’enfance m’a suffi il me reste à durer

tout le reste est travaux pour mesurer l’abîme

pour tenter d’y sauver serait-ce un seul moineau.

 

(J’ai vu – Chants et déchants – 2005)

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 4 (17 septembre 2018)

 


 

 

 

Terre abreuvée de sang – © Stéphane Pahon Création

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

je vois le soleil

et je vois la lune

plus grand encore

est le mystère

 

très en dessous

un grand poisson

un kangourou

même une igname

 

un homme aussi

une femme

enfants du ciel

nul tatou ne se terre

 

au temps du rêve

comme au matin

là se tenir

sous tes rayons

 

 

 

Par les cheveux je vais

enraciné dans le ciel

bref séjour et la terre m’attend

ricanant par avance

de ses mille et une dents de bois.

 

(Fizz – Autour d’un matin – 1974)

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 3 (10 septembre 2018)

                                                                                                                    

 

 

 

Art aborigène – Australie – Conseil œcuménique des Églises – D.R.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

arbres dans le ciel

comme un carré de terre

serti là-haut

avant l’aube

et projeté

comme un reflet d’avenir

 

arbres de nuit

bruns dans le bleu sombre

au milieu de lueurs

bulles rondes

telles des planètes

de buée

 

la terre est dans le ciel

lui plus que noir

elle bleue

profonde forêt de rêve

et viendra

le temps de naître

 

 

c’est pas tous les soirs

qu’on peut

ouvrir la fenêtre

pour entendre les arbres remuer

 

et dormir

comme un chat qui entrouvre un œil

 

(Automne – Autour d’un matin – 1974)

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 2 (3 septembre 2018)

                                                                                                                                                               

 

    

 

 

© Stéphane Pahon Création

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vois comme le cheval

dédaigne

les visées du chasseur

 

vois comme

il te regarde toi qui

te laisses prendre à ce défi

 

vois comme il est vain

l’acte de viser

le ciel

 

vois comme le ciel ici

s’est abaissé

jusqu’aux yeux du cheval

 

 

 

 

ce n’est pas l’oiseau que je vise

c’est son vol

ni la colombe, où va ma flèche

mais l’esprit

le vent le mène et c’est le souffle

il m’emplit

aussi me porte ce temps lourd

lui qui me lie

 

(Archer – Toutes ces mondanités – 2008)

 

 

 

 

 

 
Vu du ciel 1 (27 août 2018)

 

 

 

 

Kublai Khan à la chasse – Liu Guandao – Dynastie des Yuan (1279-1368)

Rouleau vertical, encre et couleurs sur soie – Musée national de Taïwan – D.R.

 

 

 

 

Retour au haut de page