Retour à la page d’accueil  

Vous pouvez donner votre avis : jean.alexandre2@orange.fr

Pour lire vos remarques et mes réponses  

 

 

 

Alerte !

ou le signalement des abus d’après RESF

 

 

 

 

 

 

14 janvier

 

Ines et sa petite sœur pourront-elles revoir leur papa ?

Préfets et Ministres ont décidé que non, elles ne le reverront pas !

Leur père, Monsieur Ngoma, a été arrêté lors d’un contrôle routier en Eure et Loir le 10 décembre et transféré au Centre de rétention du Mesnil-Amelot le 12 décembre sous le coup d’une Obligation à Quitter le Territoire Français.


En France depuis 2007, Monsieur Ngoma avait fait des démarches pour être régularisé : demande d’asile, titre de séjour pour vie privée et familiale, titre salarié, afin de pouvoir travailler légalement. Que des refus de la part de la préfecture !


S’il est expulsé, ses petites filles âgées de quatre ans et demi et deux ans et demie, nées en France, ont peu de chances de le revoir un jour.


Sa place est auprès d’Ines et de Franceska. Elles ont le droit, comme tous les enfants du monde de grandir auprès d’un père.


Nous, parents d’élèves, enseignants , citoyens, demandons que Monsieur Ngoma soit libéré et que le Préfet du Val-d’Oise abroge l’OQTF prise à son encontre afin qu’il puisse retrouver ses enfants.

 

Pour signer la pétition :

http://www.educationsansfrontieres.org/spip.php?article55354

P3256 - Ines et sa petite sœur pourront-elles revoir leur papa ?

 

7 janvier 2018

Hommage À Kantra

Le mercredi 10 janvier de 18h30 à 20h00, à Nîmes (Gard)

devant la Préfecture, avenue Feuchères

 

 

Kantra DOUCOURÉ, jeune malien de dix-huit ans, s’est suicidé. À la fin de la mesure de protection, à sa majorité, il s’était retrouvé à la rue sans aucune perspective en France.

Voir ci-dessous 

 

31 décembre        

NOUS PLEURONS NOTRE FILLEUL KANTRA

Nous avons appris son décès le lendemain de Noël. C'est sa marraine qui a envoyé un message pour dire que Kantra allait lui manquer depuis sa mort. 

Il s'est jeté sous un train en région parisienne. Beaucoup d'entre-nous ont découvert le visage de ce filleul et les larges sourires des enfants de sa famille d'adoption nîmoise, sur la photo qui accompagnait cette information dramatique, confirmée cet après-midi. 

"C'est comme si on avait tué l'un de mes gosses" disait un sympathisant proche de notre association. 

En mettant en place le projet de parrainage des mineurs non-accompagnés du Gard, nous nous attendions à vivre des moments compliqués, douloureux ou de déchirement. Mais nous n'imaginions pas le suicide de l'un d'entre eux. Comment ne pas être affecté par la douleur de la famille qui a parrainé Kantra pendant plusieurs mois ? On pense immédiatement à la suite : trouver le moyen et les mots pour prévenir sa famille restée au pays. Que dire à cette mère malienne qui a déjà pleuré le départ de son enfant pour lui donner une chance de s'épanouir et de grandir dans de meilleures conditions que celles offertes dans son pays ? La réalité se rappelle à nous : les autres jeunes qui le connaissaient sont bouleversés et traumatisés. C'est une nouvelle épreuve morale que ces ados subissent après avoir erré dans plusieurs pays et connu les pires horreurs que l'on voudrait épargner à tout enfant. Les copains de Kantra sont certainement apeurés par un destin auquel tous veulent échapper : celui de se retrouver, à l'aube de leur majorité, sans papier, SDF et sans avenir dans un pays qui peine à leur faire une place.

Ces jeunes mineurs non-accompagnés sont une chance pour notre pays.

La richesse de leur expérience, leur résilience et leur humanité sont des atouts pour notre société. Nous devons nous donner les moyens de leur offrir un accueil digne de celui que nous voulons pour nos propres enfants. On est loin du compte. 

Après notre stupéfaction, nos larmes et notre tristesse, c'est la colère qui prend le dessus. La colère d'une actualité qui continue un peu plus à stigmatiser les étrangers, même les enfants loin de toute famille. Une actualité qui nous informe des méthodes mises en place pour se débarrasser d'une population qui nous appelle à l'aide. 

Nous ne nous résignerons pas. 

Tests osseux pour prouver l'âge, enquêtes zélées pour authentifier les certificats de naissance... nous refusons les méthodes lâches des pouvoirs publics qui font tout pour empêcher d'insérer ces jeunes dans notre société. 

En ralentissant les autorisations administratives pour des raisons fallacieuses, les autorités publiques se rendent coupables de créer les conditions à l'origine de drames humains. Sans ces autorisations et malgré l'énergie déployée par ces jeunes et leur entourage, aucune solution d'intégration n'est possible par le travail, l'apprentissage ou la formation... Ceci réduit d'autant la possibilité pour ces jeunes d'obtenir une carte de séjour à leur majorité. Pour beaucoup d'entre- eux dans cette situation, c'est la clandestinité qui les attend. 

C'est ce parcours qui a amené Kantra à rejoindre Paris. 

Il n'est pas possible qu'il y ait d'autres Kantra. Nous demandons à ce que tous les jeunes mineurs non-accompagnés disposent de l'accès à l'éducation et à l'insertion que la loi est sensée permettre. 

Ces enfants sont les nôtres, c'est ça aussi la Fraternité. 

L'association Ados Sans Frontière.

LE TÉMOIGNAGE DE SOLÈNE BOURGOUIN,

MARRAINE DE KANTRA

Je suis la marraine de Kantra Doucouré, qui s'est jeté sous un train la semaine dernière en région parisienne. Il avait eu dix-huit ans le 14 novembre.

J'avais fait la connaissance de Kantra au printemps dernier. Kantra avait quitté le Mali à quinze ans et était arrivé (via l'Algérie, la Libye puis l'Italie) à Nîmes en février 2016. Il avait trouvé sa place dans notre famille, nous avait accompagné en vacances cet été, était de toutes nos activités... En octobre dernier il avait été admis pour faire un CAP Cuisine "à condition de trouver un patron". Après un stage de deux semaines dans un restaurant, il lui avait été proposé un contrat pour deux ans. Au sein d'une chouette équipe, avec une patronne vraiment bienveillante. Kantra était tellement heureux... Après tous ces mois de galère, enfin l'espoir. 

Une semaine avant ses dix-huit ans, l'assistante sociale lui a annoncé que son contrat ne pouvait être signé,  car pour prétendre à un titre de séjour, la préfecture exigeait six mois de scolarisation/professionnalisation avant les dix-huit ans. Pourquoi ne nous avait-on pas informé de cela plus tôt ???

On a insisté, insisté... jusqu'à ses dix-huit ans... Mais rien à faire. Kantra était effondré. Il disait qu'il était "maudit", que tout le monde était contre lui. Lui si gentil, attentif aux autres, volontaire, intelligent...

Le jour de ses dix-huit ans, il a développé des éléments de délire paranoïaque. Pensant que son téléphone était sur écoute, qu'on voulait le renvoyer au Mali, et même l'empoisonner... Il tremblait, bégayait... Un médecin l'a vu, a proposé une hospitalisation en psychiatrie, que Kantra a refusé. Le 21 novembre, il a été mis à la porte du foyer. Orienté vers les foyers d'hébergement d'urgence. Je lui ai dit de sonner à la maison s'il était à la rue. Je ne l'ai plus revu. Il ne répondait pas à mes messages. 

Son oncle qui l'a hébergé ces deux dernières semaines à Paris a évoqué les éléments paranoïaques qui persistaient. À partir du jour de ses dix-huit ans, ça n'a plus été le même. Mes enfants qui l'adoraient ne comprenaient pas ("Maman pourquoi il est devenu fou ?").

Si ce contrat avait été signé, on n'en serait pas là aujourd'hui...

Si ce témoignage peut servir pour l'avenir de ces jeunes, qui ont vécu tellement de traumatismes...

Avec mille pensées pour sa maman.                                                                                              Solène Bourgouin

Mesdames et Messieurs les responsables, Président de la République, Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Directeurs de cabinets, membres de ces cabinets, préfets,

Nous voulons croire que vous pourrez consacrer quelques minutes à la lecture du récit de la tragédie vécue par un garçon de dix-huit ans, malien, qui s’est jeté sous un train le lendemain de Noël parce que la politique que vous imposez et/ou que vous appliquez a abouti à détruire l’ébauche d’avenir qu’il avait réussi à se construire en France. Nous souhaiterions que vous ayez une pensée pour lui, ce soir à minuit, au moment où vous embrasserez vos enfants et/ou vos petits-enfants. Et, pourquoi pas, que vous exposiez à vos familles et à vos amis la profonde valeur éthique de votre action et celle des engagements que vous prenez pour l’année qui vient.

À l’Élysée :

Pour écrire au président :

http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/ 

Patrick.strzoda@elysee.fr   Directeur de cabinet

Matignon :

Pour écrire au 1er ministre :

sec.edouard.philippe@pm.gouv.fr

http://www.gouvernement.fr/contact/ecrire-au-premier-ministre

Intérieur :

stephane.fratacci@interieur.gouv.fr   Directeur de cabinet de Collomb. Il était secrétaire général du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale sous Hortefeux puis sous Besson ainsi que préfet du Doubs lors de l’expulsion de Léonarda. Belle carrière au service des droits de l’Homme !

nicolas.lerner@interieur.gouv.fr   Dircab adjoint

pauline.pannier@interieur.gouv.fr  Conseillère immigration

sec.dircabadj@interieur.gouv.fr

sec.immigration@interieur.gouv.fr

Ecrire au ministre de l’Intérieur

https://www.interieur.gouv.fr/Contact/Ecrire-au-ministre-de-l-Interieur  

francois.lalanne@gard.gouv.fr  Secrétaire général préfecture du Gard

didier.lauga@gard.gouv.fr  Préfet du Gard


Resf.info@rezo.net - http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf.info